alterinfo.net

Twitter

Les Etats-Unis ont-ils livré l’Irak à l’Iran?

Jean-Pierre Filiu

L’Iran n’a eu qu’à engranger méthodiquement, depuis 2003 en Irak, le fruit des errements des présidents Bush, Obama et Trump, lequel a décidé au pire moment l’élimination du général des gardiens de la révolution.

Les Etats-Unis ont-ils perdu cinq mille soldats et dilapidé 1 000 milliards de dollars, depuis 2003 en Irak, pour finalement livrer ce pays à l’Iran? La question est d’une brûlante actualité, car le raid américain du 3 janvier où a péri à Bagdad le général Soleimani décapite, mais sans en rien les désorganiser, les très puissants réseaux pro-iraniens en Irak. La navigation à vue de l’administration Trump a en outre offert à l’Iran et à ses partisans, très contestés depuis des semaines par la population locale, la possibilité de mobiliser contre le « Grand Satan » américain, et contre lui seul, le nationalisme irakien qui dénonçait avec force l’hégémonie iranienne. Un tel désastre n’aurait cependant pu se produire sans seize années de politique erratique des Etats-Unis en Irak, dont l’Iran continue de tirer le plus grand profit.

L’OUVERTURE PAR BUSH DE L’IRAK À L’IRAN

Tout à sa « guerre globale contre la terreur », George W. Bush ne comprend pas qu’en éliminant le régime taliban en Afghanistan en 2001, puis en renversant Saddam Hussein deux ans plus tard, il débarrasse la République islamique d’Iran des deux ennemis jurés qui campaient à ses frontières. Les gardiens de la révolution, forgés dans la résistance à l’agression irakienne de 1980 contre l’Iran, développent leurs réseaux sur le champ de ruines laissées par l’invasion et l’occupation américaines de l’Irak. Ils investissent méthodiquement le vide ouvert en 2003 par Washington, avec la dissolution de l’armée, l’expulsion des membres du parti Baas et l’acharnement contre la guérilla sunnite. Les partis pro-iraniens sont, de surcroît, les grands bénéficiaires de l’établissement en 2005, sous l’égide des Etats-Unis, d’un régime de type communautaire, où les plus fortes milices au plus fort ancrage confessionnel sont privilégiées. C’est contre ce système inique et corrompu, imposé par Washington au profit, de fait, de l’Iran, que la contestation irakienne s’est soulevée depuis octobre dernier.

LA PROTECTION DES MILICES PRO-IRANIENNES PAR OBAMA

Déterminé à solder l’héritage calamiteux de son prédécesseur en Irak, Barack Obama va involontairement y aggraver l’engrenage pro-iranien de la politique de son pays. Il conforte ainsi la position du premier ministre Nouri Al-Maliki, un fanatique chiite, intimement lié à l’Iran (où il a longtemps vécu en exil), dans la perspective du retrait du contingent américain en 2011. Les gardiens de la révolution, après avoir tissé leur toile dans l’Irak de l’après-Saddam, occupent désormais l’espace politico-militaire dont se désengagent les Etats-Unis. En outre, Maliki accentue la discrimination à l’encontre de la communauté sunnite, ce qui permet à Al-Qaida, pourtant vaincue militairement, de se régénérer en Daech, le bien mal nommé « Etat islamique ». La débandade de l’armée irakienne face à Daech à Mossoul, en 2014, entraîne en réaction la levée de milices chiites dites de « Mobilisation populaire ». Leurs composantes les plus efficaces sont encadrées par les gardiens de la révolution et organiquement liées à l’Iran. Elles bénéficient, dans leur lutte antidjihadiste, de la couverture aérienne des Etats-Unis, ce qui leur permet d’étendre leur territoire et leur influence, sous l’autorité du général Soleimani. Le combat contre Daech offre enfin à Téhéran la possibilité de combiner l’action de ses affidés sur les théâtre irakien et syrien, où les milices pro-iraniennes venues d’Irak jouent un rôle de plus en plus important, notamment dans la bataille d’Alep.

LE DÉNI DU PEUPLE IRAKIEN PAR TRUMP

Donald Trump hérite dès lors d’une politique irakienne « hors-sol », où les Etats-Unis interviennent par les airs, contrôlant un certain nombre de hubs d’où décollent leurs aéronefs, tandis que l’Iran a enraciné de multiples relais et instruments de pression à Bagdad et dans le reste du pays. Un premier avertissement retentit dès octobre 2017: le référendum d’indépendance des Kurdes d’Irak, alliés historiques des Etats-Unis, entraîne une offensive des milices pro-iraniennes qui s’emparent de Kirkouk et de ses formidables ressources pétrolières. Les Kurdes d’Irak sont finalement obligés d’abandonner leur rêve séparatiste pour négocier, à des conditions largement fixées par Téhéran, la levée des sanctions que leur avait imposées le pouvoir central. Le soulèvement démocratique qui agite l’Irak depuis octobre 2019 aurait pu constituer une véritable opportunité pour que les Etats-Unis renouent enfin avec la réalité populaire dans ce pays. La virulence de la dénonciation de la mainmise de l’Iran est en effet le trait dominant de cette vague de protestations, y compris dans le Sud très majoritairement chiite du pays (les consulats iraniens dans les villes saintes du chiisme que sont Kerbala et Nadjaf sont ainsi la cible d’une telle colère patriotique).

Mais Trump apparaît vite incapable de considérer l’Irak autrement que comme un champ de manœuvre contre l’Iran. Sa décision, en représailles à la mort d’un sous-traitant américain à Kirkouk, de bombarder des installations des milices pro-iraniennes en Irak précipite l’attaque contre l’ambassade américaine à Bagdad; Washington se venge en liquidant Soleimani, hier protégé par l’aviation américaine qui cette fois l’élimine. Ce raid sans précédent est considéré par le régime iranien et ses relais arabes comme une véritable déclaration de guerre, avec la tentation d’y riposter bien au-delà de l’Irak. Un telle escalade ne pouvait survenir dans de pires conditions pour la contestation populaire en Irak et sa tentative de desserrer l’étau iranien sur le pays. Quant au premier ministre irakien, il participe, le 4 janvier à Bagdad, à l’hommage rendu à Soleimani dans une mer de drapeaux des milices pro-iraniennes et sur fond de slogans anti-américains. Le lendemain, le Parlement irakien vote, à l’unanimité des 170 députés présents (sur 328), en faveur du retrait immédiat des cinq mille soldats américains encore présents en Irak, dans le cadre de la lutte contre Daech.

Les Etats-Unis n’ont qu’eux-mêmes à blâmer, sous trois administrations successives, pour avoir ainsi précipité le Moyen-Orient au bord du gouffre. Mais ce sont les femmes et les hommes d’Irak, et peut-être du reste de la région, qui en paient et en paieront le prix fort.



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73