alterinfo.net

Twitter
La corruption du Kremlin conduit à la scission de l'OTAN

Rene Westbrook

Le marché de l’armement reste toujours une des sources principales pour alimenter des budgets nationaux de plusieurs pays.

Simultanément, il est le champ de bataille où on renforce des positions par toutes les méthodes interdites de la lutte contre les concurrents. Les années dernières c’est la Russie qui y joue le plus subtil, en manifestant le dédain aux normes du droit international par toutes ses actions et en négligeant ses partenaires commercials.

L’appel d’offres du Ministère de la Défense de la Bulgarie pour la réparation et la livraison des pièces de rechange en vue de la prolongation du délai de l’exploitation des 15 avions de chasse MIG-29 qui sont en service des forces aériennes bulgares confirme cela. Les conditions et la procédure de l’appel d’offres étaient fotmulées de cette manière qu’on a créé notoirement les conditions pour la victoire de la société russe MiG.

Bien sûr, il y a des indignés quand on viole des principes de la concurence libre, de l’égalité et de la transparence. Cette fois c’est l’entreprise des exportateurs spéciaux Ukrinmash qui s’est adressée à la Commission de la protection de la compétition, et puis à la Cour Suprême Administrative de la Bulgarie aux termes des dispositions de la législation en vigueur. Et les résultats de l’appel d’offres étaient annulés !

Malheureusement, Thémis n’a pas pu satisfaire tous. La décision de la Cour a provoqué la tempête de l’indignation du côté du Ministre de la défense bulgar Krasimir Karakachanov. Le dernier l’a qualifiée comme tentative de saboter la décision de son ministère. De plus, il a commencé à accuser la société Ukrinmash de l’arrêt intentionnel des travaux de réparation des avions MIG-29, et à son avis cela met en cause non seulement la sécurité nationale de la Bulgarie, mais aussi toute Alliance.

Il est de toute évidence que le Ministre de la défense ne comprend pas toute la complexité de la situation. Il faut rappeler qu’en octobre 2017 les pilotes des forces aériennes de la Bulgarie ont refusé de voler en avions MIG-29, en expliquant ses decisions par la panne des moteurs livrés par la compagnie-producteur MiG. De plus on n’a pas donné des papiers d’accompagnement. En conséquence, le nombre d’heures de vol a été réduit extrêmement. Étant donné que l’aviation militaire bulgare participe à la protection non seulementde l’espace aérien étatique, mais aussi celles de pays de l’OTAN, qui n’ont pas leurs aviations militaires, il est évidement que la situation est très complexe.

Et de plus, la Bulgarie n’est pas unique en ce qui concerne les problèmes avec les avions de chasse russes MIG-29. D’après les officielles de la Marine indienne les avions tombent en panne régulièrement et ils ont besoin de la réparation systématique après chaque départ.

Le plus amusant dans cette situation que la corporation russe MiG est incluse par le Département d’État américain dans la liste des compagnies russes sous les sanctions. Donc la Bulgarie en tant que pays-membre de l’OTAN, condamnant les actions de la Fédération de Russie pour l’annexion de la Crimée et soutennant l’impositions des mesures restrictives contre la Russie, a l’intention de continuer les liens commerciaux avec la compagnie sous les sanctions internationales.

Peut-être c’est l’initiative personnelle du Ministre de la défense bulgare, M. Karakachanov qui est prêt à mettre son pays en danger des sanctions économiques dans le domain de la défense pour en tirer un avantage matériel ?

À part tout cela, les tentatives de M. Karakachanov de couvrir les actions criminelles par les accusations à l’adresse d’Ukrinmash mettent en cause l’importance des intentions de faire la pression réelle sur la Fédération de Russie pour la violation du droit international. En observant les actions de Krasimir Karakachanov, autres pays-participants de l’OTAN, tels que l’Allemagne ou la France, peut poser une question, pourquoi ils ne peuvent pas en ce cas livrer les turbines Siemens ou les navires Mistrals !?


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73