... ... ...
...

alterinfo.net

Twitter
Macron déplore la décision de Trump sur Jérusalem, le CRIF lui enjoint de s'y conformer

rt.com

L'onde de choc provoquée par la décision de Donald Trump de considérer Jérusalem comme la capitale d'Israël et d'y transférer l'ambassade des Etats-Unis atteint aussi la France, où des clivages apparaissent déjà.

Ce 6 décembre 2017, Emmanuel Macron a qualifié de «regrettable» le transfert de l'ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem décidé par Donald Trump. Cela implique la reconnaissance de facto de cette ville comme la capitale de l'Etat hébreu.

Lors d'une conférence de presse à Alger, le président de la République a souligné «l'attachement de la France et de l'Europe à la solution de deux Etats, Israël et la Palestine vivant côte à côte en paix et en sécurité dans des frontières internationalement reconnues avec Jérusalem comme capitale des deux Etats», avant d'ajouter : «Pour l'heure, je lance un appel au calme, à l'apaisement et à la responsabilité de tous.»

«Nous devons éviter à tout prix les violences et privilégier le dialogue. La France est prête avec ses partenaires, à prendre toutes les initiatives utiles en ce sens», a encore affirmé le président français.

Le CRIF salue la décision de Donald Trump

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) n'est pas de cet avis et appelle, au contraire, Emmanuel Macron à reconnaître lui aussi Jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu.

«Le CRIF salue la décision historique du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël et le transfert prochain de l'ambassade des Etats-Unis», écrit l'organe de représentation politique de la première communauté juive d'Europe. «[L'organisation] appelle le président Emmanuel Macron à engager notre pays dans la même démarche courageuse», écrit encore le CRIF dans un communiqué, affirmant toutefois vouloir «relancer un dialogue sincère pour aboutir par la négociation à une paix durable» au Moyen-Orient.

Israël considère Jérusalem comme une ville sainte qui doit être la capitale de son Etat alors que la ville est également revendiquée par le peuple palestinien qui veut, lui aussi, en faire la capitale de son Etat.

Pour le président du Crif, Francis Kalifat, cité dans le communiqué de son organisation, la décision de Donald Trump est au contraire "la meilleure des réponses" à ce qu'il estime être des "tentatives de falsification historique menées inlassablement par les pays arabes et les palestiniens à l'Unesco et à l'ONU sur le statut de Jérusalem". (OLJ)

Pour le Crif, "la paix entre Israéliens et Palestiniens ne peut se bâtir sans reconnaissance de la vérité historique". L'organisation juive "espère" que "cette décision permettra de relancer un dialogue sincère pour aboutir, par la négociation, à une paix durable dans la région", permettant "aux deux peuples de vivre côte à côte dans la sécurité".
(OLJ)






Commentaires (1)
1. bob le 07/12/2017 16:33
Droit dans ces bottes et il te parle de vérité ! Ha ha ha ! Rentre chez la vilaine !
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73