alterinfo.net

Twitter

Travailler plus, revoir les congés payés et jours fériés : le Medef envisage l'après confinement

rt.com

En commentant l'aspect économique de la crise sanitaire du Covid-19, le président du Medef s'est félicité de l'action des pouvoirs publics. Et d'envisager l'après confinement, en plaidant pour une augmentation du temps de travail des Français.

Dans un entretien publié ce 11 avril par Le Figaro, le président du Medef Geoffroy Roux de Bezieux s'est exprimé sur les enjeux économiques liés à la pandémie du coronavirus, ne manquant pas d'aborder le sujet du temps de travail en période post-confinement. «Il faudra bien se poser la question tôt ou tard du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise et faciliter, en travaillant un peu plus, la création de croissance supplémentaire», a ainsi déclaré le patron de l'organisation patronale.

Ces propos interviennent près de deux semaines après l'annonce par le gouvernement d'une dérogation concernant la durée hebdomadaire du temps de travail, dans certains secteurs jusque 60 heures sur une semaine, contre 48 heures actuellement.

Commentant le plan d’urgence du gouvernement de 100 milliards d’euros, il a estimé que les pouvoirs publics étaient «globalement à la hauteur depuis le début de la crise».

Concernant la relance économique, Geoffroy Roux de Bezieux a en outre estimé qu'il était primordial que les entrepreneurs fassent repartir l'activité économique «sans attendre la mise en œuvre du déconfinement».

Le président du Medef s'est également confié au sujet de la réforme des retraites qu'il a préféré reléguer au second plan face à l'urgence de «revenir à une activité économique normale», ce qu'il a jugé difficilement réalisable d'ici la fin du quinquennat. «Cela ne veut pas dire que les questions posées par le président sur l’avenir des retraites sont mauvaises, comme certaines des réponses apportées par sa réforme», a-t-il ajouté.

Télétravail, chômage partiel, assouplissement des règles sur la durée hebdomadaire et les congés payés : des millions de Français ont vu leur rapport au travail changer. Des chamboulements dont certains pourraient être amenés à s'inscrire sur le long terme.

https://francais.rt.com/france/73958-travailler-plus-revoir-conges-payes-jours-feries-medef-envisage-apres-confinement


Commentaires (4)
1. gallieni le 16/04/2020 18:05
Ces rapaces ne pleurent pas sur la misère des gens qu'ils emploient en sous-payant au maximum, mais pour leur portefeuille. Le covid-19 leur a sucré des millions d'euros, et ça consomme une ferrari et un yacht ! Le prolétaire doit bosser et crever pour que le châtelain ripaille dans de meilleurs conditions.

Ce n'est pas avec le régime ultralibérao-sioniste au pouvoir que le monde va évoluer. Remarquez, c'est tout de même la plèbe charlisée et béèfénisée qui a mis ces crapules au pouvoir. Des pauvres qui votent à Droite et à l'extrème-droite pour se faire botter le cul, faut pas qu'ils râlent après. La Droite n'a JAMAIS été le sauveur des pauvres, au contraire, elle les presse et les envoie crever sur les champs de bataille des riches.

La Droite et l'extrême-droite jouent sur la religion, se posant en "sauveur du Christianisme" pour faire voter les lobotomisés, mais Jésus (si il a vraiment existé) était plus enclin à protéger les pauvres et à parler d'amour universel, plutôt que de sortir des croix gammés, vomir le racisme en cascade, et faire tabasser les citoyens par une meute de sionistes enragés.
2. Saber le 16/04/2020 18:49
Des pauvres qui votent à Droite et à l'extrème-droite pour se faire botter le cul ?

C'est le syndrome du larbin.
3. Rav le 05/05/2020 19:37
Quand les français cesserons de voter à droite et à gauche car ce sont les mêmes qui ont ruiné s le pays et créer un économie parallèle celle des riche qui se fonds nourrir par les pauvres.... même maintenir à flot. .. la France changera
4. Rav le 05/05/2020 19:39
Comme disait Coluche..... quand vous cesserez de voter pour eux. Ces gens n existerons plus. Reprenons notre pays aux présidentielles ruine en 6o ans. Et ça diabolise les autres gague
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73