alterinfo.net

Twitter
Leïla Shahid : « En reconnaissant l’État de Palestine, la France serait à la hauteur de ce qu’elle veut être »

Pierre Barbancey

Ancienne ambassadrice de Palestine en France puis auprès de l’Union européenne, Leïla Shahid analyse la situation au Proche-Orient et dénonce certaines postures internationales.

Au niveau européen, la question de la reconnaissance de l’État de Palestine est soutenue par l’Espagne, tandis que la France semble encore attentiste. À l’ONU, le président de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, demande qu’on reconnaisse le statut d’un État sous occupation. Sur le terrain, la colonisation et la répression du gouvernement Nétanyahou se poursuivent, contre toute résistance palestinienne mais également contre les associations israéliennes de défense des droits de l’homme.

Entretien avec Leïla Shahid, déléguée générale de l’Autorité palestinienne en France de 1994 à 2005, puis ambassadrice de la Palestine auprès de l’Union européenne, de la Belgique et du Luxembourg jusqu’en 2015.

Vingt-cinq ans après les accords d’Oslo qui étaient censés finaliser la création d’un État, quelle est la situation du peuple palestinien ?

Je dirais que nous sommes dans la situation d’une deuxième Nakba (la catastrophe). C’est-à-dire une situation aussi grave qu’il y a soixante-dix ans lorsque la Palestine a été retirée au peuple palestinien et que nous sommes devenus des réfugiés. Nous avons néanmoins fait un chemin assez important. L’OLP a ressuscité une identité nationale palestinienne, a défini un but, à savoir la création d’un État palestinien aux côtés de celui d’Israël…

Mais aujourd’hui, ce gouvernement israélien, le plus raciste et le plus criminel que nous ayons vu depuis 1948, a voté une loi en juillet dernier définissant clairement Israël comme un État d’apartheid, puisqu’elle établit deux sortes de citoyens : les juifs qui ont un statut, le reste de la population un autre, avec moins de droits. Il y a également un Premier ministre qui dit ouvertement qu’il ne veut pas d’un État palestinien et qui, sur le terrain, a tout fait pour détruire la possibilité de création d’un État palestinien avec l’expansion de la colonisation, l’annexion officielle de Jérusalem-est, la séparation totale de la Cisjordanie d’avec Jérusalem, la déclaration de guerre aux réfugiés avec la complicité des États-Unis afin de couper les vivres à l’organisme de l’Onu en charge des réfugiés, l’UNRWA.

Parallèlement, la situation mondiale relève du chaos. Vous avez des États arabes qui soudain deviennent les alliés d’Israël contre les Iraniens. Et l’Irak et la Syrie, qui étaient des piliers du monde arabe et sont maintenant décomposés. L’Union européenne se noie dans un verre d’eau – si je peux me permettre l’expression – pour quelques milliers de migrants, la guerre commerciale fait rage… Et la situation palestinienne intérieure est très grave avec une population qui ne se retrouve pas dans sa direction politique, qu’elle soit Hamas ou qu’elle soit Fatah. Tout cela fait que personne ne se préoccupe de notre problème et qu’il s’agit d’un feu vert pour Benjamin Nétanyahou. Cela ne signifie pas que les Palestiniens n’ont pas d’avenir. Mais ils se trouvent à un moment charnière où ils doivent redéfinir tous les critères de leur combat.

La solidarité internationale à l’égard des Palestinien·nes s’exprime grâce à des collectifs comme Boycott Désinvestissement Sanctions. ©A. Katz/Shutterstock.com
La solidarité internationale à l’égard des Palestinien·nes s’exprime grâce à des collectifs comme Boycott Désinvestissement Sanctions. ©A. Katz/Shutterstock.com
Historiquement, les Palestiniens ont tenté la lutte armée puis la voie diplomatique. Les deux ont échoué. Que reste-t-il ?

Je ne suis pas d’accord avec les termes. La lutte armée n’a pas échoué dans la mesure où elle n’était pas conçue comme seul instrument de libération de la Palestine. Les fedayins [les combattants palestiniens, ndlr] étaient trop intelligents et trop lucides pour penser qu’ils allaient battre la quatrième puissance militaire du monde. La lutte armée avait pour but – comme toutes les luttes de libération nationale qui en sont passées par là – de montrer la volonté d’un peuple à revendiquer son droit à l’autodétermination. Cette lutte armée a permis à l’OLP d’exister et de recomposer les morceaux du corps palestinien disséminés un peu partout depuis 1948.

L’OLP n’a donc pas échoué dans son projet de représentation nationale palestinienne. Je dirais même que les accords d’Oslo, c’est-à-dire la tentative de négociations liée aux changements du système bipolaire du monde dans le contexte suivant la chute du mur de Berlin, devaient représenter d’une certaine manière ce nouvel ordre mondial. L’échec d’Oslo n’est pas notre échec, mais celui de cet ordre censé remplacer l’ancien. En fait, c’est un désordre mondial, qui sert la guerre et pas la paix, qui n’a plus de logique. Il y a une totale perte de repères. Il n’y a plus d’instruments de rapports politique et économique pour décider d’une vision. L’échec d’Oslo, c’est celui des Palestiniens, des Israéliens, des Occidentaux, des Arabes et des Nations unies. Tous ont échoué.

Comment jugez-vous l’attitude de l’Union européenne et singulièrement celle de la France qui fait beaucoup de déclarations mais passe peu à l’acte ?

L’Union européenne n’a jamais été très courageuse ni à l’égard de la Palestine ni à l’égard d’autres pays. Parce qu’elle a avant tout posé comme base de ses relations stratégiques le commerce international. Ce qui la cimente, c’est l’euro. Ce qui l’intéresse, c’est d’augmenter les richesses. Mais elle n’a pas vraiment de vision politique. Le repli sur l’extrême-droite auquel on assiste marque d’ailleurs l’échec de l’Europe des citoyens.

Les citoyens peuvent-ils agir pour qu’enfin un État palestinien voie le jour aux côtés d’Israël ?

Il faut d’une part se mobiliser et garder un contact direct avec les forces vives palestiniennes. Il faut aller sur place, inviter les gens là-bas à venir ici. D’autre part, il faut intervenir sans excès, avec un discours serein, sur le droit universel de tous, y compris des Israéliens. Et sur le fait que la France a des devoirs à l’égard de la Palestine et avant tout le devoir de reconnaître l’État palestinien. Même si aujourd’hui nous voyons la difficulté de sa mise en œuvre réelle, cela ne doit pas empêcher celle du droit. La Suède, qui ne s’est jamais impliquée au Moyen-Orient, a reconnu l’État de Palestine l’année dernière. Ce n’est pas le cas de la France qui, elle, a pourtant colonisé le Liban, la Syrie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Mauritanie…

Or qu’est-ce qui empêche aujourd’hui Emmanuel Macron de reconnaître l’État de Palestine dans les frontières de 1967 ? D’ailleurs seule la création d’un État palestinien pourrait garantir à Israël un avenir dans la région. La France serait alors à la hauteur de ce qu’elle veut être. C’est cette reconnaissance que doivent exiger tous ceux qui sont attachés aux droits du peuple palestinien. Je serais vraiment heureuse si la France pilotait cette demande de reconnaissance. Si elle le fait, beaucoup d’États européens la suivront, j’en suis convaincue.




Source : Le Journal des Activités Sociales de l'énergie
http://communication-ccas.fr/journal/......




Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73