alterinfo.net

Twitter
CE QUI MENACE VRAIMENT LA FRANCE

Djeha

Voilà comment la France cesse d’être française
Voilà comment la France cesse d’être française

Les gouvernements sarkozyste, hollandais et maintenant macronien, alimentent délibérément le vote frontiste en de persuadant les Français qu’ils sont sous la menace de la migration africaine, asiatique et maghrébine qui vient picorer dans leurs allocations.

Il faut qu’ils se réveillent. Car le danger ne vient pas delà où ils croient. Les médias leur racontent bien des fadaises que le bon peuple de France avale goulûment.

1.- L’idéologie frontiste (même si le FN ne s’appelle plus ainsi) c’est d’abord ses adversaires (la droite et les prétendus socialistes) qui s’en chargent. D’abord pour éviter que leurs vrais opposants ne parviennent au pouvoir. C’n’est pas demain la veille, mais y arriveront peut-être ! L’Europe y a intérêt. Et pas pour une second et mythique « Front Populaire » qu’on célèbre encore, on se demande pourquoi.

2.- Les étrangers (à l’exception de certains petits futés) ne connaissent pas leurs droits sociaux et beaucoup de travailleurs étrangers qui les ignorent n’en profitent que très peu. Toutes sortes d’allocations leur échappent.

3.- Le ministre de l’intérieur a raison : les étrangers pratiquent bien le benchmarking. Qui leur en voudrait. Les européens pratiquent bien « l’immigration choisie ». Et ce n’est pas moi qui leur lancerai la pierre. Les Français sont chez et c’est leur droit.

Moi, je dis à mes compatriotes : « Vous n’avez rien à faire en France où l’on ne vous aime (plus, j’ai rêvé un jour...) pas.

C’est pourquoi ils racontent des fadaises aux Français. Personne n’a envie d’aller chez eux. Tous veulent du travail et fuir les guerres et la destruction de leur environnement par la grâce des armadas et des conflits qu’ils dépêchent chez eux. Pas des allocations !

Quand on voir la démocratie dictatoriale et mortifère que les Occidentaux soutiennent à bout de bras en Egypte et dans les monarchies alentour, ça donne envie de vomir.

Les étrangers ne se font aucune illusion sur l’hospitalité européenne. S’ils prennent le risque de se noyer en Méditerranée, c’est pour le boulot, la mort aux trousses, pas pour l’amour qu’on leur témoigne (à l’exception d’âmes charitables qui risque les tribunaux pour la défense de principes humanistes de moins en défendus).

Les médias et politiques français cachent à leurs compatriotes combien l’image de leur pays, si élevée par le passé est très fortement dégradée aujourd’hui en Afrique, au Proche Orient, en Amérique du Sud et dans les ex-pays de l’est où la langue française n’est plus pratiquée que par les vieux (elle a pratiquement disparu au Liban et en Egypte, sauf par quelques élites romantiques). Comment peut-il en être autrement, puisque les officiels français préfèrent n’avoir plus rien dire et à hautement le faire savoir... en globish.

4.- Vous voulez vraiment savoir par quoi la France est réellement menacée ?

Il suffit de suivre l’actualité tous les jours. D’ouvrir les yeux et de remplacer la cacahuète qui encombre le cerveau en faisant glinglin par des neurones en état de marche.

C’est la conséquence directe de la « libération » américaine de l’Europe de l’ouest. Alors que rien n’aurait pu se faire sans Stalingrad... Mais ça, c’est une autre affaire.

Un Traité Atlantique léonin signé au lendemain de la guerre a placé les Européens en laquais de l’Amérique et de ses entreprises. Avec le dollar comme monnaie, l’anglais pour langue, Hollywood pour culture, le Pentagone pour défense, le droit yankee pour justice, l’American way of life pour religion...

Cependant, l’Allemagne, l’Italie et la plupart des pays occupés et rayés de la carte par les nazis ont quelques excuses (enfin si l’on veut...).

La Grande Bretagne s’est couchée la première, avec panache en 1941.

La France gaullienne a résisté... un peu. Même le Général -on est très discret à ce sujet à Panam- y a laissé une part de la souveraineté de son pays. De Gaulle est Parole, comme le dieu de l’Ancien Testament. Je vous raconterai cela un autre jour.

Aujourd’hui, naguère sous le règne de l’empereur Bokassa, il n’est plus possible de péter sur le Vieux Continent sans la permission de Sa Majesté Trump 1er.

Je vous ai entretenu de ce qui arrivé à Peugeot en Iran. Il serait peut-être de vous parler du milliard que va débourser la Société Général à l’Amérique.

La banque (une vraie bankster) a aidé les truands à dépecer la Libye. Aujourd’hui, ce sont d’autres canailles qui la rançonnent.

Un mot de l’Elysée ou de Matignon ? Tu parles Charles, ils sont aux abonnés absents les gardiens de l’honneur et de la souveraineté française.

Mieux encore. Aujourd’hui même on apprend que Boeing et Safran vont s’allier dans une entreprise en commun pour bricoler une « partenariat stratégique » fifty-fifty, comme Safran l’a déjà fait dans CFM International avec GE (le même qui a mis la mains sur la division énergie de Alstom qui n’existe plus) dans les moteurs d’avion.

Evidemment, cette nouvelle structure sera basée en Amérique.

Voilà une entreprise de moins en moins française qui ne partira pas d’Iran pour la simple raison qu’elle ne se sera jamais en projet d’y avoir été.

Voilà donc le processus de grignotage de l’industrie, des finances (plus de 50% des entreprises du CAC40 sont sous contrôle étranger) et de l’économie française qui se continue et dont ni les médias, ni les politiques n’avertissent leurs concitoyens du péril qu’il représente pour leur souveraineté et leur autonomie de décision.

Ils préfèrent attirer leur attention sur le « danger mortel » qui fait peser sur eux, sur la solvabilité de leurs échanges, la qualité de l’éducation prodiguée à leurs têtes blondes, l’équilibre de leurs budgets, la santé de leurs vieux, la sécurité de leur patrimoine et de leur prospérité... tout cela par la cause des étrangers de moins en moins attirés par leur pays.

Et puis quoi encore !!!

Djeha,

Mardi 05 juin 2018


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73