alterinfo.net

Twitter

Pacte de Marrakech: «de l'information a été cachée intentionnellement»

Jérôme Blanchet-Gravel

Le pacte de Marrakech a fait couler beaucoup d'encre, surtout depuis sa signature le 10 décembre. L'ancien avocat à l'Onu André Sirois fait partie des critiques qui ont élevé leur voix contre cet accord. André Sirois a travaillé 40 ans aux Nations unies et pense que ce pacte représente un piège. Sputnik a mené une entrevue avec lui.

Le pacte des migrations des Nations unies a été formellement approuvé le 10 décembre à Marrakech. Les représentants de 150 pays se sont donnés rendez-vous dans cette ville du Maroc pour renforcer «la coopération relative aux migrations internationales». Plusieurs pays ont toutefois refusé de signer le pacte: la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie, la Bulgarie, l'Autriche, la Pologne, Israël et l'Australie. Le pacte se veut «non contraignant» sur le plan juridique, mais pose un certain nombre de problèmes, selon des experts et politiciens. Quels problèmes?

Un texte «non contraignant», vraiment?

Le Québécois André Sirois se méfie des conséquences que pourrait avoir cet accord pour les États signataires. M.Sirois a travaillé 40 ans pour l'Onu, ayant notamment pris part à la mise en place du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

M.Sirois critique d'abord le manque de transparence des Nations unies dans ce dossier, une instance qui aurait laissé planer le mystère autour de cet accord avant son adoption. Sans parler de complot, André Sirois pense que l'Onu avait intérêt à ne pas donner trop d'informations, afin que le projet ne soit pas rejeté en cours de route. «Je suis convaincu que ce n'est pas un accident, on a préféré que les gens se lancent dans le projet sans trop poser de questions», a affirmé l'avocat.

«Je suis persuadé que certaines informations ont été laissées de côté intentionnellement. Moi, ça fait 40 ans que je consulte des documents des Nations unies, que j'utilise la bibliothèque et les services informatiques de l'Onu, et je n'arrivais pas à accéder au document durant le processus. Des recherchistes de la bibliothèque de l'Onu m'ont même dit qu'eux-mêmes avaient de la difficulté à trouver le texte. Des journalistes que je connais m'ont aussi dit la même chose», a affirmé André Sirois en entrevue avec Sputnik.

M.Sirois pense aussi que le pacte viendra limiter la souveraineté de certains États, les empêchant de maintenir leurs propres politiques en matière d'immigration. Ce sera notamment le cas du Canada, un État qui serait reconnu pour sa grande «naïveté» au sein des instances internationales. M.Sirois croit que le Canada sera l'un des premiers pays à souffrir du nouvel accord. Non seulement le Canada reçoit déjà beaucoup d'immigration, mais il aspire depuis longtemps à incarner le progrès sur la scène internationale.

«La naïveté des Canadiens aux Nations unies est reconnue. Tout le monde sait, aux Nations unies, que les Canadiens sont toujours les premiers à se lancer dans de bonnes opérations comme celles-là, et à en payer le prix ensuite», a affirmé M.Sirois.

André Sirois pense que certains États ne respecteront jamais le pacte alors que d'autres se feront un devoir de le faire. Un régime de deux poids deux mesures. D'un côté, des États comme le Canada pourraient y voir une grande «force morale» et vouloir devenir les leaders du nouvel ordre migratoire. Mais, de l'autre, les États qui ne reçoivent pas d'immigration pourraient s'y soustraire sans attirer l'attention. André Sirois donne l'exemple des Émirats arabes unis, un pays qui n'accepte même pas de réfugiés musulmans, mais qui a pourtant ratifié l'accord.

«Les pays qui vont être contraints, ce sont les pays qui reçoivent déjà des immigrants», a souligné M.Sirois.

Les migrations de masse encouragées par le pacte menaceront la sécurité des sociétés occidentales, qui verront rapidement leur capacité d'intégration dépassée. La conférence de Marrakech emmènerait l'idée d'un droit universel à la migration, qui légitimerait le départ de dizaines de millions de personnes à travers le monde. Avec la montée de l'islamisme, André Sirois craint également que des intégristes religieux ne profitent de l'hospitalité des sociétés d'accueil pour imposer leur agenda. «Les extrémistes auront le pouvoir», avertit l'ex-avocat à l'Onu.

«Au cours du XXe siècle, partout où il y a eu des déplacements de populations considérables, les migrants qui ont été accueillis ont fini par se retourner contre leur société d'accueil. Pourquoi en serait-il autrement aujourd'hui? […] Le pacte de Marrakech encourage l'immigration de remplacement, c'est exactement comme ça que ce phénomène s'appelle», a mentionné M.Sirois au micro de Sputnik.

Non seulement le pacte se révélera néfaste pour les pays occidentaux, mais il le sera aussi pour les pays en voie de développement. Une réalité que l'Onu ne voudrait tout simplement pas voir. «Nous allons nous retrouver avec des pays qui seront seulement perçus comme des réservoirs de migrants», a souligné André Sirois, qui s'inquiète de la création d'une sorte de nomadisme planétaire.

Au lieu d'encourager le développement des pays du sud, le pacte alimenterait plutôt une vision défaitiste de leur avenir. Dans son essai La Ruée vers l'Europe (Grasset 2018), le journaliste Stephen Smith en arrive à des conclusions similaires. Selon Smith, le départ massif des jeunes Africains pour l'Europe pourrait avoir des conséquences désastreuses pour leurs pays d'origine. L'exil des cerveaux ne favorisera pas l'essor économique des pays défavorisés.



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73