... ... ...
...

alterinfo.net

Twitter
Syrie : des vents de la paix soufflent doucement sur une Syrie lésée

*Said hilal alcharifi

la Syrie d'aujourd'hui est une extension de l’État syrien persistant continuellement sans interruption depuis trois mille ans

Les événements se succèdent actuellement dans une région ébranlée depuis bientôt sept ans
Damas
Incroyable mais vrai. L’État islamique, alias Daech est neutralisé en Syrie et définitivement éliminé en Irak.
Qui aurait cru il y a juste deux ans que le sommet Poutine-Assad à Sotchi allait esquisser toutes les stratégies de la guerre contre le terrorisme parallèlement à la bataille diplomatique et médiatique sur la scène internationale, et prévoir un second sommet, celui d'une victoire non déclarée?
Les événements se succèdent actuellement dans une région ébranlée depuis bientôt sept ans.
A al-Boukamal, dernier bastion de l'ex-EIIL, ce n'est pas le Califat qui a été défait, mais le projet de balkanisation du Levant et le rêve du grand Israël qui vient d'être enterré à al-Boukamal.
Les discussions du sommet bipartite des présidents Poutine et Assad à Sotchi, le 19 novembre, ont déterminé les bases de la diplomatie commune de l'après-guerre. Vladimir Poutine s'est empressé d'appeler ses homologues, le président américain Donald Trump et le roi Salman d'Arabie, pour leur transmettre le contenu de ces discussions avec le président syrien qui a exprimé, selon le communiqué du Kremlin, son engagement à trois choses essentielles :
- œuvrer pour la paix avec toute personne de bonne volonté dans le respect de la souveraineté et l'intégralité territoriale de la Syrie.
- entreprendre une révision de la constitution actuelle.
- organiser des élections, présidentielles et parlementaires anticipées.
Si les entretiens de Poutine avec al-Assad ont tracé les grandes lignes de l'avenir de la Syrie d’après guerre, le sommet trilatéral le 22 novembre avec les présidents Rohani et Erdogan, a lancé "le début de la phase politique de résolution du conflit syrien" selon les termes du Président de la Fédération de Russie qui a annoncé lors de la conférence de presse à l'issu du sommet que lui et ses homologues vont organiser un Congrès de dialogue national syrien (précédemment nommé Congrès des peuples syriens, ndlr). Ce format de négociations qui a pour objectif de favoriser la relance d'un vrai dialogue politique en Syrie et d’amorcer des réformes, avait été annoncé le 19 octobre dernier lors d'une séance plénière du club de discussions Valdaï. Et d'ajouter : «Nous avons chargé nos ministres (respectifs) des Affaires étrangères, les diplomates, ainsi que nos ministères de la Défense d'élaborer une liste des participants et de fixer un calendrier pour le Congrès, qui se tiendra ici, à Sotchi (…) Nous sommes convenus de lancer cet événement et d'assurer la participation des représentants des différents secteurs de la société syrienne», a-t-il encore précisé.
Les réactions n'ont pas tardé à se faire sentir aussi bien dans les différentes représentations de l'opposition syrienne, que du coté du ministère des Affaires étrangères à Damas qui a diffusé immédiatement un communiqué à la presse accueillant favorablement la déclaration finale dudit sommet trilatéral de Sotchi.
L'opposition, dite « de l'intérieur », a fait savoir par le chef de sa délégation, le Dr. Elian Mousaad, son avis favorable à l'appel de la tenue du Congrès du dialogue national syrien ( reporté jusqu'au mois de février 2018).
A la question de savoir si la délégation qu'il préside avait préparé au préalable une feuille de route concernant les réformes politiques ambitionnées lors des négociations du congrès de Sotchi ou ultérieurement à Genève, Elian Moussaad nous a communiqué par courriel un document ( remis à l'envoyé spécial de l'ONU en Syrie M. Staffan de Mistura) intitulé « Déclaration des principes supra constitutionnels » comprenant dix points, dont le plus essentiel :« La Syrie est une République démocratique laïque, dotée d'un système à la fois présidentiel et parlementaire (mixte) et d'une pleine souveraineté. C'est une extension de l'Etat syrien persistant continuellement sans interruption depuis trois mille ans ».
Vladimir Poutine s'est engagé dans le communiqué commun avec son homologue américain à l'issu du 25esommet de l'APEC à Da Nang au Viêtnam que la solution en Syrie ne pourra en aucun cas être militaire, mais politique.
Puisse Geneve8 apporter enfin une paix vivement attendue par des populations lourdement affaiblies par un embargo occidental unilatéral et illégalement imposé depuis bientôt sept ans?

*Journaliste syrien d'expression française, à la recherche d'un poste de correspondant à Damas


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73