... ... ...
...

alterinfo.net

Twitter
Entre colons de papier ; faut bien se serrer les coudes !

JBL1960

C'est vrai quoi !


On ne peut même plus génocider, voler les terres et piller les ressources, tranquillou !!!


Où on veut, quand on veut et comme on veut...


Ben non !


Hé les colons de papier = La fête est finie !!!


~~~~▼~~~~



L'Australie courtise les Sud-Africains blancs "persécutés",


Pretoria enrage


FRANCE SOIR | 15/03/2018 |URL de l'article ► http://www.francesoir.fr/actualites-monde/laustralie-courtise-les-sud-africains-blancs-persecutes-pretoria-enrage








L'Australie a provoqué la colère de l'Afrique du Sud en se disant prête à accueillir les fermiers blancs sud-africains, jugés "persécutés" dans un pays violent et divisé par un récent projet de réforme agraire visant à "corriger les inégalités" de l'apartheid.

Pour le gouvernement conservateur australien, les agriculteurs blancs sud-africains sont "confrontés à des conditions atroces" en raison des violences criminelles qui les visent et de la politique de redistribution des terres annoncée par Pretoria.

Un total de 74 fermiers, selon la police, ont été tués entre 2016 et 2017 en Afrique du Sud, pour la quasi-totalité des blancs selon l'organisation AfriForum, porte-parole de cette minorité.

Les fermiers blancs sud-africains "ont besoin d'aide de la part d'un pays civilisé comme le nôtre", a estimé dans un langage peu diplomatique le ministre australien de l'Intérieur Peter Dutton au Daily Telegraph mercredi.

Ces agriculteurs pourraient être éligibles à un visa dans la catégorie "persécution intérieure" ou "humanitaire", a-t-il avancé.

Une position qui tranche radicalement avec la politique extrêmement dure de l'Australie vis-à-vis des demandeurs d'asile notamment d'Irak, de Somalie ou d'Afghanistan, qui lui a valu les foudres d'organisations de défense des droits de l'Homme.

Le parti pris de Canberra a immédiatement provoqué l'ire du gouvernement de Pretoria et d'organisations de fermiers africains.

"Il n'y a aucune raison de penser (...) que des Sud-Africains se retrouvent en danger à cause de leur gouvernement", a assuré la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Lindiwe Sisulu. "Cette menace n'existe tout simplement pas".

"Nous restons une nation unifiée, à la fois noire et blanche", a renchéri le porte-parole du gouvernement, Ndivhuwo Mabaya.

La très délicate question agraire en Afrique du Sud déchaîne les passions, alors que l'écrasante majorité des fermes (72%) appartient toujours à la minorité blanche (8%) près d'un quart de siècle après la chute officielle du régime raciste.

[caption id="" align="alignleft" width="244"] Source[/caption]

- "Citoyens de seconde zone" -


"C'est un sujet chargé d'émotions", a reconnu à l'AFP Neo Masithela, président de l'Association des fermiers africains (Afasa).

La position "très offensante" de Canberra contribue encore plus à "diviser" l'Afrique du Sud, a-t-il regretté, alors que les tensions raciales empoisonnent toujours la "nation arc-en-ciel".

Pour "corriger les inégalités" héritées de l'apartheid, le nouveau président Cyril Ramaphosa s'est engagé à "accélérer" la redistribution des terres, sous la pression de son parti du Congrès national africain (ANC) et de l'opposition de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF).

Il y a urgence, sinon "ce problème va nous exploser entre les mains", a prévenu mercredi le chef de l’État.

La méthode reste à définir, mais M. Ramaphosa prévoit notamment "l'expropriation de terres sans compensation", à condition, insiste-t-il, de ne pas "déstabiliser l'économie".

"Le temps de la réconciliation est fini", a lancé récemment le bouillant chef des EFF, Julius Malema, qui appelle régulièrement à envahir des terres.

Dans la minorité blanche, on s'inquiète. Au point que le président Ramaphosa a appelé à la raison.

Avant l'avènement de la démocratie en 1994, "de nombreuses personnes étaient tellement anxieuses qu'elles ont commencé à faire des provisions. Nous disons que ce n'est pas le moment", a-t-il affirmé mercredi, assurant que les terres ne seraient pas saisies illégalement.

- "Racisme anti-blanc" -

Nombre d'agriculteurs blancs ont à l'esprit le retentissant échec de la réforme agraire au Zimbabwe voisin, qui a plongé le pays dans une très grave crise économique.

Dans ce concert d'indignations provoqué par l'Australie, AfriForum a elle salué la main tendue par Canberra en direction des agriculteurs blancs, qu'elle accuse les autorités du pays de considérer comme des "citoyens de seconde zone".

L'ONG a espéré que la proposition australienne "serve d'avertissement" à l'Afrique du Sud.

Au cours des trois dernières décennies, près d'un demi-million de Sud-Africains blancs ont déjà quitté le pays, selon les statistiques officielles. Et l'Australie arrive en tête de leur destination.

Chez Compass Migration, société sud-africaine qui facilite les démarches des candidats au départ, on reconnaît recevoir au quotidien des demandes de fermiers blancs. Ce qui n'était pas le cas il y a encore quelques années.

"Certains ont été victimes d'attaques, ils sont inquiets pour leur avenir", explique à l'AFP son directeur Ryan van Niekerk, "on est dans une situation unique où il y a un racisme anti-blanc".

Au début du mois, Julius Malema avait expliqué vouloir faire tomber le maire de Port Elizabeth (sud-est) parce qu'il est "un homme blanc". "On coupe les têtes de la blancheur", avait-il lancé.

Auteur(s) : Par Béatrice DEBUT - Johannesburg (AFP) Pour FRANCE SOIR DU 15/03/2018 ► http://www.francesoir.fr/actualites-monde/laustralie-courtise-les-sud-africains-blancs-persecutes-pretoria-enrage






~~~~▲~~~~


Outre que cela rappelle l'affaire Bundy à Malheur dans l'Oregon, qui s'était soldée par la mort de Lavoy Finnicum, alors que les manifestants exigaient la restitution «au peuple» des terres fédérales du parc de Malheur et que j'ai traitée par ce billet récapitulatif ► Oregon de Malheur

Cette proposition des Australiens de papier, qui commémorent chaque 26 janvier leur fierté d'avoir tué l'Aborigène pour sauver l'homme blanc, pour sauver le cul des Afrikaners "confrontés à des conditions atroces" est totalement logique pour ces descendants des colons/envahisseurs/exterminateurs.

L'Australie est sous totale domination de la Doctrine chrétienne de la découverte américaine, qui fonde le colonialisme.

“Les Américains sont le seul peuple, à l’exception des Boers, qui, de mémoire d’homme, ont totalement balayé la population autochtone du sol (du moment) où ils se sont installés.”Franz Fanon ► PDF de "Peau Noire, Masques Blancs"

Alors si le moment de la décolonisation est venu, pour autant, il ne peut être question d'appeler aux meurtres des Afrikaners, comme le fait l'EFF avec ce slogan par exemple ; Un révolutionnaire doit devenir une froide machine à tuer motivée par une haine pure...


Car s'il est vrai que les Afrikaners (anciennement les Boers) qui se définissent eux-mêmes comme les Nouveaux Africains issue d'une population de race blanche nés en Afrique du Sud et parlant l'afrikaans ne sont que des COLONS de papier ; les Natifs Africains/Aborigènes et Nations premières, Peuples Originels, ne peuvent se transformer en bourreaux pour récupérer leurs terres...


Et à l'exemple des Natifs amérindiens eux-mêmes et aidés par les légalistes issus de la colonisation, nous pouvons comprendre le système légal de l'oppression coloniale pour mieux de démonter, car c'est le même ressort à l'œuvre dans tout l'Empire anglo-américano-christo-sioniste incluant l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud... Depuis au moins 1492, et qui a conduit à l'élimination de 100 millions d'Indigènes !

N'est-ce pas suffisant ?


Pourtant il n'est question d'aucune reddition !

Juste de rompre avec le présupposé raciste et eugéniste que l'homme qui n'est pas blanc est inférieur et pire que "les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures" et d'en faire la condition sine qua non pour espérer enclencher un nouveau paradigme en lien avec les peuples autochtones de tous les continents.

Démontrons notre capacité à remplacer l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : la société des sociétés.

Ne redevenons pas des barbares ; ça c'est leur truc...


JBL1960



DOSSIERS CONNEXES ;


Introduction à la Grande Loi de la Paix ;

Le Grand désapprentissage en version PDF de 29 pages RÉSISTANCE AU FLÉAU DE L'HUMANITÉ ► Solutions anticoloniales pour une décolonisation de l'Empire par le Pr. Taiaiake ALFRED

Source de l'image ► Wikimedia



Commentaires (1)
1. YYY le 18/03/2018 10:52
Armes à la main, ce sont toujours les mêmes nazis colonisateurs qui tuent les autochtones sur tous les continents de la planète en prétendant apporter la civilisa-sion.
Meurtres, génocides, spoliations, esclavagisme sont systématiques.
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73