alterinfo.net

Twitter

Iowa (USA): association police-Big pharma pour la surveillance santé des élèves!

Dans l’Iowa, l’industrie du vaccin s’associera désormais à la police et surveillera les élèves pour des contrôles trimestriels obligatoires de « santé et bien-être »

Lance D. Johnson, 27 février 2019, Natural News

 

Après que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ait qualifié « l’hésitation face à la vaccination » comme représentant une menace mondiale pour la santé en 2019, la conformité par rapport à la vaccination est devenue la priorité absolue de chaque gouvernement  dirigé par Big Pharma. Le commissaire de la FDA, Scott Gottelieb, a appelé les Etats à limiter les exemptions relatives aux vaccins et à priver les parents de leurs droits. La guerre visant à atteindre des taux maximum d’adhésion aux vaccins se déplace vers une situation de plus en plus ferme.

L’Etat vise maintenant les familles qui font l’école à domicile. Nombre de ces familles ne respectent pas la totalité du calendrier vaccinal du CDC. Certaines familles essayent d’échapper à tous les vaccins. La représentante de l’Etat d’Iowa, Mary Mascher,  a lancé un projet de loi destiné à viser  les gens chez eux en vue de faire respecter la loi. Le texte HF 272 obligerait les familles d’Iowa, et qui font l’école à domicile de fournir la preuve du carnet de vaccination de leurs enfants, tout en les soumettant à des contrôles de sécurité trimestriels «de santé et de bien-être». Ces contrôles pouvant être effectués par des fonctionnaires du Département des services de santé et des services sociaux accompagnés par la police.

Le HF 272 est la directive la plus intrusive de cet Etat vaccinal. Aux lignes 22 à 24, le projet de loi demande à tous les parents qui font l’école à domicile de fournir au district les preuves que l’enfant a bénéficié des vaccinations «requises en vertu de l’article 139A.8». De plus, les parents seraient tenus de présenter un document complet concernant l’écolage de l’enfant, y compris « un aperçu du programme d’études » de toutes les matières abordées, de tous les plans de cours, ainsi que d’un registre chronologique pour chaque domaine d’étude. Ce projet de loi  est à la fois intrusif et malhonnête. Même les parents qui envoient leurs enfants dans une école publique peuvent choisir de ne pas recevoir l’un des vaccins recommandés par le CDC. Dans cet état, les exemptions religieuses et médicales existent cependant toujours !

Les districts scolaires «organisent des visites trimestrielles à domicile en matière de santé et de sécurité » pour les enfants du district et peuvent engager les forces de l’ordre si les parents ne donnent pas leur consentement.

Pour appliquer les nouvelles règles, le projet de loi demande au conseil d’administration du district scolaire de « procéder à des visites trimestrielles à domicile pour vérifier la santé et la sécurité » des enfants du district. Le projet de loi prévoit des fonds suffisants pour que le district scolaire puisse contrôler les familles qui pratiquent l’enseignement à domicile. Les visites doivent être effectuées à domicile et inclure l’observation de l’enfant, ainsi qu’un entretien avec ce dernier.

Si les parents ne donnent pas leur consentement, le district peut alors obtenir du tribunal pour mineurs une clause qui leur permettrait d’entrer de force dans le foyer et de procéder à leurs observations et entretiens. Le surintendant du district scolaire doit « désigner une personne pour exécuter ces tâches ». Cette personne est désignée comme « rapporteur obligatoire ».

Le plus révoltant : le district scolaire pourra collaborer avec le département des services sociaux, ainsi qu’avec les « services locaux du comté, et avec les agents régionaux pour entrer dans les maisons et procéder aux examens requis.

Etant donné le fait que les agents sont tenus de « faire leur travail », ils pourront se montrer très critiques pour que les parents intimidés ouvrent leurs portes et soumettent leur enfant à l’examen intrusif, ainsi qu’aux exigences en matière de vaccination. Si les parents ne coopèrent pas et ne présentent pas les preuves de vaccinations, il sera très facile pour les services de protection de l’enfance de retirer les enfants de la famille, de les faire vacciner et de les envoyer vivre dans une autre famille.

En Oregon, les législateurs veulent imposer le respect du calendrier vaccinal dès que les parents ramènent leur nouveau-né de la maternité ou de l’hôpital. Selon une proposition faite en Oregon, chaque nouveau parent, y compris les parents adoptifs devraient recevoir deux ou trois fois la visite d’une infirmière ou d’un professionnel de santé. Ces visites ont pour objectif de mettre les parents en contact avec les médecins de premier recours, de les filtrer, ainsi que de les programmer pour une myriade de vaccinations.

Ces projets de loi intrusifs donnent un aperçu de la voie que l’Etat autoritaire s’apprête à prendre pour forcer les gens à obéir et à se conformer aux exigences vaccinales. Les familles qui enseignent à domicile doivent s’apprêter à tenir leurs représentants élus responsables afin de ne pas permettre aux entreprises pharmaceutiques de créer des lois qui, rendues obligatoires, se retourneront contre le bon peuple.

Source : Naturalnews

Voir aussi :

Un rapport du Sénat français de 2007 mentionne que les pharmas sont "les partenaires naturels" des autorités...

(France): 20 examens de santé désormais obligatoires avant 16 ans

Vaccination : l’Italie opte pour la menace “pas de vaccin, pas d’école”

Tyrannie vaccinale généralisée en Argentine

L'OMS dévoile son projet de création d'un "département de santé" numérique



http://initiativecitoyenne.be/2019/03/iowa-usa-association-police-big-pharma-pour-la-surveillance-sante-des-eleves.html



Commentaires (2)
1. Duc1950 le 13/03/2019 23:41
Les américains sont "armés"ils n'ont qu'à se défendre et exiger la démocratie directe!
2. Peter le 15/03/2019 08:26
C'est pour mieux occuper la Police ailleurs qu'a s'en prendre aux dealeurs de drogues (conflits d'intérets),
puisque Big-Pharma n'a pas besoin de blanchir son argent ...empoisonné.
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73