alterinfo.net

Twitter
Nouvelle étude accablante: les vaccinés contre la grippe ont 6 fois plus de risque d'infecter leur entourage!

Vaccin antigrippal - Nouvelle étude : 

6 fois plus de risques d’infecter son entourage !

 

Une nouvelle étude provocatrice sur la transmission du virus de la grippe a révélé que les sujets vaccinés avaient 6,3 fois plus  d’excrétion par aérosol de particules du virus de la grippe s’ils avaient été vaccinés pendant la saison courante et la précédente, par rapport à aucune vaccination au cours des deux saisons.

 

La vaccination est fondée sur la croyance rarement contestée selon laquelle elle confère une immunité  contre les pathogènes ciblés. C’est la raison pour laquelle les termes « vaccination » et « immunisation » sont souvent utilisés de manière interchangeable, une confusion sémantique hypocrite rarement confrontée ou corrigée. Dans le cas du vaccin contre la grippe, la certitude se rapproche assez bien de la foi religieuse, le CDC (Centre de Contrôle des Maladies) assumant le rôle de l’Eglise, les médecins conventionnels le rôle du clergé et la littérature publiée sur le sujet celui des Saintes Ecritures.

Mais que faire si la littérature ne parvient pas à soutenir l’orthodoxie ? On peut en trouver des centaines d’exemples. [...]

Le dernier ajout à ce corpus croissant de littérature se trouve dans un article récemment publié et intitulé : «  Virus infectieux exhalé par le souffle de cas de grippe saisonnière symptomatique», et publié dans les Actes de la National Academy of Science, PNAS.

L’étude a révélé que les personnes atteintes de la grippe expirent des quantités significatives de virus grippal infectieux et que, par contre, l’éternuement est rare et non important pour l’aérolisation du virus de la grippe. La toux n’est pas non plus nécessaire pour transmettre ces particules. Une simple respiration suffit. L’étude a, en outre démontré que les hommes libèrent plus de virus de la grippe que les femmes au travers d’aérosols fins et que les femmes toussent plus souvent.

Ce qui est cependant la constatation la plus saillante de l’étude est la suivante :

« 6,3 (95% CI 1.9 – 21.5) plus d’excrétion de l’aérosol parmi les cas vaccinés de la saison actuelle et de la saison précédente par rapport aux personnes qui n’ont reçu aucun vaccin au cours des deux saisons. »

[…] Il est clair que si cette découverte est exacte et reproductible, la vaccination contre la grippe peut vous rendre plus susceptible d’infecter d’autres personnes. Ou pire encore, cela peut vous rendre davantage susceptible de contracter vous-même la grippe. Une étude canadienne de 2010 qui s’est basée sur 4 autres études a révélé que la vaccination contre la grippe H1N1 en 2008-2009 était associée à un risque accru de 1,4 à 2,5 de la maladie due au H1N1 au cours du printemps et de l’été 2009.

Et ce n’est ici que la pointe de l’iceberg. Nous avons déjà signalé l’absence manifeste de preuves d’efficacité (et d’innocuité) du vaccin antigrippal pendant plus d’une décennie, principalement parce que les données de la Collaboration Cocherane ayant trait à l’efficacité et à la sûreté ont été malheureusement sous-notifiées et ce, malgré les centaines d’études réalisées par l’industrie qui ont tenu un tout autre langage.

En outre, il existe des effets iatrogènes bien documentés des vaccins courants comme le ROR et le vaccin antirotavirus pour lesquels on évoque l’excrétion virale et l’infection après la vaccination. En d’autres termes, il existe un nombre significatif de preuves que les vaccinés infectent réellement les non-vaccinés. Ci-dessous quelques-uns de nos précédents rapports sur ce phénomène :

  • Comment les enfants vaccinés infectent les non-vaccinés
  • Les vaccinés répandent la rougeole: confirmation par des documents de l’OMS, de Merck, du CDC.
  • Le vaccin est en cause : les chercheurs britanniques confirment que le vaccin le vaccin contre les oreillons (ROR) ayant muté dans le cerveau d’un enfant a provoqué son décès.
  • Des millions d’enfants infectés par le vaccin Rotatec du Dr P. Offit
  • Les vaccins « Rotavirus » toujours contaminés par un virus porcin
  • Les vaccins contre la polio sont aujourd’hui la cause # 1 de la polio paralytique. 

De toute évidence, cela sape la campagne en cours pour identifier les individus et les groupes non vaccinés ou anti-vaccins comme présentant une menace ou un danger pour les autres. Ironiquement, le groupe qui est accusé d’infecter les autres – y compris Bill Gates qui a déclaré que les non vaccinés «  tuent des enfants » - peuvent en fait devenir les victimes d’une infection par des virus provenant de souches vaccinales et qui sont bien pires que les virus naturels/ sauvages avec lesquels notre espèce a évolué au cours de nombreux millénaires.

Source: Greenmedinfo

Voir aussi:

Le vaccin contre la grippe provoque 5,5 fois plus d'infections respiratoires

Grippe: de nouveaux vaccins mais toujours le même baratin!

Vaccin contre la grippe. Panorama actuel des faits avérés en 2018

Le vaccin contre la grippe est le + dangereux selon les chiffres des indemnisations aux USA

Certains effets secondaires graves du vaccin contre la grippe classique

La vie tragique d'une ex-infirmière après le vaccin contre la grippe

Des enfants récemment vaccinés répandent la coqueluche partout

http://initiativecitoyenne.be/2018/03/nouvelle-etude-accablante-les-vaccines-contre-la-grippe-ont-6-fois-plus-de-risque-d-infecter-leur-entourage.html



Commentaires (3)
1. Zilia le 27/03/2018 17:11
J'aimerais revenir sur votre argument qui dit, je cite : "la vaccination contre la grippe peut vous rendre plus susceptible d’infecter d’autres personnes. Ou pire encore, cela peut vous rendre davantage susceptible de contracter vous-même la grippe.". Ainsi, lorsque l'on est vacciné, on peut infecter les autres ? C'est une aberration. Pour transmettre la grippe, il faut avoir la grippe. Or, le vaccin contre la grippe ne peut en aucun cas transmettre la grippe, puisque l'antigène présent dans le vaccin est totalement inactivé. Et un virus inactivé ne peut pas redevenir actif comme par magie.
2. LANGLOIS le 01/05/2018 22:34
Tout dépend des moyens utilisé pour l'inactivation parce quelle peut se faire par le froid ou le chaud or la température du corps humain est en moyenne de 37 degrés et dans le cas d'une inactivation par le froid une fois que le virus est introduis un corps à 37 degrés se qui est largement supérieur à son degrés d'inactivation alors celui-ci redevient actif, pareil pour l'inactivation à une température largement supérieur.
3. Hemelka le 04/06/2018 15:25
Alors je sais que je ne suis pas professeur de langue ou docteur en anglais, mais il me semble qu'à part pour le titre, l'article présenté ne colle pas. A aucun moment il n'y a le mot vaccine (vaccin en anglais) et lorsqu'on se penche sur la partie Signifiance, on voit qu'elle parle du fait qu'il y a peu de donné humaine sur l'infection par voie aerienne du virus influenza (ou virus de la grippe si vous préférez).
De plus, le passage extrait de l'article et traduit:

-"6,3 (95% CI 1.9 – 21.5) plus d’excrétion de l’aérosol parmi les cas vaccinés de la saison actuelle et de la saison précédente par rapport aux personnes qui n’ont reçu aucun vaccin au cours des deux saisons"

donne ceci une fois "re-traduit" :

-"6.3 (95% CI 1.9 - 21.5) more aerosol excretion among vaccinated cases from the current season and the previous season compared to those who received no vaccine in both seasons"

Ne l'ayant pas retrouvé dans l'article et google trad n'étant pas non plus le plus fiable, j'ai cru comprendre qu'il faisait référence à ce passage:
-"NP swab analysis was positive for 8 (33%) of 24 randomly selected volunteers form among the 177 screened who did not meet the enrollment criteria, during the 2012-2013 season, were ~73% [95% confidence interval (CI) 62-84%] and 84% (95% CI 80-88%), respectively."

Ce qui, traduit, donne:
-"L'analyse des écouvillons NP était positive pour 8 (33%) des 24 volontaires sélectionnés au hasard parmi les 177 testés qui ne répondaient pas aux critères d'inscription, durant la saison 2012-2013, étaient ~ 73% [intervalle de confiance à 95% (IC) 62- 84%] et 84% (IC 95% 80-88%), respectivement"

La traduction a beau être grossière, je ne vois pas parler de personne vaccinées, ni d'un risque accru d'infection.

Il se peut que je me soit penché sur le mauvais passage de l'article ou que ce dernier ne soit pas présent dans la photo proposée avec l'article. Si c'est le cas, il serait judicieux d'inclure une image contenant la phrase, ou sinon un lien vers l'article intégral.

Pour répondre à Zilia, pour infecter quelqu'un, il n'est pas nécessaire d'avoir la grippe, mais seulement le virus de la grippe. La grippe étant une maladie, donc un ensemble de symptôme, c'est la cause de ces symptôme (aka le virus) qu'il faut craindre.
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73