... ... ...
...

alterinfo.net

Twitter
Comprendre la « raffarinade » militaire de M. Poutine : “Win the “peace” needs the “war” to win against the “war” ”…

Chahid Slimani

Nous devons apparemment à la journaliste suisse Marie-Claude Martin le néologisme politique « raffarinade », évoquant les fameuses formules de l’ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, « auteur de petites trouvailles linguistiques »[1]. En 2005, lors de la campagne pour le « oui » au référendum pour la Constitution européenne, Jean-Pierre Raffarin, en voulant traduire en anglais la formule « Le oui a besoin du débat pour gagner », lâcha "Win the "yes" needs the "no" to win against the "no". ("le oui a besoin du non pour gagner contre le non")… un picotant non-sens, voilà !



J’apprenais aujourd’hui, étonné, car assez inculte sur le culte et la saga « Poutine le chevalier philosophe », que l'Arabie saoudite a signé le 5 octobre avec la Russie un accord ouvrant la voie à l'achat de systèmes russes de défense antiaérienne S-400 ainsi qu'à leur production dans le royaume saoudien. S-300 pour l’Iran et la Syrie, S-400 pour l’Arabie saoudite et bientôt S-500 pour Israël. “Win the “S-400” needs the “S-300” to win against the “S-300” ”…





I. Mais dis donc, les S-300 livrés à l’Iran et à la Syrie sont-ils « à blanc » ?

II. Cupidon et ses flèches S-300, S-400, S-500, S-etc. etc.

III. Et Poutine le philosophe appela son S-500 « Prométhée »…





I. Mais dis donc, les S-300 livrés à l’Iran et à la Syrie sont-ils « à blanc » ?



Après la levée du Kremlin de l'interdiction de livrer à l'Iran des systèmes S-300, nous apprenions le 14 avril 2015 grâce à l'analyste russe Andreï Baklitskï, du centre de réflexion indépendant PIR, que « Cela fera réfléchir les agresseurs potentiels de l'Iran (…) Nous voyons ce qui se passe au Yemen, et ailleurs au Proche Orient » où « les puissances régionales sont mieux équipées que l'Iran », citant ainsi l'Arabie Saoudite, Israël etc.[2] Parfait ! Les Iraniens pouvaient alors se targuer que les S-300 seraient « mortels pour l'ennemi ».



Nous apprenions il y a quelques jours aussi que l’armée israélienne a mené plus de cent frappes aériennes en Syrie depuis 2011, tout en précisant chaque fois dans un communiqué qu’ « À aucune étape la sécurité des citoyens et des avions israéliens n'a été menacée », en faisant allusion bien entendu aux fameux systèmes S-300 et S-400 déployés en Syrie.



Dans la nuit du 6 au 7 avril 2017, nous apprenions que 59 missiles de croisière ont été lancés depuis les destroyers USS Ross et USS Porter sur l’aéroport et la base de Chayrat. Encore une fois et étrangement, les fameux systèmes S-300 et S-400 étaient aux abonnés absents.



Pour l’anecdote, sur le site LeFigaro.fr, un certain Trophimovitch ironise « Comme quoi le matériel de défense russe n'est pas si performant. On nous avait vanté les S300 et S400. Entre les Tomahawk americains et les avions israélien, on constate que le ciel syrien est une vraie passoire. Bonne nouvelle pour les marchands d'armes français. »[3].



II. Cupidon et ses flèches S-300, S-400, S-500, S-etc. etc.



Cupidon de la berçante mythologie romaine, est le dieu de l’Amour. De ses S-300, S-400, S-500, S-etc. etc., M. Vladimir Poutine est sans conteste le dieu de l’Amour entre les frères ennemis. Entre l’Iran et l’ l'Arabie saoudite. Quiconque touché par ses flèches S-300, S-400, S-500, S-etc. etc., succombera à ce désir frénétique qu’on appelle Amour. Poutine n’est pas un marchand de canons. Poutine est un marchand d’Amour.



L'Arabie saoudite vient donc de signer avec la Russie un accord ouvrant la voie à l'achat de systèmes russes de défense antiaérienne S-400 ainsi qu'à leur production dans le royaume saoudien. L’Amour est dans le pré. L’Amour est dans le désert.





III. Et Poutine le philosophe appela son S-500 « Prométhée »…



Dans la mythologie grecque, Prométhée aurait créé les hommes à partir d'eau et de terre. Encore une histoire de boue. J’écrivais en 2015 « Je termine la lecture de Freud et je comprends enfin pourquoi Poutine est attiré par le bourbier syrien. Ainsi, pour peu qu’il en ait l’occasion, l’enfant Poutine, « tripote-t-il et joue-t-il encore volontiers avec de la boue humide qu’il aime à ramasser en gros tas. Ce tas de boue est déjà, dans une certaine mesure, un symbole qui se différencie de la chose proprement dite par l’absence d’odeur. ». Pour l’enfant Poutine, « la boue est en quelque sorte des matières fécales désodorisées. » révèle Freud. ».[4]



Aux capacités encore plus poussées que les S-300 et les S-400, les S-500 Prometeï (Prométhée) sont la flèche ou la fleur que Cupidon va probablement envoyer à Israël. Une autre « raffarinade » du philosophe Poutine nous apprendra qu’un vrai Amour est un Amour à trois. Un Threesome (Ménage à trois), où Israël « nique » les deux autres partenaires « hairy » (poilus).



En attendant, nous venons d’apprendre qu’au moins huit combattants du Hezbollah libanais, ont péri dans une attaque aérienne menée par un drone russe. Yes ! “Win the “peace” needs the “war” to win against the “war” ” pensait probablement M. Poutine.


[1] Marie-Claude Martin, « L'inconnu d'avant-hier », https://www.letemps.ch/no-section/2002/05/07/television-vue-marie-claude-martin-inconnu-hier

[2] AFP , publié le 14/04/2015.

[3] Commentaire posté le 07/04/2017 à 08:37. Lien : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/04/07/97001-20170407FILWWW00034-les-frappes-en-syrie-ont-quasiment-detruit-la-base-et-tue-4-soldats-osdh.php

[4] Lire « The Purge IX : Freud et la défécation politico-sexuelle de M. Vladimir Poutine et M. Donald Trump… », http://chahidslimani.over-blog.com/2015/12/the-purge-ix-freud-et-la-defecation-politico-sexuelle-de-m-vladimir-poutine-et-m-donald-trump.html

© Dessin Dave Granlund

http://chahidslimani.over-blog.com/2017/10/comprendre-la-raffarinade-militaire-de-m.poutine-win-the-peace-needs-the-war-to-win-against-the-war.html


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73