alterinfo.net

Twitter

Le député Insoumis François Ruffin réinvente La Marseillaise accompagné d'un groupe punk (VIDEO)

rt.com


A l’occasion du 14 juillet, le groupe punk la Horde m’a demandé de revisiter la Marseillaise. J’ai dit “oui”, parce que “j’ai fantaisie de mettre dans ma vie un petit brin de fantaisie”.
MA MARSEILLAISE (ft. La Horde)

François Ruffin a mis en ligne un clip vidéo dans lequel il réinterprète La Marseillaise, à sa façon, épaulé par le groupe punk La Horde. Habitué des coups d'éclat, le député LFI souhaite que ce morceau soit mis en avant dans les mouvements sociaux.

«Allons enfants de mon pays, le jour d’espoir est arrivé». C’est ainsi que débute la nouvelle chanson du groupe punk La Horde, actif au cours des années 1980, qui a revisité La Marseillaise accompagné… du député de La France insoumise François Ruffin. Un talent supplémentaire que l’on ne connaissait pas au réalisateur, journaliste et essayiste.

Durant plus de trois minutes, le fondateur du journal indépendant Fakir réinvente l’hymne composé par Rouget de Lisle en 1792, fustigeant par exemple «ces ministres et ces députés qui viennent partout nous répéter qu’il faut qu’on libère la croissance». Posant sa voix sur une instrumentale résolument punk, le député de la Somme apparaît plutôt à l’aise dans l’exercice.

«Pourtant je ne porte ni crête ni perfecto, mais il semble qu’il règne un tel conformisme qu’il suffit de faire un pas de côté pour être considéré comme punk», explique-t-il à nos confrères des Inrockuptibles. Intitulé «Ma Marseillaise», le morceau a été composé afin d’être repris dans les mouvements sociaux.

«Renaud disait que La Marseillaise, même en reggae, le faisait toujours dégueuler [dans le morceau Où c’est que j’ai mis mon flingue ?] : moi non [..] Je considère que c’est un symbole qu’on ne doit pas laisser au FN. Je l’ai donc adapté pour en faire un chant de lutte pour aujourd’hui», affirme-t-il, toujours aux Inrocks.

Un talent de chanteur que le réalisateur de Merci Patron ! s’est découvert sur le tard. «J'ai toujours rêvé d'être Brel, mais au collège j’avais toujours zéro en musique, la prof pensait même que je faisais exprès de chanter aussi mal pour me moquer d’elle», se souvient-il, toujours auprès du magazine. Un moyen pour lui de «mettre dans [s]a vie un petit brin de fantaisie».

Le député est coutumier des coups d’éclats médiatiques. En décembre 2017 à l’Assemblée nationale, celui-ci avait arboré un maillot de football du club amateur de l’Olympique Eaucourtois lors d’une séance publique. Il avait alors été privé de 1 378 euros de son indemnité parlementaire pour manquement au règlement du palais Bourbon. Plus récemment, fin juin, il avait été aperçu dans la cour de l'Assemblée nationale en train de questionner les ministres sur leurs contradictions concernant l'écologie. La vidéo, singeant le style des émissions de Yann Barthès, avait été publiée sur ses réseaux sociaux.



Les paroles

Allons enfants de mon pays
Le jour d’espoir est arrivé
Contre nous de la tyrannie
Tout un peuple doit se lever.

Entendez-vous à l’Assemblée,
Ces ministres, ces députés,
Qui viennent partout nous répéter
Il faut qu’on libère la croissance,
Pas de croissance sans confiance,
La confiance dans la concurrence,
La concurrence notre seule chance
Il faut affronter le marché
Le grand marché mondialisé
Et ça réclame des sacrifices
On n’peut plus vivre comme jadis
Faut accepter faut s’adapter
Dans les retraites il faut tailler
Et la santé doit rapporter
Les autoroutes qu’il faut brader

Allons enfants de mon pays
Le jour d’espoir est arrivé
Contre nous de la tyrannie
Tout un peuple doit se lever.

Les voyez-vous à la télé,
Ces milliardaires, ces PDG,
Tout juste bons à radoter :
Travailler plus pour gagner plus
Consommer plus et produire plus
Il faut bien vendre pour acheter
Et exporter pour importer
Même si bien sûr l’environn’ment
L’environn’ment c’est important
On jure à Davos tous les ans
Que le réchauff’ment climatique
Que la mer pleine de plastique
Ca nous inquiète fortement
Ca nous angoisse pour nos enfants
Et c’est promis pour deux mille trente
Ou bien alors deux mille cinquante
On va enl’ver de nos patates
Dix-sept pour cents de glyphosate,
Monsanto sera très fâché
Mais nous on va leur résister

Résistance !
Résistance !

Allons enfants de mon pays
Le jour d’espoir est arrivé
Contre nous de la tyrannie
Tout un peuple doit se lever.

Qu’on obéisse à nos bons maîtres,
Et la planète fait place nette,
Plus d’hirondelles, plus de moineaux,
Plus de sauterelles, et plus d’oiseaux.
Ils nous envoient droit dans le mur,
Qu’éclabouss’ra notre sang impur.
Alors, y a plus le choix les copains,
Aux âmes, aux âmes, les citoyens !
Et les copines, les citoyennes,
Les mi-toyens, les mi-toyennes,
Marchons, marchons vers leurs palais,
Oui mais même pas pour les chasser,
Qu’on les enferme à double tour,
Et que la vie reprenne son cours,
Et que surtout entre nos mains
On reprenne notre destin,
L’air qu’on respire, l’eau que l’on boit,
Les paysages que l’on voit,
Les mots qu’on dit, démocratie,
Et pas seulement pour faire joli.

Allons enfants de mon pays
Le jour d’espoir est arrivé
Contre nous de la tyrannie
Tout un peuple doit se lever.





Commentaires (1)
1. Margote le 12/07/2019 20:56
excellent ce Ruffin c'est le seul politicien que je supporte !!!
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73