... ... ...
...

alterinfo.net

Twitter
Trump, miroir des Arabes

Al-Quds Al-Arabi,

La dernière décision de Trump renvoie les Arabes à la décadence qu’ils vivent actuellement. Le seul moyen de sortir du gouffre est de relever la tête en prenant exemple sur des martyrs tels qu’Ibrahim Abou Thouraya, d’après le célèbre écrivain libanais Elias Khoury.

Ibrahim Abou Thouraya, ce Palestinien handicapé, a été tué le vendredi 15 décembre 2017 par un sniper israélien lors d’une manifestation pour défendre Jérusalem/Al Quds à Gaza. Il avait 29 ans et vivait dans le camp d’Al Shati. Il avait perdu ses jambes il y a neuf ans, après un raid aérien israélien sur la Bande de Gaza durant l’opération « plomb durci » en 2008.

Ibrahim Abou Thouraya, ce pêcheur qui a aussi lavé des voitures, est mort sur sa chaise roulante après qu’un tireur d’élite israélien l’a descendu à travers la lunette de son fusil.

L’abîme au fond duquel sont arrivés les Arabes

N’imaginez même pas les réactions internationales si les rôles étaient inversés : un handicapé juif israélien tué par un sniper palestinien. Quelles auraient été les réactions internationales et américaines en particulier !? La comparaison ne sert à rien et elle ne doit pas être faite aujourd’hui, car elle ne fera qu’augmenter le sentiment que la victime palestinienne et les victimes arabes n’ont aucune valeur pour ce monde.

Mais attendez. Avant de blâmer le monde pour son je-m’en-foutisme, interrogeons-nous sur l’abîme au fond duquel sont arrivés les Arabes, au point que le Président américain reconnaisse Jérusalem/Al Quds comme capitale « éternelle » d’Israël et ville des Juifs, qui y sont « retournés » trois mille ans après (!), sans craindre les réactions arabes portant atteinte aux immenses intérêts pétroliers de son pays dans le monde arabe. Bien au contraire, il sait que ses alliés arabes sont impuissants et que leur seule préoccupation est de se maintenir au pouvoir. Ils n’ont que faire de Jérusalem/Al Quds et autres blessures des Arabes.

Beaucoup a été dit sur la folie de Trump et sa passion pour les tweets, ainsi que l’opposition institutionnelle et populaire provoquée par ce « cinglé » qui dirige la politique internationale de son pays comme un programme de télévision sarcastique. Mais sa position envers Jérusalem/Al Quds ne peut être lue qu’à travers l’immoralité politique arabe, qui a transformé nos pays en festin pour la barbarie et la mort.

Trump, cet homme blanc prétentieux, machiste, cupide, et raciste, est le meilleur miroir de la situation arabe actuelle. Trump est le miroir dans lequel se reflètent l’humiliation vécue par les pays arabes depuis l’écroulement des révoltes arabes populaires devant la contre-révolution qui a rassemblé ceux que tout oppose.

Où trouverons-nous les larmes pour pleurer Ibrahim Abou Thouraya alors qu’elles viennent de sécher après que l’on a vu les Syriennes violées dans les prisons du régime dictatorial raconter l’histoire de l’humiliation de nos corps et de nos esprits ?

Où trouverons-nous assez de chagrin après avoir vécu à travers les femmes yazidies une des expériences les plus terribles de l’abaissement de notre humanité par la barbarie de DAESH ?

Comment soutiendrons-nous Jérusalem/Al Quds après la destruction d’Alep, Homs et Raqqa avec leurs habitants ?

Comment mangeons-nous alors que les enfants du Yémen meurent de faim ?

Comment pouvons-nous faire des récits alors que la parole a été banalisée et que les gens ne peuvent plus prononcer de mots quand ils sont contraints à l’exil, se noient mer et leurs esprits sont piétinés ?
Les Arabes ont dansé et vont continuer à danser

Avant Jérusalem/Al Quds, le Président américain a dansé avec un sabre arabe incrusté de bijoux à la main. Il a tweeté puis a dansé avant de tweeter à nouveau. Il a dansé à Riyad au rythme d’un tambour arabe à 500 milliards de dollars. Il a dirigé le plus grand sommet islamique de l’histoire avant de dire à tous qu’ils devaient s’incliner devant Israël et accepter ses légendes afin de recevoir la protection américano-israélienne dans le combat irano-saoudien, qui a renvoyé l’Orient à l’époque préislamique.

En écoutant Trump annoncer par sa bouche et ses dents la reconnaissance de Jérusalem/Al Quds comme capitale d’Israël, ce qui signifie que l’occupation israélienne de la Cisjordanie toute entière ne va jamais s’arrêter, je me suis rappelé sa danse à Riyad et je me suis dit que la seule réaction officielle possible des Arabes était la danse. Et c’est ce qui s’est produit.

Les gouvernants et les Arabes ont dansé et vont continuer à danser sur les cadavres des Arabes.

Toutes ces histoires comme quoi Israël aurait besoin de la paix avec ces régimes arabes qui n’ont pour armes que leurs chimères, leur déliquescence et leur argent qui s’évapore, sont fausses.

Ce sont les régimes arabes qui ont besoin d’un accord. Contre cette paix, Israël promet de les protéger. En dehors de cela, Israël n’est pas intéressé par une paix qu’il a déjà obtenu gratuitement et qui ne l’empêche plus de dormir.

Les tyrans arabes et la politique américaine se sont chargés d’imposer la paix de fait et Israël n’a plus qu’à poursuivre sa politique de grignotage des terres en attendant que les Arabes lui ouvrent leurs marchés et leurs pays contre une protection illusoire qu’il ne peut offrir. Le seul obstacle pour Israël a été et restera incarné par Ibrahim Abou Thouraya et des dizaines de milliers de gens ressemblant à ce martyr palestinien. Il a roué de coups l’occupation avec ses deux jambes coupées et a décidé d’affirmer que la terre revenait à ses propriétaires et que les protecteurs de ce pays appelé Palestine étaient déterminés, patients et résistants.

La Palestine n’est aujourd’hui seule que parce que les peuples arabes pensent qu’elle est seule.
Le Palestinien est tué car il est Palestinien

La Palestine se distingue par son combat dépassant les idéologies et les légendes qui ont détruit les pays arabes. Nous sommes ici devant un adversaire clair, qui ne déclare pas tuer les Arabes au nom « d’un message éternel », ou l’appartenance à un courant religieux, ou au nom de leur défense ou de la résistance à Israël.

Ici, le Palestinien est tué car il est Palestinien. L’identité arabe est effacée car elle est arabe. La Palestine est occupée parce que les sionistes veulent en faire un Etat juif. L’apartheid y est pratiqué parce que les autorités israéliennes se vantent de leur racisme contre les Arabes.

Etant donné que l’ennemi est clair, les Palestiniens doivent l’être aussi. Pour cela, ils doivent sortir de leurs divisions futiles, de la coopération sécuritaire idiote et des alliances régionales honteuses.

Le combat est long.

Peut-être que le sang palestinien qui coule aujourd’hui réhabilitera le sang de toutes les victimes arabes. Trump est aujourd’hui le miroir de la décadence de l’Orient arabe et le seul moyen de négocier avec ce miroir est de le briser.



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73