alterinfo.net

Twitter

Afghanistan - Un pipeline, la paix et de nombreux saboteurs (Moon of Alabama)

Moon of Alabama

Les négociations de paix en Afghanistan ont longtemps été au point mort. Mais cela a récemment changé de façon surprenante. Des négociations secrètes entre de nombreuses parties ont dû avoir lieu pour arriver soudainement à ces deux résultats :

Les talibans s'engagent à protéger le projet de gazoduc TAPI - VOA, 24 février
Le Ghani afghan offre des entretiens avec les talibans "sans conditions préalables" - Reuters, 28 février

A la fois, le soutien des talibans au TAPI et l'offre du président Ghani sont nouveaux. Jusqu'il y a deux semaines, Ghani a toujours rejeté les pourparlers inconditionnels.

Le gazoduc Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde (TAPI) est négocié depuis le début des années 1990. Il est censé apporter du gaz d'Asie centrale au Pakistan et en Inde. Seuls les gazoducs russes relient actuellement le Turkménistan et ses grandes réserves de gaz à ses marchés d'exportation. C'est une des raisons pour lesquelles les États-Unis ont toujours fait pression en faveur du projet. La société étatsunienne Unocal a été fortement impliquée. L'un de ses consultants était Zalmay Khalilzad, qui est devenu plus tard ambassadeur des États-Unis en Afghanistan, puis en Irak.

Le projet de pipeline a une longue histoire cahotique. C'était une des principales raisons pour lesquelles les États-Unis voulaient renverser les talibans. Le 11 septembre 2001 lui a donné un prétexte pour envahir l'Afghanistan et, à la fin de 2001, le gouvernement taliban avait mis fin à ses activités.

Mais le projet TAPI, d'une valeur de 10 milliards de dollars, a pris encore 14 ans avant que les premiers tuyaux ne soient posés. Après que son gouvernement client taliban en Afghanistan ait été renversé, le Pakistan est devenu hostile au projet. Il y a également eu des différends au sujet des prix et des hostilités entre l'Inde et le Pakistan. Le Pakistan a ensuite négocié l'approvisionnement en gaz de l'Iran. Mais le gazoduc Iran-Pakistan-Inde (IPI) n'a jamais été achevé. Les États-Unis avaient fait pression sur l'Inde pour qu'elle ne s'engage pas à acheter en Iran. Le Pakistan est maintenant de retour pour soutenir le TAPI. C'est probablement la raison pour laquelle les talibans ont accepté de protéger le projet dans les zones qu'ils contrôlent. Mais je soupçonne qu'il y a plus derrière le changement. Un accord plus large a dû être trouvé sur l'avenir de l'Afghanistan. Combien de sièges ministériels les talibans peuvent-ils revendiquer ? Quelle influence le Pakistan peut-il exercer ?

La construction du gazoduc TAPI au Turkménistan a commencé en 2015. La construction en Afghanistan a commencé cette année le 24 février. Les États-Unis contrôlent le financement de l'ensemble du projet.

Il ne faut pas parier sur une date quelconque pour la mise en service finale du pipeline. Le soutien des États-Unis au gazoduc vise à diminuer l'influence russe et chinoise en Asie centrale. Une analyse des grands marchés permet de déceler d'autres cibles potentielles du projet :

TAPI est en concurrence directe non seulement avec le projet iranien IPI, mais aussi avec les exportateurs de GNL, parmi lesquels figurent des pays comme le Qatar, l'Australie, les États-Unis, le Canada et la Russie, qui exportent ensemble environ 30 milliards de m³/an en Inde.

En s'attaquant au gazoduc TAPI, les États-Unis tentent de dominer dans une région qui est loin de ses côtes et où ils ont peu de contrôle. Plus de 25 ans après que le projet ait été envisagé pour la première fois, il faudra encore des tonnes d'argent, des années de travail et beaucoup de chance pour réussir. Il y a de nombreuses parties qui pourraient vouloir s'ingérer dans le projet et qui connaissent la région beaucoup mieux que les États-Unis ne le sauront jamais.

Le plus grand risque, cependant, est l'approche agressive et militante que les États-Unis continuent d'adopter à l'égard des talibans. L'intense campagne aérienne étatsuniennes contre leurs intérêts et leurs opérations se poursuit avec peu de gains. Pendant ce temps, les talibans contrôlent près de la moitié du pays. Une série d'attaques contre le gouvernement central à Kaboul a ébranlé la confiance du public dans le gouvernement de Ghani. Aujourd'hui, une autre bombe suicide a frappé la capitale.

Les récentes annonces montrent que les négociations de paix et le gazoduc sont intimement liés. Si les pourparlers échouent, le soutien des talibans au gazoduc prendra également fin. Si le pipeline ne devient pas exploitable, les États-Unis peuvent finalement quitter le pays. Beaucoup de gens voudront peut-être parvenir à cet objectif.


Traduction SLT

Article originel : Afghanistan - A Pipeline, Peace And Many Spoilers
http://www.moonofalabama.org/2018/03/afghanistan-pipeline-peace-and-many-spoilers.html#more
Moon of Alabama


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73