alterinfo.net

Twitter

Ce que risque Haftar en cas d’attaque contre l’Algérie

Kamal Louadj

Khalifa Haftar prendra-t-il le risque de s’attaquer à l’Algérie comme le laisse entendre le Gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj? Le maréchal de Benghazi n’a aucun intérêt stratégique à lancer une offensive contre le voisin de l’ouest, confrontant ainsi ses troupes aux unités de combats de la 4e région militaire de l’armée algérienne.

«Si Tripoli tombe, Tunis et Alger tomberont à leur tour. Il s’agit d’une tentative de semer l’anarchie dans la région et de faire main basse sur l’Afrique du Nord.» La déclaration lancée sur un ton alarmiste par Fathi Bachagha avait pour seul objectif de marquer les esprits. Le ministre de l’Intérieur du gouvernement de Fayez el-Sarraj avait tenu ces propos lors d’une conférence de presse animée le 26 décembre à Tunis, soit au lendemain de la visite surprise effectuée dans la capitale tunisienne par le Président turc, Recep Tayyip Erdogan. En cette fin d’année 2019, Tripoli et Ankara ont tenté d’agiter l’épouvantail Haftar pour conduire l’Algérie et la Tunisie à intégrer une alliance militaire. En vain.

Il est vrai que le maréchal avait menacé l’Algérie en septembre 2018 en évoquant une histoire d’unités algériennes qui seraient entrées sur le territoire libyen. «Les Algériens ont trouvé une occasion pour entrer en Libye. Lorsque nous avons découvert cela, j’ai envoyé le général Abdelkrim en Algérie pour expliquer que ce qui avait été fait n’était pas fraternel. Nous pouvons transférer la guerre de l’est à l’ouest en peu de temps», avait-il affirmé dans un enregistrement vidéo diffusé sur le site d’Al Jazeera. Il est peu probable qu’une telle affaire se soit produite, Alger étant particulièrement pointilleuse sur le respect du principe de non-intervention en dehors de ses frontières. D’autant que l’Etat algérien a toujours plaidé pour un règlement diplomatique de la crise libyenne basé sur un dialogue inclusif.

Concrètement, l’autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) de Khalifa Haftar est-elle à la hauteur pour faire face à l’Armée populaire nationale (ANP)? «Aucune chance», réplique un officier algérien à la retraite, que ce soit dans le cadre «d’une guerre classique ou d’une guerre asymétrique».

«Haftar n’a pas les moyens militaires ni logistiques pour s’attaquer à l’armée algérienne dans ce que l’on pourrait appeler une guerre classique. Pour cela, il faudrait qu’il ait des ressources, des engins et des vecteurs importants en plus d’une chaîne logistique efficace. Il ne faut pas oublier qu’il puise sa logistique de Benghazi qui est très loin de la frontière avec l’Algérie. L’aviation de Haftar, si tant est qu’elle existe, sera inefficace face aux forces aériennes et à la défense anti-aérienne de l’ANP. Il est nécessaire de comprendre que Haftar engagerait ses troupes dans un combat contre la 4e région militaire qui est, à elle seule, une véritable armée. Il devra faire face à un dispositif aéroterrestre doté d’une puissance de feu importante. Un dispositif composé de groupements de gardes-frontières, d’unités de combats des forces spéciales, d’infanterie motorisée, d’infanterie mécanisée et d’hélicoptères de combat», explique cet officier.

Notre interlocuteur assure que «l’Algérie se considère conceptuellement en situation de guerre depuis au moins trois années». Il en veut pour preuve le nombre important d’unités déployées au sud, notamment le long de la frontière avec la Libye, et les multiples exercices militaires effectués ces dernières années.

Un tel conflit se jouera également sur le terrain du renseignement, un élément que l’armée algérienne maîtrise à travers ses réseaux «d’amis» en terre libyenne, notamment parmi les tribus qui vivent entre les deux pays. À cela, il faut rajouter des moyens de renseignements électroniques, les drones ainsi que les patrouilles aériennes. Et en cas de guerre asymétrique, la communauté du renseignement sera en première ligne pour contrer les troupes de Haftar.

«Le facteur humain de renseignement jouera son rôle à plein régime en plus des unités de gardes-frontières et des forces spéciales. L’armée algérienne, qui reste une référence en matière de lutte antiterroriste, a également acquis une réelle expérience du combat en zone saharienne», assure l’officier à la retraite.

Haftar n’ayant aucun argument stratégique pour attaquer l’Algérie, il pourrait –laissent entendre ses détracteurs– lancer une action punitive contre les installations pétrolières et gazières du bassin de Ghadamès situé à la frontière avec la Libye dans le but de paralyser l’économie de l’Algérie, dont la position serait «trop neutre». En plus de ne pas avoir la puissance de feu nécessaire pour engager une telle opération, celle-ci serait contre-productive. Haftar risque, en effet, de subir une contre-offensive destructrice dans la zone frontalière libyenne elle aussi très riche en hydrocarbures. Le maréchal n’a aucun intérêt à agir de la sorte, surtout que lui et ses nombreux alliés sont dans une logique de préservation de toutes les ressources énergétiques libyennes.

Le professeur Yahia Zoubir, directeur de recherche en géopolitique à la Kedge Business School (Marseille, France) et chercheur-résident au Brookings Doha Center (Qatar), affirme que l’armée algérienne ne fera «qu’une bouchée de Haftar».

«Il est inimaginable que Haftar s'attaque à l'Algérie. L'ANP n'en fera qu'une bouchée. Les Russes l’en dissuaderont. D’un autre côté, je ne pense pas que les Égyptiens souhaiteront une telle situation. Par contre, Haftar pourrait prendre pour cible la Tunisie qui reste le maillon faible dans la région. Ni la France ni les États-Unis ne voudront une déstabilisation de la Tunisie, les risques sont trop gros pour toutes les parties. Mais si les troupes de Haftar attaquent la Tunisie, je pense que l'Algérie s’y opposera et viendra en aide à l’armée tunisienne.»

Dans ce conflit aux multiples intervenants, le professeur Yahia Zoubir relève le double jeu de la France, un des principaux soutiens du maréchal Haftar, qui est également lié à la Tunisie par des accords de défense. Il indique que la France pratique une «politique contradictoire» en soutenant Haftar «pour des raisons économiques liées à l’accès aux hydrocarbures» tout en étant engagés dans des «intérêts de défense de la Tunisies et d’une partie du Maghreb et du Sahel».

«La politique française est à la base de la destruction de la Libye puisque c’est ce pays qui s’est lancé en mars 2011 dans des attaques contre le territoire libyen. La France traverse une crise interne et est embourbée au Sahel où elle a engagé des troupes. Malgré cette politique contradictoire, je ne pense pas qu’elle irait jusqu’à abandonner la Tunisie. À mon avis, les Français continueront dans leur double jeu en aidant Haftar tout en le dissuadant de s’en prendre directement à la Tunisie. Les Russes en feront de même avec Haftar à propos de l’Algérie», note Yahia Zoubir.

De fait, les offensives de Haftar contre l’Algérie et la Tunisie ne doivent pas faire perdre de vue la réalité du terrain: le maréchal de Benghazi veut prendre Tripoli qui est la clé des ressources financières issus des revenus pétroliers. Dans ce conflit qui tourne autour d’intérêts colossaux, Fayez el-Sarraj ne pourra compter que sur le soutien de Recep Tayyip Erdogan qui a obtenu, ce jeudi 2 janvier, l’aval de son Parlement pour envoyer des troupes en Libye.



Commentaires (6)
1. YYY le 03/01/2020 06:09
Ce que risque le Maghreb en cas d'envahissement des Turcs, il change de vestes et porte la cravate rouge, porte la parole des Us-Sions ?
2. Badre le 03/01/2020 10:05
Haftar est un homme de main, un larbin qui sert les intérêts de la meute impérialiste, constituée de pays que tout le monde connaît .
Et on a les 3 pays arabes, l’Arabie Saoudite , les émirats et l’Egypte, que tout le monde honnit qui sont inféodés
3. CAPTAIN ALGERIA le 03/01/2020 16:12
Il risque que l'Algérie récupère toute la Lybie à force de s'y frotter !
4. Logique le 03/01/2020 17:44
Haftar et Sissi = Prostitués d'Israël !
5. YYY le 03/01/2020 17:53
@Badre

''...Et on a les 3 pays arabes..'' Vous oubliez de nommer le France et La Russie qui sont eux aussi avec Haftar.

Le camps / Ahzab Haftar : France, Russie, Arabie Saoudite , les Émirats et l’Égypte

L'autre camps

Le camps / Ahzab Fayez Al Saa-rajj : Erdogan, États-Unis, Italie, Frères Musulmans et la France
( Al Ma-Kron se trouve dans les 2 camps),
6. Saber le 03/01/2020 20:01
On dirait que les mondialistes cherche le bon endroit pour allumer la mèche de la troisième guerre mondiale avec diminution drastique de la population humaine.
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73