alterinfo.net

Twitter

Black Lives Matter en Israël ? Ça ressemble à de la science-fiction

Gideon Levy

Les inspecteurs des services israéliens de la population et de l'immigration s'ennuient et sont frustrés après la fin d'une saison de chasse à l'homme mouvementée. Au lieu de procéder à des arrestations et à des enlèvements de nuit, ils harcèlent actuellement les demandeurs d'asile au bureau d'enregistrement où ils cherchent à prolonger leur permis, qu'ils ont le droit de recevoir automatiquement.

Les photographies présentées la semaine dernière dans l'émission Hamakor de Canal 13 ne pouvaient laisser aucun téléspectateur indifférent. Elles montraient des actes criminels, sadiques et méchants d'intimidation de personnes faibles de la part d'employés de bas niveau, des rois qui, pendant un moment, se sont livrés à un traitement bassement raciste.

Les soldats des Forces de défense israéliennes ne s'ennuient apparemment pas moins. C'est pourquoi ils tirent de temps en temps sur les jambes des Palestiniens lorsqu'ils entrent en Israël pour rendre visite à des familles, à travers les centaines de trous qui n'ont pas été réparés dans la barrière de séparation. La semaine dernière, j'ai visité le « Terminal de Toulkarem » - un des plus grands passages de fortune. Des centaines de personnes, dont des familles entières, y traversent quotidiennement la barrière. Des jeunes chômeurs sans ressources, des personnes âgées miséreuses, des partenaires de vie déchirés par des lois draconiennes de regroupement familial et des enfants qui vont mendier aux carrefours pour augmenter les maigres revenus de leur famille. Toutes ces personnes devraient inspirer un sentiment de compassion en Israël. Mais les FDI décident toutes les quelques semaines de tendre des embuscades à ces pauvres gens et de leur tirer dans les jambes ou de les réduire en bouillie.

Outre l'objectif de simples abus, cette parodie d'action « opérationnelle » de la part de l'armée n'a aucune valeur. Les trous sont laissés ouverts, et des milliers de Palestiniens désespérés continuent à se mettre en danger en s'infiltrant par eux. S'ils avaient cherché à les utiliser pour mener des attaques en Israël, ils auraient pu le faire il y a bien longtemps. Les tirs occasionnels sur des jeunes hommes dans les jambes n'ont donc rien à voir avec la sécurité.

Black Lives Matter en Israël ? Ça ressemble à de la science-fiction

Une ligne droite relie les actions de l'autorité de la population et les actions à la barrière de séparation : la vie, le corps, la dignité, la liberté et les biens de ceux qui ne sont pas juifs sont traités sans y accorder aucune importance en Israël. Vous pouvez leur faire ce que vous voulez. Le temps, la dignité et le corps des demandeurs d'asile africains et des demandeurs d'emploi palestiniens sont les produits les moins chers du marché. Leur coût est nul. Il est si facile de leur faire du mal, personne ne sera jamais puni pour cela. Ces deux populations sont les plus démunies et donc les plus persécutées. Elles sont maltraitées par les autorités et le gouvernement, avec la pleine permission et l'autorité qui découlent du racisme et du mal institutionnalisés. On aurait pu s'attendre à ce que cette réalité rencontre quelques objections publiques, quelques protestations ou expressions de solidarité avec les victimes. Ce n'est pas le cas. Hier, c'était la Journée internationale des réfugiés. Mais dans ce pays, dont la majorité de la population est constituée de réfugiés ou de leur progéniture - des Juifs, des Palestiniens et un petit groupe d'Africains - on ne reconnaît pas la signification de cette journée ; il est douteux que quiconque en ait même entendu parler. Même au plus fort d'une vague de protestation pleine d'espoir aux USA, rien ne touche Israël.

« Black Lives Matter » est devenu un cri de colère en Amérique. En Israël, les vies noires n'ont pas d'importance et l'État influencé par son défenseur superpuissant n'adopte pas les actions plus impressionnantes de son protecteur, comme la vague de protestations et de solidarité qui déferle actuellement sur lui. En Israël, un pays non moins discriminatoire, raciste et abusif que les USA, et qui exerce une dictature militaire sur une partie de son territoire, il n'y a pas de protestation significative sur la façon dont les personnes les plus faibles sont traitées. Les Africains sont maltraités et les Palestiniens sont fusillés, et à l'exception de quelques organisations et de quelques citoyens courageux, la majorité d'entre eux applaudissent ou bâillent.

Imaginez la destruction des symboles de ces maux, depuis les panneaux du bureau de l'immigration jusqu'aux panneaux de rue et aux monuments exaltant les responsables des maux passés de l'État ; imaginez les protestations de masse, non pas d'un secteur ou d'un autre pour son propre bien, mais de la majorité au nom des plus opprimés. Imaginez des foules d'Israéliens manifestant pour la destruction de la barrière de séparation et pour l'octroi de la citoyenneté aux demandeurs d'asile. Imaginez cela. Cela ressemble à un conte de science-fiction.

"Pas seulement George Floyd. Iyad Hallaq aussi": sur mur d'apartheid, près de Bethléem

Traduit par Fausto Giudice

Merci à Tlaxcala
Source: https://www.haaretz.com/opinion/.premium-black-lives-matter-in-israel-sounds-like-science-fiction-1.8935493
Date de parution de l'article original: 21/06/2020
URL de cette page: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29191


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73