alterinfo.net

Twitter

Un nouveau Moyen-Orient à la sauce iranienne

Faysal Al-Qasem

L’Iran est un pion majeur des Etats-Unis dans leur projet de nouveau Moyen-Orient

Ceux qui ont mis fin à la révolution de Mohammad Mossadegh en Iran pendant les années 50 alors qu’il tentait de nationaliser le pétrole et rendre les richesses du pays aux Iraniens sont les mêmes qui ont détrôné le chah Mohammad Reza Pahlavi, une fois sa mission américaine terminée. Ce sont encore les mêmes qui ont mis Khomeiny au pouvoir en Iran, dans le cadre d’un nouveau plan américain dont les grands traits apparaissent clairement quand on observe le rôle joué par l’Iran dans le monde arabe.
Le Moyen-Orient est une construction britannique

N’oublions pas que le Moyen-Orient est une construction britannique. Son nom même a été inventé par le grand leader anglais Winston Churchill. Jusqu’à aujourd’hui, ce Moyen-Orient demeure comme le colonisateur occidental l’a dessiné. Tout ce qui s’y passe ne constitue que des petites modifications américaines dans l’intérêt du nouveau colonisateur, réalisées par de nouveaux acteurs, l’Iran en tête. N’oublions pas que si la Grande-Bretagne et la France ont eu Sykes-Picot, les Etats-Unis ont Ralph Peters, qui a posé les bases du nouveau Moyen-Orient à la sauce américaine dans son célèbre livre Frontières de Sang. Certains considèrent que le projet de Peters verra progressivement le jour après le centenaire de l’accord Sikes-Picot entre les Britanniques, les Français et les Russes.
Ne sous-estimez pas le rôle de l’Iran dans la nouvelle stratégie américano-israélienne au Moyen-Orient

L’un des traits majeurs du nouveau Moyen-Orient américain est sans doute le rôle important joué par l’Iran, qui a mis la main sur quatre capitales arabes jusqu’à aujourd’hui, comme en témoignent ses dirigeants. Ne sous-estimez pas le rôle de l’Iran dans la nouvelle stratégie américano-israélienne au Moyen-Orient. Ne vous laissez pas tromper par les fausses guerres médiatiques entre l’Occident et l’Iran car l’important n’est pas ce qu’on entend et on lit, mais ce qu’on observe sur le terrain. Si les Occidentaux craignaient vraiment l’Iran et son expansion spectaculaire dans la région, ils ne lui auraient pas permis d’envahir l’Irak, le Yémen et le Liban, et d’envoyer des centaines de milliers de combattants chiites en Syrie jusqu’aux frontières israéliennes du Golan syrien occupé. Nous savons tous qu’Israël a peur pour sa sécurité au moindre coup de vent et effectue des frappes préventives des décennies avant l’apparition d’un danger potentiel. C’est ce qu’il a fait en détruisant le réacteur nucléaire Tamouz en Irak, alors en construction. Dans le même temps, Israël et l’Occident ont laissé l’Iran développer sa force nucléaire durant des décennies, sans que les sites nucléaires iraniens ne soient victimes d’un seul raid israélien.

Si Israël est une nécessité stratégique pour l’Amérique au Moyen-Orient, l’Iran est aussi devenu une nécessité stratégique majeure du jeu occidental dans la région et le rôle important qu’il joue dans plusieurs pays arabes le démontre clairement. Laissez de côté la farce du remplacement de l’ambassade israélienne par l’ambassade palestinienne à Téhéran après le départ du chah et l’arrivée au pouvoir de Khomeiny. Oubliez les slogans du « grand satan » et la lutte de façade contre l’impérialisme et le sionisme : l’histoire a révélé que ceux qui se faisaient entendre face à l’impérialisme et au sionisme étaient en fait leurs plus grands serviteurs et agents. Si le régime syrien « résistant » n’était pas un instrument d’Israël, il n’aurait pas tenu jusqu’à aujourd’hui, et plus il détruit et tue, plus ses chances de pérennité augmentent.
Les services rendus par l’Iran de Khomeiny à l’Occident depuis 1979

Au lieu de vous perdre dans les slogans iraniens, regardez les services rendus par l’Iran de Khomeiny à l’Occident depuis 1979. Il a livré une guerre terrible à l’Irak durant huit années. Il n’est pas parvenu à occuper ce pays la première fois puis s’est allié avec les Etats-Unis et a enfin réussi à mettre la main dessus.

Comment peut-on croire que Khomeiny est arrivé au pouvoir pour combattre l’Occident alors qu’il enregistrait toutes ses vidéos destinées à soulever le peuple iranien depuis sont appartement de Paris, sous les yeux de tous les services secrets occidentaux ? Si Khomeiny avait constitué le moindre danger pour les plans occidentaux, ils n’auraient pas hésité à le tuer à Paris en quelques secondes. Mais ils le protégeaient, le soutenaient et envoyaient ses tracts au cœur de l’Iran pour galvaniser le peuple et qu’il prenne un beau jour la place du chah. La révolution iranienne n’a jamais été une révolution populaire. Elle a été, comme toutes les autres révolution modernes, une révolution orchestrée par les services secrets, occidentaux en l’occurrence.
Comment l’Occident pourrait-il vendre chaque année des milliards de dollars d’armes aux Arabes sans la menace iranienne ?

Est-il possible de faire émerger le nouveau Moyen-Orient promis par Condoleeza Rice à travers l’anarchie constructive sans l’aide active de l’Iran ? Est-il possible de redessiner les frontières de l’Irak, du Yémen, de la Syrie, du Liban et autres sans l’intervention iranienne ? Bien sûr que non. Est-il possible de faire lutter les Etats de la région les uns contre les autres, de constituer de nouvelles alliances et de retracer les cartes sans l’Iran ? Est-il possible de déclencher un conflit entre les chiites et les sunnites sans l’expansion de l’Iran dans la région ? Ne voyez-vous pas l’hostilité grandissante entre l’Iran et les pays du Golfe, orchestrée par les Etats-Unis à travers leur projet de nouveau Moyen-Orient ? Comment l’Occident pourrait-il vendre chaque année des milliards de dollars d’armes aux Arabes sans la menace iranienne mise en scène par les Américains ?

Ne croyez pas que les Etats-Unis tentent d’affaiblir l’Iran, car l’Iran est une poule aux œufs d’or pour les fabricants d’armes américains. Sans ses projets expansionnistes soutenus par les Etats-Unis, il n’y aurait pas de nouveau Moyen-Orient américain, la région ne serait pas continuellement au bord du chaos et ne dépenserait pas ses budgets pour acheter des armes plutôt que d’investir dans le développement de ses Etats et de ses peuples. Si les Etats-Unis et Israël avaient peur de l’Iran, ils n’auraient pas fermé les yeux sur l’invasion de l’Irak, de la Syrie, du Liban et du Yémen. Et la liste n’est pas finie…



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73