alterinfo.net

Twitter
L'ombre des lobbies plane sur le nouveau gouvernement français

Richard Werly

De nouveaux ministres devraient intégrer le gouvernement français ce mardi. Leurs liens avec les lobbies dénoncés par Nicolas Hulot seront examinés de près

«Vous voulez une liste? La voici. Le ministre de l’Agriculture est lié au lobby de l’agroalimentaire. La ministre de la Santé a fait une bonne partie de sa carrière dans l’industrie pharmaceutique. La ministre du Travail a été directrice des ressources humaines pour de grandes entreprises comme Dassault ou Danone. Le premier ministre lui-même a été employé d’Areva, le géant du nucléaire…» La députée européenne qui s’exprime devant nous est une combattante écologiste française de longue date. Elle fulmine. Car selon elle, la courroie de transmission entre le secteur privé et le gouvernement français n’a jamais été aussi solide, donc perverse et problématique.
Un terme peu utilisé

Vérification faite, tout ce que dit notre interlocutrice est exact. Le gouvernement français qu’Emmanuel Macron devrait remanier dans la matinée, avant un séminaire de rentrée très attendu, est étroitement lié à des secteurs d’activité identifiés. Le président de la République a d’ailleurs souvent présenté cela comme un atout, vantant les compétences techniques de ministres comme Muriel Pénicaud (Travail), Agnès Buzyn (Santé) ou Jean-Michel Blanquer (Education nationale). Problème: ces «spécialistes» ont-ils, en entrant au gouvernement, rompu tous leurs liens antérieurs? La question se pose aussi pour une ministre donnée partante, l’éditrice Françoise Nyssen, chargée de la Culture, mise en cause pour des travaux effectués dans les locaux de son entreprise, Actes Sud. L’intéressée s’est d’ailleurs vu retirer, voici quelques mois, la tutelle sur le secteur du livre, sujet clé de son ministère…

Le terme «lobbies» était jusque-là peu utilisé en France, alors que leur influence à Bruxelles, au sein de la Commission européenne, est souvent dénoncée. Or Nicolas Hulot en a fait sa cible lors de l’annonce surprise sur France Inter de son départ, accusant un groupe de pression identifié: celui des chasseurs, qui emploie des consultants influents comme le «conseiller politique» de la Fédération nationale des chasseurs, Thierry Coste, dont le ministre démissionnaire a dénoncé la présence lors d’une réunion à l’Elysée. Résultat: d’autres faits remontent à la surface.

Emmanuel Macron lui-même est ainsi souvent accusé d’avoir gardé des liens avec la banque Rothschild, son ancien employeur entre 2008 et 2012. Mais le cas d’Edouard Philippe, ex-maire du Havre, est encore plus emblématique. Ce dernier a été entre 2007 et 2010 salarié d’Areva comme directeur des affaires publiques. Soit le terme exact pour désigner les cadres chargés d’influencer les décisions de l’administration. Comment juger, dès lors, la publication la semaine dernière d’un rapport préconisant la construction de six réacteurs nucléaires EPR de dernière génération en France? C’est ce rapport, selon nos informations, qui aurait convaincu Nicolas Hulot que la partie était perdue face au lobby de l’atome, appuyé sur un corps aussi influent en France que celui des énarques: les ingénieurs sortis de l’Ecole des mines.
Une histoire de rapports de forces

Ces lobbies ne sont pas nouveaux. On se souvient que lors de ses deux procès, en première instance et en appel, l’ancien ministre socialiste du Budget Jérôme Cahuzac a longuement évoqué ses liens avec l’industrie pharmaceutique, auprès de laquelle il prétendait avoir collecté de l’argent pour une éventuelle campagne présidentielle de Michel Rocard, dans les années 1990. «Les parlementaires ont toujours été sollicités, en France comme au Parlement européen de Strasbourg. C’est un rituel contre lequel il faut se protéger», nous confirmait d’ailleurs en mai Daniel Cohn-Bendit, le vétéran écologiste français qui a renoncé ce week-end à remplacer Nicolas Hulot.

La différence est que cette fois, de très nombreux députés pro-Macron sont jeunes, élus pour la première fois et donc plus influençables. Leur parti manque d’experts aguerris. Tandis qu’au nom de l’efficacité et de la vitesse, les ministres appuient sur l’accélérateur pour voter vite les textes législatifs des réformes promises: «Les lobbies ne comprennent que le rapport de force. Pour leur résister, il faut faire de la politique, ouvrir les vannes, prendre à témoin les gens et les médias, ne pas se laisser phagocyter par l’administration», juge l’eurodéputé vert José Bové. Un mode d’emploi fort éloigné, jusque-là, du verrouillage façon Macron.



Commentaires (2)
1. Tmo le 04/09/2018 11:00
Nicolas Mulot est lui même est un lobbyiste
comme les lobbyiste anti-tabac ,anti-alcool , anti-viande, anti-voiture, anti-chasse etc..etc...
c'est simplement une guerre de lobbyiste !
2. jheaislescookies le 07/09/2018 21:46
il faut appeler un chat un chat,ce qu'on nomme de nos jours "lobbies" c'est ce qu'on appelait du temps dela république française du "trafic d'influence" ! https://hdclips.top/hd-videos/XW9JCxsPgfc/ea69-hulot-gaulois-loi-schiappa-d%C3%A9cret-valls-fi-italie-%C3%89tats-unis-royaume-uni://
https://hdclips.top/hd-videos/XW9JCxsPgfc/ea69-hulot-gaulois-loi-schiappa-d%C3%A9cret-valls-fi-italie-%C3%89tats-unis-royaume-uni

ilfaudrait peut-être rétablir la république
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73