alterinfo.net

Twitter

"Merci de nous avoir boycottés"

Djeha

"Cela nous a permis de relancer notre industrie aéronautique nationale et réduit notre dépendance extérieure tout en créant les emplois pour nos chômeurs."

Désormais (cf. dépêche ci-dessous), la Russie produit ses propres avions de ligne.

Et ce qui est vrai pour l'aéronautique l'est tout autant pour de nombreux autres biens désormais fabriqués en Russie.

L'agriculture française a beaucoup perdu avec la perte des marchés russes...

On ne manquera sûrement pas de critiquer la "modernité" des appareils russes.

Si ça peut consoler Airbus et Boeing d'avoir perdu ce marché...

Et pour tous ce que les russes ne pouvaient ni importer d'Europe de l'ouest ou d'Amérique ni produire, ce seront leurs amis chinois qui y pourvoiront en contrepartie d'exportation d'énergie et de matières premières russes.

De nouveaux marchés s'ouvrent entre Europe russe et Asie entre pays boycottés qui ne sont plus sous la contrainte occidentale.
Quels que soient les difficultés qu'ils affrontent, en Iran notamment.

Les Européens plutôt idiots à se plier à leurs donneurs d'ordres transatlantiques qui ne pensent qu'à leurs intérêts se sont tirés une balle dans le pied.

Tant pis pour les crétins.

Djeha,
L. 10 septembre 2018

Aeroflot annonce une commande record de 100 Superjet russes

AFP 10/09/2018 à 21:02
La première compagnie aérienne russe, Aeroflot, a annoncé lundi avoir passé une commande record de 100 avions Superjet 100, le premier appareil civil lancé en Russie depuis la fin de l'URSS.

"Nous avons signé le plus gros accord de livraison de l'histoire d'Aeroflot, sous lequel l'entreprise recevra 100 SSJ100 modernes et fabriqués en Russie", a déclaré le directeur général d'Aeroflot, Vitali Saveliev, cité dans un communiqué de la compagnie.

Aeroflot, qui attend aussi la livraison de 50 moyens-courriers russes MC-21 dont les premiers vols datent de mai 2017, "opèrera d'ici 2026 plus de 200 avions fabriqués en Russie".

Aeroflot a signé cet accord avec la société publique russe United Aircraft Corporation (UAC), maison mère de l'avionneur Soukhoï qui construit le Superjet, à Vladivostok (Extrême-Orient), en marge d'un forum économique auquel participe Vladimir Poutine.

La somme de la commande n'a pas été précisée mais s'élèverait à plus de trois milliards de dollars, selon le quotidien économique Vedomosti.

Aeroflot est déjà le plus gros opérateur du Superjet, le premier transporteur aérien russe ayant annoncé vendredi la réception prochaine de son cinquantième modèle.

Le Superjet 100, mis en service en 2011 par Soukhoï avec la participation de l'italien Finmeccanica et de nombreux équipementiers européens, porte les espoirs de renouveau de l'industrie aéronautique russe, tombée en ruines dans la période post-soviétique.

Ce bimoteur d'une centaine de places, d'un prix catalogue d'environ 50 millions de dollars, a été conçu pour faire concurrence au brésilien Embraer et au canadien Bombardier.

Son premier vol a eu lieu en 2008 et le premier appareil a été livré à la compagnie arménienne Armavia en avril 2011. En Russie, il est exploité par Aeroflot et par la compagnie sibérienne Iakoutia.

Si les compagnies Lao Central (Laos), Interjet (Mexique), Brussels Airlines (Belgique) et Thai Royal Airforce (Thaïlande) opèrent également des Superjet, l'avion peine à trouver des clients au-delà de la Russie.

Depuis ses début, il a subi plusieurs revers et connu des problèmes techniques. Vedomosti évoque notamment des problèmes de service après vente, telles que des pièces de rechange chères et difficiles à obtenir.

Pour soutenir l'avionneur, le gouvernement russe a mis en place des subventions pour inciter les opérateurs locaux et étrangers à acheter des Superjet.

Aeroflot vole également régulièrement à son secours en passant commande. Cette dernière commande survient dans le cadre d'une nouvelle stratégie de la compagnie.

Alors qu'Aeroflot est principalement basée à l'aéroport de Sheremetievo à Moscou, le groupe prévoit de créér plusieurs "hubs" régionaux permettant d'augmenter les vols directs entre d'autres villes russes que Moscou.

Mais si Aeroflot affirme au sujet des Superjet 100 "soutenir l'industrie russe", Vedomosti cite des sources proches qualifiant l'avion de "fardeau" pour la compagnie.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73