... ... ...
...

alterinfo.net

Twitter
Les femmes afghanes dans l'enfer démocratique des États-Unis et de l’OTAN

Robert Bibeau

Le 9 août 2010, le New York Times a publié une photo d'Aisha, une jeune fille de 18 ans dont le nez et l'oreille ont été coupés par son mari parce qu'elle s'était enfuie de chez elle, résultat de la violence familiale.

Par Left Radical of Afghanistan



L’article est disponible sur le webmagazine : http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/les-femmes-afghanes-dans-lenfer-democratique-des-etats-unis-et-de-lotan/


Comment les USA et l'OTAN justifient l'occupation de l'Afghanistan?

Le 9 août 2010, le New York Times a publié une photo d'Aisha, une jeune fille de 18 ans dont le nez et l'oreille ont été coupés par son mari parce qu'elle s'était enfuie de chez elle, résultat de la violence familiale. Le New York Times a rapporté que c'était la cour des talibans qui avait donné l'ordre d'une telle violence. Cependant, plus tard, il a été révélé que c’est la violence familiale (tribale) qui a conduit à un tel crime et que les talibans n'y étaient pas engagés. (BBC Persian, 8 déc. 2010)

Avec un tel titre et une photo sur le New York Times, le gouvernement américain visait à justifier sa présence de pillage en Afghanistan et se prétendait le seul défenseur des femmes afghanes. Il a tenté de convaincre les Américains et les Occidentaux que si les Etats-Unis quittaient l'Afghanistan, les femmes d'Afghanistan seraient confrontées au sort d'Aisha!

Ci-dessous, nous allons mettre en évidence quelques faits et exemples, si les Etats-Unis et l'OTAN défendent les femmes afghanes ? Si les femmes afghanes ont obtenu leurs droits sous l'occupation? Si les Etats-Unis et l'OTAN soutenaient un régime démocratique à Kaboul qui garantisse les droits des femmes dans les lois et agisse en conséquence?

L'Afghanistan est occupé par les États-Unis et leurs alliés depuis 2001. La coalition de pillards dirigée par les États-Unis a envahi l'Afghanistan sous prétexte de mener la «guerre contre le terrorisme», de restaurer de la démocratie et de droits des femmes. Les États-Unis et l'OTAN ont collaboré avec des groupes djihadistes et l'Alliance du Nord qui, du point de vue de l'idéologie et de la croyance, ressemblent beaucoup aux talibans et à Daech.

Pendant l'occupation de l'Afghanistan par les États-Unis et l'OTAN, la situation en matière de sécurité et les droits des femmes n'ont pas été améliorés et il y a très peu de différence avec le régime taliban. Les rapports récents de la Commission afghane indépendante des droits de l'homme, de la mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan, d'Amnesty International et de Human Rights Watch et d'autres organisations locales indiquent que la violence contre les femmes augmente d'année en année sous les yeux des États-Unis et de l'OTAN et le régime fantoche à Kaboul.

La suite de l’article est disponible sur le webmagazine : http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/les-femmes-afghanes-dans-lenfer-democratique-des-etats-unis-et-de-lotan/



Non seulement Amnesty International a déclaré, mais aussi Franz-Michael Mellbin, représentant spécial de l'Union européenne à Kaboul, a avoué que l'Afghanistan est la pire place pour les femmes et a critiqué le gouvernement pour ne pas considérer la question des femmes comme une priorité. De même, à la fin de 2016, le FNUAP [Fonds des Nations Unies pour la population d'Afghanistan] a déclaré que 87% des femmes afghanes avaient connu la violence dans leur vie.

Amnesty International signale qu'en 2016, 5 000 cas de violence contre les femmes ont été enregistrés auprès du gouvernement. En 2015, la MANUA [Missions d'assistance des Nations Unies pour l'Afghanistan] a signalé que l'Afghanistan se classait au rang le plus bas 152 sur 155 pays dans les indicateurs mondiaux d'inégalité entre les sexes. En moyenne, 150 femmes sont tuées et 400 autres sont violées chaque année en Afghanistan. De toute évidence, la situation réelle des femmes en Afghanistan est plus terrible que ce qui est officiellement rapporté. Miwa Kato, directrice régionale pour l'Asie et le Pacifique de l'Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, a déclaré le 19 octobre 2017 que le niveau de violence contre les femmes en Afghanistan est incomparable avec celui des autres pays. C'est une alarme.

L'OMS [Organisation mondiale de la santé] a affirmé que sur cent mille mères, plus de mille six cents perdent la vie au moment de l’accouchement en Afghanistan. (BBC 26 janv. 2009) Selon la même organisation, le taux de mortalité infantile est de 91 pour 1000 nouveaux-nés (DW 12 déc. 2011).

Le gouvernement fantoche afghan, les États-Unis et leurs alliés comparent sans vergogne la situation actuelle des femmes en Afghanistan et au temps des talibans et non des gouvernements d’avant 1992! Ainsi, comme nous le voyons, ces détails sur la situation des femmes en Afghanistan ne sont pas simplement des affirmations sans fondement de la part des opposants, ce sont des faits déclarés par des agences dépendantes des Etats-Unis ou «indépendantes». Ainsi, la présence des États-Unis et de l'OTAN en Afghanistan n'a rien donné de positif pour les femmes afghanes.

Les causes de la violence

Les classes dirigeantes, leurs patrons étrangers, ainsi que leurs médias et idéologues ne touchent jamais aux racines de la violence et n'exposent pas les faits réels derrière la violence familiale et l'injustice sociale. C'est pour réaffirmer que le système capitaliste survit à travers l'exploitation de la classe ouvrière et qu'il utilise la religion et d'autres idéologies pour camoufler sa nature et son visage brutaux, sanglants et inhumains. Les femmes ne peuvent pas jouir de la vraie liberté et de la justice même dans la société capitaliste très développée et moderne où les moyens de production appartiennent à une poignée de familles riches. Pour être à l'abri de l'exploitation, de la guerre et de la violence et pour éliminer toute forme d'oppression et de discrimination, il n'y a pas d'autre alternative que de construire le socialisme par l'anéantissement de la propriété privée des moyens de production.

La plupart des violences résultent de la pauvreté et de la situation économiquement précaire des familles, ce qui affectent les mentalités et créent des tensions et des dépressions ainsi qu'une attitude réactionnaire parmi les membres de la famille. Alors que le soutien de famille est sans emploi et attend un travail quotidien dans la rue chaque matin au soir et ne trouve finalement rien et rentre chez lui les mains vides, en même temps que ses enfants ont faim, cela lui brise le cœur et l'esprit. La répétition d'une situation aussi difficile avec des estomacs vides fait que les membres d'une famille se querellent pour des choses élémentaires. Cela amène un mari, un père ou un frère à prendre sa revanche sur les membres les plus vulnérables de la famille car il est frustré parce qu'il doit faire face aux défis croissants imposés par le système social injuste et les classes roturières. La plupart des familles ne peuvent même pas se permettre le moindre soin médical pour leurs enfants malades et elles sont témoins de la mort de leurs enfants causée par des maladies triviales et curables. Dans certains cas, un père est obligé de vendre ses enfants ou de les tuer et de se suicider ensuite faute de pain.

La Commission indépendante des droits de l'homme d'Aghanistan (AIHRC), l'une des entités soutenues par le gouvernement, tente de cacher les racines et les facteurs réels derrière la souffrance des femmes et elle camouffle les faits réels. Dans son rapport annuel 2017, l'AIHRC signale un analphabétisme notable, l'addiction aux stupéfiants, l'insécurité, l'immunité de punition, la corruption administrative, le manque de confiance dans le système judiciaire et les coutumes ancestrales féodales comme principales causes de violence contre les femmes en Afghanistan. Il illustre que 60% des auteurs des violences sont illettrés, 18% sont moins lettrés, 25% sont des toxicomanes.

Bien que le gouvernement ait adopté des lois apparemment astreignantes et signé plusieurs conventions internationales pour défendre les droits des femmes, elles ne sont pas appliquées. C'est parce que le gouvernement est composé de féodaux djihadistes et de membres d'anciens partis fondamentalistes qui n'ont jamais cru aux droits humains, à la démocratie et aux droits des femmes. Par conséquent, la prétendue communauté internationale et son régime d’affidés corrompus à Kaboul ne veulent pas non plus protéger les droits des femmes. De plus, le gouvernement lui-même viole les lois et encourage la violence sur le territoire contrôlé par le gouvernement.

Entretiens de paix et les femmes

Les États-Unis et l'OTAN et leur régime fantoche à Kaboul, ont indiqué que la question des droits des femmes étaient une ligne rouge à ne pas franchir. En novembre 2001, le secrétaire d'État Colin L. Powell a déclaré: «Les droits des femmes en Afghanistan ne seront pas négociables.» Mais aussitôt, les femmes ont été ignorées dans leurs discours et déclarations Donal Trump dans la nouvelle stratégie des États-Unis pour le Sud L'Asie n'a jamais attiré l'attention sur la question des femmes en Afghanistan, mais plutôt sur les négociations de paix avec les talibans et toutes les autres forces misogynes : leur engagement envers les droits des femmes était un slogan vide et ils n'y ont jamais cru. Gulbadin Hekmatyar, le leader du parti islamiste afghan qui est connu comme l'élément le plus extrémiste et anti-femmes, a rejoint le gouvernement en 2016. Il est responsable de la pulvérisation d'acide sur les visages des étudiants de l'université de Kaboul dans les années 1970, imposant des mesures strictes contre les femmes dans les zones sous son contrôle en Afghanistan dans les années 80 et de pulvérisation d'acide sur les femmes et de tuer des dizaines d'Afghans laïcs, démocrates et de gauche dans les villes pakistanaises de Peshawar et de Quetta en 1980-1992. En outre, il y a des allégations selon lesquelles lui et son parti, comme d'autres partis islamiques, ont violé, kidnappé et tué des femmes et des civils à Kaboul pendant la guerre civile de 1992-1996.

Le gouvernement afghan et ses sponsors impérialistes ont ignoré tous les crimes commis par son parti. Le gouvernement de Ghani-Abdullah avec le commandement des États-Unis et l'accord de ses alliés à l'OTAN a violé tous les principes des droits humains pour se réconcilier avec le Parti islamique sous Gulbadin Hekmatyar et lui ont accorder 500 000 $ US par mois en plus de d’autres prévilèges.

Environnement juridique contre les femmes

La plupart des lois en Afghanistan sont dérivées de la charia islamique qui prive totalement les femmes de leurs droits en tant qu'êtres humains. La nouvelle constitution de l'Afghanistan, qui a été élaborée en 2003 sous les directives des conseillers des États-Unis et de l'OTAN, est fondée sur des éléments discriminatoires à l'égard des femmes. H. Karzai a accepté la proposition de certains érudits islamiques de créer une police religieuse pour appliquer les lois islamiques comme à l'époque des talibans (BBC 14 juill. 2006). En avril 2011, le gouvernement de l'Afghanistan a fait des efforts pour rétablir l'administration islamique spéciale de l'application de la loi de l'époque des talibans. Son projet de copie a été développé, qui ordonne à la mariée de porter le Hejab islamique dans les mariages, la musique étant interdite lors des cérémonies de mariage. De même, il était sérieusement interdit de célébrer le mariage dans un groupe mixte d'hommes et de femmes. Les centres commerciaux qui vendent des vêtements non-islamiques ont fait face à des amendes. Au milieu de l'année 2017, dans la ville de Jalalabad dans la province de Nangarhar, le gouvernement a rassemblé toutes les grosses poupées des centres commerciaux parce qu'elles ne portaient pas de vêtements appropriés!

En 2009, le gouvernement afghan a signé la convention internationale sur la violence contre les femmes, tout en approuvant une loi sur la famille très discriminatoire proposée par les savants chiites qui a provoqué la colère de la «société civile» et des groupes de femmes militantes en Afghanistan.

En mars 2012, les érudits religieux ont proposé au gouvernement d'approuver une loi enfermant les femmes dans leurs foyers. Ils ont proposé une loi imposant la ségrégation des filles et des garçons dans les écoles, les universités et les lieux de travail. Il a exhorté les femmes et les filles à ne pas voyager sans un membre de la famille masculin. Dans ce projet de loi, les hommes étaient reconnus comme les premiers et les femmes comme des êtres humains de second degré. L'article 132 de cette loi stipule qu'une femme doit répondre aux besoins sexuels de son mari à tout moment. Dans cette loi, l'âge du mariage pour une fille est passé de 18 à 16 ans et supprime le droit de divorcer et pour les femmes de garder leurs enfants. Selon cette loi, le deoir de la femme est d'obéir à l'homme. Selon la loi, si une femme veut divorcer, l'accord de son mari est obligatoire.

Malgré l'imposition de lois anti-femmes dans le pays, le gouvernement a fait de nouveaux efforts contre les femmes. Plus de 90% des conflits civils et des conflits qui incluent également les questions familiales ont été délégués aux tribunaux locaux. Ces tribunaux locaux qui sont dirigés par le personnel fanatique ignore les lois et émet des verdicts et prends des décisions fondées sur les coutumes et les lois islamiques. Ces tribunaux corrompus et anti-femmes sont financés par le gouvernement américain à hauteur de 15 millions de dollars par an (Guardian 13 janv. 2013). L'une des décisions de cette cour a été une sentence 100 coups de fouet contre une jeune fille et un garçon qui s'aimaient dans la province de Ghor. Au moment de la mise en œuvre de la sentence, les autorités locales étaient présentes. De même, dans la même province, le tribunal local a condamné une fille à être lapidée à mort.

Les lois dites modernes, qui découlent des coutumes et traditions existantes et des principes et valeurs islamiques, justifient légalement la violence et la discrimination à l'égard des femmes et les privent de leurs droits fondamentaux dans la société et la famille. Dans une société dominée par le patriarcat comme l'Afghanistan, les femmes sont discriminées et considérées comme des êtres humains secondaires. Les femmes sont traitées comme des animaux.

La religion et les coutumes sont deux éléments fondamentaux qui justifient la violence et la discrimination à l'égard des femmes dans la société. Selon l'Islam, une femme a la moitié des droits dont jouit un homme. Une femme n'est pas autorisée à gouverner une société ou à se voir attribuer une position de leader. Les femmes sont restreintes pour occuper le poste de juge. Un frère hérite du double d’héritage part par rapport à sa sœur. Il faut le témoignage de deux femmes contre celui d'un homme. Dans le cas d'un crime, les punitions contre les femmes sont plus sévères que celles contre les hommes. Une femme sans la permission de son mari ne peut pas sortir de la maison et communiquer avec les autres. Les meilleures femmes sont celles qui s'occupent de leurs enfants, lavent les vêtements, cuisinent la nourriture et obéissent à tous les ordres de leur mari et répondent à son désir dans n'importe quelle situation.

Les femmes sont vendues et comptées comme la propriété des hommes. Un homme de 60 ans peut se marier avec une fille de 10 ans s'il paye le prix! Les filles / fillettes sont données en mariage à une famille victime en guise de compensation pour un meurtre commis par son père ou son frère. Une femme n'a pas le droit de décider de son mariage et de la personne qu'elle aime. En cas de nécessité de voyager, une femme doit couvrir entièrement son corps et être accompagnée par un homme de sa famille.

Les lois afghanes ne reconnaissent pas les abus sexuels comme des crimes, des centaines de femmes et de filles sont quotidiennement confrontées à de telles violences. Les auteurs de tels crimes sont les forces armées liées au gouvernement et les forces liées aux djihadistes et aux chefs de guerre qui reçoivent le soutien des gouvernements, des États-Unis et de l'OTAN. Par exemple: dans le district de Zari de la province de Balkh, Maryam a été violée par un homme du peuple d'Akram Zari, un commandant lié à Ata Noor l'actuel gouverneur de la province de Balkh. Shakila une autre fille a été violée puis exécutée dans la province de Bamyan par Wahid Beheshti, un membre du Conseil provincial de Bamyan et un frère du député Fakoor Beheshti. Le fils de Painda Mohammad, membre du parlement, a violé Bashira, une fillette de 12 ans dans la province de Sari Pul. Le neveu de Kabir Marzban, un autre membre du parlement, a violé et tué Zainooran dans la province de Takhar.

Taliban, Daesh, Jihadistes et les femmes en Afghanistan

Daech dans les zones sous son contrôle a un comportement plus dur que les talibans contre les femmes et les filles. Il n'y a pas d'écoles et les femmes n'ont pas le droit d'apparaître en public. Il y a plusieurs rapports que les forces de Daesh ont enlevé des femmes et des jeunes filles dans plusieurs districts des provinces de Nangarhar, Kunar, Nooristan, Laghman, Sari Pul et Faryab pour les utiliser comme domestiques et esclaves sexuelles. Ils légitiment l'esclavage des femmes sur la base de leur interprétation des textes islamiques qui leur permettent de tout piller de votre ennemi!

Les talibans qui contrôlent plus de territoire que le gouvernement, brûlent les écoles des filles, appliquent la Charia et interdisent aux filles d'aller à l'école et de punir toute femme si elle est connue comme enseignante, ou si elle travaille pour une ONG ou le gouvernement. Daech et les talibans dirigent leur gouvernement et se comportent envers les femmes selon leur propre perception de l'Islam. Ils exécutent, lapident et fouettent les femmes qu’ils attrapent en «relation sexuelle illégale» ou si elles sont hors de chez elles sans un homme de leur famille.

- Le 18 octobre 2011, une veuve de 40 ans a été accusée d'adultère et exécutée dans la province de Badghis par les talibans.
- Le 4 février 2011, les talibans ont lapidé Sadiqa, 23 ans, et Abdul Qayoum, 28 ans, dans le district d'Archi de la province de Kunduz, les accusant d'amour et de fugue.
- Le 8 juillet 2012, des talibans ont abattu Najeeba dans le village de Shinwary, dans le district de Ghorband, dans la province de Parwan, en raison de "relations illégales" avec un homme. Derrière cet incident, il y avait Abdul Star Khawasi, membre du parlement afghan.
- Le 25 mai 2015, Najiba, 25 ans, et Murad, 32 ans, ont été exécutés dans le district de Mardian dans la province de Jawzjan par des talibans pour s'être aimés.
- Le 13 septembre 2015, une femme et un homme ont été exécutés par des talibans à Sozma Qala, dans la province de Saripol, accusés de relations illégales.

Le gouvernement des Afghans contrôle moins de 40% du territoire et il n'y applique pas ses propres lois. En raison du système judiciaire corrompu du régime fantoche soutenu par les États-Unis et l'OTAN, la plupart des habitants des zones contrôlées par le gouvernement préfèrent soumettre leurs différends aux tribunaux des Tabliban.

Le clergé et le Conseil des érudits religieux d’Afghanistan, organe gouvernemental, ont plusieurs fois exprimé leur désaccord avec le programme "Afghan Star" d'une télévision locale, qui encourage les jeunes afghans (garçons et filles) à jouer de la musique et à chanter. L'année dernière, les islamistes extrémistes ont manifesté dans la ville de Kaboul pour annuler le concert d'une célèbre chanteuse afghane, Ariana Saeed, qui cherchait à venir en aide aux personnes touchées dans la province de Faryab, tuées, blessées et déplacées par Daech et les Talibans en août 2017.

Les femmes et les forces de l'ordre

La police du régime fantoche en Afghanistan administre selon les traditions et les coutumes féodales avec les femmes et les prisonniers. Les lois sont en quelque sorte meilleures que les traditions et les coutumes millénaires, mais non seulement les forces de l'ordre et le personnel du système judiciaire ne connaissent pas les lois gouvernementales mais dans le cas où certains les connaissent, ils ne croient pas aux droits des femmes. Ils préfèrent se comporter envers les femmes et en particulier les femmes condamnées sur la base de leurs désirs personnels dérivés du principe et des règles islamiques et des coutumes de la tradition féodale. Ainsi, les femmes sont reconnues coupables avant que toute décision soit prise par le tribunal.

En fait, ce comportement officiel encourage les hommes à pratique la violence contre les femmes; ce facteur accorde aux hommes une sorte d'immunité en cas de violence perpétrée. Cette approche archaïque de la justice conduit le plus souvent à punir les victimes de violence plutôt que leurs auteurs. Si un membre de la famille tue un membre de sa famille en raison d'un doute ayant des relations amoureuses avec quelqu'un, il ne sera pas poursuivi par la loi et, de plus, il sera apprécié par la communauté. L'agresseur ne se sent jamais coupable, mais il est honoré car soi-disant il «sauve l’honneur de sa famille».

Si une femme tente d'échapper à la brutalité ultime et à l'enfer de la violence, il n'y a personne pour l'assister officiellement. Prendre une telle mesure pour une femme dans une société dominée par les coutumes féodales avec de fortes coutumes et de forts principes religieux, conduit le plus souvent à la punition grave et à la peine de mort. Dans ce cas, la femme est poursuivie à la fois par sa famille et le gouvernement. Bien que dans les lois officielles il n'y ait aucune interdiction de fuir la maison, les prisons du gouvernement sont pleines de femmes et de filles qui ont été emprisonnées pour s'être enfuies de chez elles. Pendant l'évasion, s'ils sont capturés par la famille, sous le prétexte d’atteinte à la dignité de la famille, elles seront tuées ou confrontées à une condition pire qu'auparavant, mais s'ils sont arrêtés par le gouvernement, sur la base de lois non écrites les femmes sont emprisonnées et confrontées à l'insulte et à l'abus sexuel par les autorités pénitentiaires.

Dans la province de Balkh, une femme enceinte de 5 mois a été battue par son mari alors qu'elle avortait. Elle n'avait pas d'autre choix que de retourner chez son mari malgré un incident aussi brutal (Gauardian 13 janv. 2013). Maryam une autre femme qui a toujours été battue par son mari cruel qui la pendait au plafond par les cheveux et plusieurs fois elle a été menacée de mort avec un fusil. Une fois, elle s'est plainte à la police et ils ont arrêté le mari mais il a été libéré en quelques heures.

Types de violence faites aux femmes afghanes

Malgré l'investissement de milliards de dollars au nom des femmes afghanes, malgré l'existence de centaines d'ONG et d'OSC nationales et internationales défendant les droits des femmes en Afghanistan, les femmes et les filles afghanes ont été confrontées à différents types de violence. Le taux d'alphabétisation des femmes et des filles est inférieur à 10% et moins de 15% des filles ont accès à l'école. Dans certaines grandes villes, les femmes sont autorisées à travailler dans les bureaux du gouvernement et dans le secteur privé, mais ne se sentent jamais en sécurité. La plupart des familles refusent d'autoriser les filles à aller à l'école et à l'université pour finalement travailler en dehors des foyers.

Le droit à l'éducation, le choix d'un partenaire de vie, le travail à l'extérieur, l'option d'expression et de prise de décision, la présence dans le système national et le leadership sont des domaines où les femmes sont fortement restreintes. Les femmes sont vendues et utilisées comme moyen de régler les conflits, elles sont insultées, menacées de mort, battues, emprisonnées, violées, décapitées, aspergées d'acide, mutilées, lapidées et tuées sans qu’un jugement n’ait été prononcé.

Rohina d'une organisation dirigée par une femme en Afghanistan, estime que cinq mille cas de violence contre les femmes sont enregistrés chaque année. Elle précise que les violences sont principalement commises par les chefs de guerre et les dirigeants. La violence laisse des effets psychologiques à long terme sur les femmes victimes, en plus des blessures physiques et des handicaps.

Les conclusions de l'AIHRC montrent qu’au cours des dix derniers mois de 2017, 3 800 cas de violence ont été enregistrés auprès de cette organisation. Plus de 1 900 cas de violence ont conduit à un sort inconnu des victimes, plus de 500 cas ont conduit à la séparation, plus de 280 cas les ont amenés à quitter leur domicile et 270 autres cas les ont conduits à s'enfuir de chez elles. Les cas enregistrés de violence par cette organisation révèlent également que 52 d'entre eux ont eu recours au suicide, 220 à l'auto immolation, 30 à laisser leurs études, 40 ont quitté leur emploi, 110 ont été blessés et 45 ont été contraints à la mendicité.

Un rapport de l'Afghanistan Attoney Bureau de la violence contre les femmes a déclaré que dans les 6 années de 2009 à 2015, 9 500 cas de violence contre les femmes ont été enregistrés auprès du gouvernement. Parmi eux, 826 tuées, 2 400 violées, 100 avortées, 75 enlevées, 250 sont des mariages forcés, 2 000 frappés, plus de 3 000 cas de blessures et 914 ont pris la fuite. Si une femme ou une fille est surprise en train de parler avec un homme autre qu'un membre de la famille, si elles refusent un mariage forcé, si elles portent une sorte de vêtement qui ne cache pas le corps, elles seront facilement accusées d’atteinte à la dignité de la famille et tué. Les femmes n'osent pas se plaindre d'une affaire de violence ou déposer plainte auprès d'une autorité gouvernementale. Elle serait menacée de mort ou elle sera reconnue comme une femme indécente. D'autre part, en raison du taux élevé d'illettrisme, les femmes et les jeunes filles ne connaissent pas leurs droits et ne savent pas comment faire une réclamation et se référer à une autorité gouvernementale.

Dans la plupart des cas de violence, les auteurs ne sont pas poursuivis. Dans le pays, les victimes ou leurs proches sont menacés. Par exemple, dans le cas de Farkhunda, une jeune fille a été battue, une voiture l’a frappée et elle a été brûlée sous les yeux de la police près du palais présidentiel dans la ville de Kaboul le 19 mars 2015. Les criminels impliqués y compris la police ont été temporairement détenus puis relâchés.

La présence symbolique des femmes

Le gouvernement de l'Afghanistan, les États-Unis et l'OTAN afin de tromper les gens et les femmes de l'Afghanistan et les gens du monde entier, organisent des spectacles à propos des droits des femmes en Afghanistan. Tous ces spectacles sont joués pour recueillir des fonds et stipendiés les autorités et justifiés l’occupation des troupes étrangères en Afghanistan.

Soraya Sobhrang, commissaire auprès de la Commission afghane indépendante des droits de l'homme au début de 2016, a illustré la situation des femmes en Afghanistan: Elle a dit que « si nous dressons un tableau réel de la situation afghane, c'est vraiment un sujet de préoccupation. Vous entendez chaque jour qu'une femme est tuée à cause de la morale, violée et vendue, passée en contrebande, fouettée, lapidée »

Zarghona Rasa, une militante, a déclaré que la guerre et le comportement irresponsable du gouvernement ont provoqué l'augmentation du nombre de veuves, de la mendicité et de la prostitution, ainsi que la pauvreté et l'austérité dans tout le pays.

Ghotai Sahibian, un membre du Women Leadership Empowermet Network, a déclaré à Azadi Radio (Radio of Liberty) qu'il y avait des femmes au gouvernement mais qu'elles ne représentaient pas les femmes d'Afghansitan. Leur présence dans le gouvernement est symbolique. Leur vision claire et leurs connaissances ne sont pas prises en compte. Ils jouent à la démocratie. (Radio Azadi 8 mars 2016)

Dilbar Nazary, ministre des affaires féminines a déclaré à Azadi Radio que si la situation continue, peut-être que l'année prochaine, les femmes n'auront pas la chance d'entrer dans l'enseignement supérieur.

Seules quelques femmes des classes dirigeantes sont annoncées dans les médias nationaux et internes en tant que représentantes des femmes afghanes. Ils soulignent le nombre de femmes en tant que membres du parlement, ministres et membres de la «société civile» en tant que réalisation pour le gouvernement et les États-Unis/OTAN. Mais ils ne tournent jamais leurs caméras sur les millions de femmes défavorisées dans les banlieues des villes et les régions rurales où la vie est pire qu'à l'époque des talibans, où les femmes vivent dans la pauvreté, l'illettrisme et l'injustice.

Le régime fantoche de Kaboul ainsi que les gouvernements des États-Unis et de l'OTAN et leurs médias parlent sans relâche des millions de filles scolarisées. En réalité, il n'y a pas d'écoles, d'enseignants et d'équipements dans la plupart des districts. Cette réalité est révélée par les États-Unis eux-mêmes: le 31 mars 2015, Farooq Wardak, le ministre de l'Education du gouvernement Karzaï, a fourni des faux reportages, des écoles fantômes, des enseignants et des étudiants et des millions de dollars investis.

Qui est responsable?

Le régime actuel à Kaboul est composé de chefs de guerre, de criminels de guerre et de partis djihadistes qui partagent une opinion misogyne par les talibans, tous des féodaux d’un autre âge. Ces éléments essentiels du gouvernement s'opposent toujours à la liberté et aux droits des femmes et ils ont rejeté la loi sur l'élimination de la violence faite aux femmes en mai 2013.

Après la chute du régime taliban à la fin de 2001, les États-Unis et l'OTAN ont pleinement soutenu les groupes criminels de guerre et les partis djihadistes, connus pour leur passé misogyne. Ce sont les États-Unis et UNOCAL qui, avec l'aide du Pakistan, ont créé les Taliban en 1994. Pour les impérialistes, les droits des femmes et les droits de l'homme ne sont pas aussi importants que leurs intérêts économiques. Ils comptaient sur des forces très sombre comme les talibans dans les années 1990 et Daesh actuellement pour atteindre leurs intérêts stratégiques hier et aujourd'hui. Tant que les forces mercenaires obéissent pleinement aux impérialistes américains, ils sont des héros. Par exemple, Afghan Mujahin et Alqaida Network dans les années 1980 et Taliban dans les années 1990, mais quand ils n’assurent pas pleinement l'intérêt de l'impérialisme et prétendent à l’autonomie alors ils sont soudainement convertis en terroristes! Pourtant, le jeu qu'ils jouent (la soi-disant guerre contre le terrorisme tout en soutenant Daesh et d'autres criminels de guerre en Afghanistan) a provoqué la réaction du peuple en Afghanistan et dans les pays de la région. En soutenant des forces très sombres comme les partis islamiques dans les années 1980 et les talibans dans les années 1990, les États-Unis et l'OTAN oublient intentionnellement comment ils ont contribué à raviver et renforcer les racines anti-femmes en Afghanistan.

Il est clair que le gouvernement de l'Afghanistan et ses soutiens impérialistes au cours des 17 dernières années n'ont jamais amélioré les conditions de vie des femmes afghanes qui sont même en dessous du niveau des régimes moudjahidin.

Les Afghans en général et les femmes afghanes en particulier ne s'attendent jamais à ce que les régimes impérialistes et pillards leur accordent des droits et des libertés. La présence militaire des États-Unis et de l'OTAN ainsi que leur régime corrompu à Kaboul est l'une des principales causes de l'oppression des femmes en Afghanistan. Ce n'est qu'en renforçant la conscience de classe, la mobilisation et la lutte des classes que les femmes d'Afghansitan peuvent rompre les chaînes de l'exploitation et mettre fin à toute forme d'oppression.


Traduction de l’anglais par Robert Bibeau. Mars 2018.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73