alterinfo.net

Twitter

38ème Foire éco-bio d’Alsace du jeudi 30 mai au dimanche 2 juin 2019 dans le Parc des Expositions de Colmar (Haut-Rhin).

René HAMM

La doyenne des manifestations dédiées aux initiatives écologiques et aux «productions» biologiques, une des plus importantes dans l’Hexagone (1), réunira quatre cent dix-neuf exposant(-e)s, associations incluses (2), tout en offrant aux visiteur(-se)s moult opportunités d’enrichir leurs connaissances et de débattre. La thématique centrale de cette édition: «les diversités», «leur richesse au service du bien commun», «mosaïque de possibles, patchwork de réponses»…

Durant quatre jours, le comité d’organisation, secondé par quelque trois cents bénévoles, proposera trente-six conférences, la projection de dix documentaires, quatre-vingt ateliers dont dix-huit consacrés à l’habitat, quotidiennement, la découverte de la cuisine bio végétarienne ainsi qu’une dégustation, au coût de cinq euros (un verre en cadeau), de certains vins commercialisés sur le site, cinq spectacles de théâtre, huit concerts, quatre expositions, l’édification d’une éolienne plus diverses animations.

La photographe voyageuse strasbourgeoise Sabine Trensz met en exergue, avec ses images, la beauté de la planète bleue et pousse un «cri d’alerte» sur les «Pôles en danger».

Le physicien Roland Desbordes. Président de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD) à Valence (Drôme), souhaite, avec raison, en finir avec le traité EURATOM (3) signé le 25 mars 1957 par les six pays de la Communauté européenne du charbon et de l’acier.

Le Collectif de campagne «Glyphosate 68» lance un appel national en vue de l’analyse des urines, puis de plaintes contre les promoteurs et vendeurs de pesticides.

Le sociologue Thierry Brugvin, enseignant à l’université de Besançon, plaide en faveur d’alternatives, très crédibles, au système capitaliste, aussi inique, inégalitaire que mortifère: «de la décroissance à l’écosocialisme autogestionnaire».

Trois discussions porteront sur les principaux insectes pollinisateurs: «Quel avenir pour les abeilles?» par Martin Quantin, ingénieur agronome à l’École supérieure d’agriculture à Angers et formateur au Mouvement de l’Agriculture biodynamique (Colmar); «Abeilles libres!» par Catherine Flurin, apicultrice à Maubourguet (Hautes-Pyrénées); «Abeilles mellifères sauvages, une espèce en sursis!» par «l’écrivain paysan» charentais Bernard Bertrand.

Des militant(-e)s investi(-e)s dans des luttes contre de grands projets inutiles, comme le Grand contournement ouest de Strasbourg (4) ou le site d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, petite commune meusoise de quatre vingt douze âmes, narreront leurs expériences.

Parmi les films: «Demain tous crétins» (cinquante six minutes) de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade quant au déclin inquiétant, imputable aux perturbateurs endocriniens, des capacités intellectuelles des enfants.

«Libre» (cent minutes) de Michel Toesca, avec la CIMADE, sur Cédric Herrou, éleveur de poulets et producteur d’olives à Breil-sur-Roya (Alpes maritimes), condamné comme hors la loi pour avoir aidé des migrant(-e)s à traverser la frontière; le 28 mai 2018, Éric Piolle, le maire de Grenoble, l’avait décoré de la médaille de sa ville, suscitant l’ire de Lionel Beffre, le Préfet de l’Isère…; eh oui, dans la France de la Déclaration des Droits humains, le soutien aux réfugié(-e)s, estampillés «illégaux(-gales)» par Nicole Belloubet, ministre de la «Justice» (?!?…), Christophe Castaner, son collègue de la place Beauvau, et Emmanuel Macron, est un grave «délit» (5)…

«Comme elle vient» (une heure quarante-deux) de Swen de Pauw: le célèbre psychiatre strasbourgeois Georges Yoram Federmann retrace, face à la caméra seize millimètres, son existence, ses multiples combats, évoque ses passions et désillusions. Il y a trois ans, la présentation du long-métrage «Le divan du monde», avec les mêmes, avait donné lieu à de passionnants échanges.

Comme souvent, le chevauchement de certaines séances générera des regrets de ne pas jouir du don d’ubiquité!

Le descriptif exhaustif des réjouissances est disponible sous www.ecobio.alsace

Prix d’entrée: sept euros. Tarif réduit: cinq euros. Forfait pour quatre jours: dix-huit euros. Gratuité pour les moins de quatorze ans accompagnés. Pour éviter l’exclusion des personnes désargentées et leur permettre de profiter de cet événement, les organisateurs conservent la formule introduite en 2014: l’achat d’un billet qui restera à l’entrée et sera offert à celle ou celui qui en formulera la demande.

(1) Jusqu’en 2006, elle se tenait, dans un cadre assez bucolique et un tantinet plus convivial, à Rouffach (d’abord l’Allée des remparts, puis la Place de l’église), localité de quatre mille cinq cent cinq habitant(-e)s située à seize kilomètres au sud.

(2) Selon mon comptage sur la base de l’annuaire figurant au catalogue.

(3) Le dimanche 7 juillet prochain, la seconde étape du Tour de France cycliste (un contre-la-montre par équipe de vingt-huit kilomètres) s’achèvera à proximité de «l’Atomium» bruxellois. Propagande…

(4) Les travaux pour ce corridor autoroutier à camions de vingt-quatre kilomètres, octroyé à...VINCI, s’accélèrent alors que la décision judiciaire finale n’interviendrait pas avant les dernières semaines de cette année... Scandaleux hiatus dans la législation française: les appels et recours contre des réalisations éminemment néfastes (pollutions, destruction de terres arables, saccage de paysages…) impactant des populations entières, la faune et la flore, ne sont point suspensifs!…

(5) Les écocides, le surbétonnage, les ventes d’engins de guerre, y compris aux pires régimes tyranniques, non!...

René HAMM
Bischoffsheim (Bas-Rhin)



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73