alterinfo.net

Twitter
La mystique du métissage et les interrogations qu’elle suscite

P Goudron

Une version antérieure du texte ici présenté m’a valu l’exclusion d’un célèbre réseau social, preuve que le sujet traité est particulièrement sensible aux yeux des élites mondialistes juives et anglo-américaines.

Le métissage et sa mystique

Le monde, qui a été voulu par Dieu, est bon par nature et en particulier l’homme. La diversité humaine a été conçue et voulue par le Créateur, de même que tous les mélanges possibles entre populations humaines distinctes. Il n’existe pas de races mauvaises ou de races meilleures que d’autres. Et de même qu’il est criminel de s’opposer à la volonté de Dieu en condamnant ou en critiquant le métissage des populations humaines, c’est un péché de stigmatiser ceux qui préfèrent trouver leur conjoint au sein de leur propre population.

Ce qui retiendra mon attention ici ce n’est ni le métissage, ni le refus du métissage mais la signification mythique, mystique, religieuse, métaphysique et politique que certaines personnes très haut placées confèrent au métissage. Et je vais tenter de dégager cette signification au travers du mariage hautement symbolique du prince Harry et de Mégane la roturière.


Le mythe des initiés

On peut lire dans le mythe d’Osiris tel qu’il est relaté par Plutarque cet intrigant passage :

http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Plutarque/isisetosiris.htm
Les Égyptiens, en effet, rapportent que Mercure (incise : Hermès pour les Grecs) avait un bras plus court que l'autre ; que Typhon était roux, Horus, blanc, Osiris, noir : ce qui donnerait à penser qu'ils étaient des hommes.
Fin de citation

Or il se trouve que le tout récent mariage princier qui s’est tenu au Royaume-Uni a lié un homme roux, le prince Harry, et une femme à la fois blanche et noire, la jolie Mégane qui pour la circonstance portait une superbe tiare princière dont les diamants dessinent un œil d’Horus ! Admirons cette tiare :

https://hips.hearstapps.com/hmg-prod.s3.amazonaws.com/images/hbz-meghan-markle-tiara-index-1526730363.jpg

Comment peut-on comprendre cette très curieuse coïncidence ?
Le mythe d'Osiris conté par Plutarque peut être brièvement résumé comme ci-dessous. On trouvera le mythe complet ici :

http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Plutarque/isisetosiris.htm

Lorsqu'ils devinrent souverains d'Égypte, Isis et Osiris arrachèrent leurs sujets à la barbarie, les initièrent à l'agriculture et leur apprirent à respecter les dieux. Plus tard Osiris parcourut la terre pour la civiliser. A son retour son ennemi Seth (ou Typhon) lui tendit un piège, l'enferma dans une arche (un coffre) que lui et ses complices scellèrent avant de la jeter dans le Nil. Informée Isis cacha le jeune Horus, fils qu'elle avait eu d'Osiris, dans les roseaux du Nil. Puis elle erra à travers l'Égypte à la recherche de son époux. Elle finit par trouver le coffre avec son époux mort sur le territoire de Byblos. Elle emmena la dépouille de son mari et la cacha dans un endroit retiré. Mais Typhon la découvrit et la démembra en 14 morceaux qu'il dispersa de tous côtés. Isis reprit sa quête, parvint à reconstituer le cadavre de son mari à l'exception de ses organes génitaux qui furent jetés dans le Nil et dont se repurent les poissons. Osiris ayant repris vie entreprit d'exercer son fils aux combats qui l'attendaient. Il lui demanda quelle action il estimait la plus belle. Horus répondit : « C'est de venger mon père et ma mère quand ils ont été indignement traités ».


L’interprétation du mythe

L'interprétation du mythe donnée par l’universitaire et philologue français Jean-Claude Lozac'hmeur est tout simplement géniale et c'est pourquoi je me permets de la reproduire ici. On la trouve aux pages 94 et 95 de l'ouvrage de cet auteur intitulé ''Fils de la veuve, recherches sur l'ésotérisme maçonnique'' aux éditions de Chiré (2002).

Début de citation
On voit comment la légende d'Osiris est riche d'enseignement initiatique. A partir de ce que nous savons déjà, nous proposons l'interprétation suivante : Osiris représente ici le dieu civilisateur et son corps mystique, l'Humanité initiée des temps primordiaux. Sa mort dans le coffre semble symboliser à la fois l'anéantissement de cette race primordiale par le déluge et le sort de la poignée d'Initiés sauvés par l'Arche. Dans cette perspective le démembrement de son cadavre et sa dispersion aux quatre coins de l'Égypte pourrait figurer la dispersion des hommes à Babel.
Quant à Isis, la Veuve, la Mère Universelle, elle est une image de la connaissance travaillant avec ses fils à réunir les membres de son époux, qui symbolisent les peuples de la terre. Lorsque ceux-ci auront refait leur unité, le dieu bon sera ressuscité et les hommes connaîtront un nouvel Age d'Or.
Fin de citation

Ce mariage d'un homme roux avec une femme à la fois blanche et noire symbolise en quelque sorte la reconstitution de l'homme primordial d'avant la séparation de l’humanité à Babel, opérée par Celui que la dynastie des Windsor (Battenberg de Saxe-Cobourg à l’origine) considère comme le dieu mauvais : YHWH révélé en Israël et incarné en Christ. Ce mariage signifie que Seth-Typhon le dieu roux du désert brûlant, Osiris le noir et Horus le blanc sont à nouveau réunis, bravant ainsi Dieu et lançant à la face du monde le sublime chant de guerre du paganisme revanchard : « Hey Now » !

https://www.alterinfo.net/Hey-now_a136824.html


La question embarrassante

Mais si dans la pensée des Battenberg, devenus Mountbatten, Dieu est le dieu mauvais, qui donc est leur dieu bon et comment, par quelles voies tortueuses, espèrent-ils que l’humanité réunifiée exercera la vengeance d’Horus à l’encontre de Dieu ?


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73