alterinfo.net

Twitter

Une fois adoubé par Israël, Salvini est encore plus dangereux

Annamaria Rivera

Il y a quelque chose de paradoxal et de pervers dans les actes et omissions les plus récents du déconcertant ministre de l'Intérieur italien, qui est en fait un homme à tout faire, qui s’occupe de l'intérieur, des affaires étrangères et autres, et qui joue tous les rôles, de celui de premier ministre au plus bas, pour faire de la propagande à la manière d’un Minculpop 2.0*.






Quand, le matin du 10 décembre dernier, à Rome, une cinquantaine de personnes ont été chassées de l'ancienne usine de la Pénicilline, le ministre de la Propagande s'y est présenté, comme s'il était un policier ou un quidam curieux. Et ce afin de profiter d'une éviction (comme beaucoup, malheureusement) pour se dire ensuite - sur sa page Facebook, bien sûr – « fier de cette intervention de légalité, propreté et sécurité attendue depuis des années ».

Quelques heures plus tôt, dans la nuit, dans le centre de Rome, via Madonna dei Monti 82, un acte ignoble de vandalisme antisémite a eu lieu : vingt Stolpersteine (pierres d'achoppement), fabriquées par l'artiste allemand Gunter Demnig et dédiées à la mémoire des membres des familles Di Castro et Di Consiglio, victimes de la Shoah, ont été descellées et dérobées, et peut-être détruites. Loin d’endosser les habits d’un vrai ministre de l'Intérieur pour se précipiter sur place et condamner en public une action aussi moralement abjecte que politiquement désastreuse, Salvini n'a pas pipé mot, ni même émis un gazouillis ou pondu un post, ne serait-ce que par opportunisme.

Salvini au Mur des Lamentations...
Salvini au Mur des Lamentations...

... à Yad Vashem...
... à Yad Vashem...

et dans la Vieille Ville de Jérusalem, sous forte escorte . Photo Thomas Coex/AFP
et dans la Vieille Ville de Jérusalem, sous forte escorte . Photo Thomas Coex/AFP

Il devait penser que le voyage officiel en Israël, avec visite à Yad Vashem (le mémorial de l'Holocauste) à la clé, serait plus que suffisant pour blanchir la chemise noire cachée sous la tenue décontractée. Celle qui l'inspire de temps en temps pour des phrases du style "Beaucoup d'ennemis, beaucoup d'honneur"**, postée le 29 juillet dernier, le jour même de la naissance de Mussolini. Sans parler du lieu commun fasciste, d'homme de la rue, éructé le 26 janvier dernier dans une controverse avec le président Mattarella : " [Le fait que durant la période du fascisme tant de choses aient été faites et que par exemple le système des retraites ait été introduit, c'est une évidence »***.

Ces derniers jours, dans un éditorial du quotidien israélien Ha’aretz, il a été répété que "Salvini devrait être une personne non grata en Israël" : une opinion partagée par le groupe de manifestants qui l'ont contesté devant Yad Vashem, à l'initiative du député communiste Dov Khenin. Ce dernier a déclaré que la visite au mémorial par le leader de l'extrême droite en Italie, qui fait l'éloge de Mussolini et persécute les minorités, est un affront à la mémoire des survivants de l'Holocauste. Malheureusement, trois personnalités de la communauté juive italienne ont été beaucoup plus prudentes (pour utiliser un euphémisme) et ont carrément décidé d'accompagner le ministre de la Propagande au Mur des Lamentations.

Matt' et Bibi
Matt' et Bibi

Il faut ajouter que, lors de sa visite, Salvini a collectioné une série de gaffes : la plus grave est celle sur les "terroristes islamiques du Hezbollah", c'est-à-dire ceux qui ont combattu au Liban et en Syrie contre Daesh et Al-Qaida, libérant entre autres des villages chrétiens comme Maaloula. Cette bévue, peut-être dictée par l'ignorance, a scandalisé non seulement les chefs des casques bleus De l'UNIFIL, actuellement sous commandement italien, mais aussi le ministère de la Défense.

Il convient également de mentionner ce qui est resté à ce jour l’œuvre réactionnaire, raciste et anticonstitutionnel la plus cohérente réalisée par Salvini avec l'accord de ses associés gouvernementaux : je fais référence à son décret sur la sécurité, qui est maintenant devenu loi. C'est, bien sûr, dans le sillage des deux lois Minniti et Minniti-Orlando, l'une visant à punir et à interdire toute forme de marginalité urbaine, l'autre à restreindre radicalement le droit d'asile et à accélérer la machine du ratissage et de l'expulsion.

Et pourtant, celle voulue par le ministre factotum représente sans doute un saut qualitatif, pour ainsi dire, puisqu'elle introduit encore plus clairement dans le système juridique italien des mesures telles que la configuration d'une sorte d'apartheid juridique (pour reprendre la formule utilisée par d'illustres experts en droit) : totalement incompatible non seulement avec notre Constitution, mais également avec la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne et avec la Déclaration universelle des droits de l'Homme.

Je rappelle, brièvement, qu'elle abroge le permis de séjour pour des raisons humanitaires ; impose un nouveau durcissement du droit d'asile ; réduit considérablement les possibilités d'accueil dans les centres SPRAR [Système de protection pour demandeurs d’asile et migrants] ; interdit aux demandeurs d'asile de s'inscrire à l'état civil, donc l'accès au séjour ; allonge encore plus, jusqu'à 180 jours, le délai de "rétention" dans les CPR (Centres de permanence pour le rapatriement, ex CIE-CPT) ; rend beaucoup plus difficile l'obtention de la citoyenneté italienne, même pour ceux qui sont mariés à un·e citoyen·ne italien·ne ; élargit encore plus ce que l'on appelle le DASPO urbain****, introduit par Minniti ; autorise la police municipale des localités de plus de cent mille habitants à utiliser des pistolets Taser, mais sous une forme "expérimentale" ; enfin, il réintroduit le délit d’entrave à la circulation (qui avait été dépénalisé en 1999) et prévoit une peine pouvant atteindre douze ans de prison pour chaque type de rassemblement.

Cette dernière mesure, contenue dans l'article 23, qui porte gravement atteinte aux libertés civiles de chacun·e d'entre nous et tend à accroître le pouvoir discrétionnaire de la police, est destinée à affecter encore plus les personnes immigrées : en plus de risquer la détention, elles pourraient perdre leur droit de séjour rien que pour avoir participé à une manifestation.

En infériorisant et en rendant plus vulnérables les personnes d'origine immigrée, en aggravant leur situation juridique, sociale et économique, on vise l'objectif de renforcer leur statut social de boucs émissaires, à la disposition de la Ligue pour faire de la propagande, consolider et élargir le consensus, et exercer son hégémonie. En outre, selon diverses enquêtes, l'antisémitisme a également augmenté ces dernières années dans de nombreux pays européens, dont l'Italie, en raison également du rôle décisif joué par les réseaux sociaux.

Il est donc à craindre que le "blanchiment" israélien ne fasse que légitimer encore plus la stratégie raciste, sécuritaire et liberticide de Salvini.

NdT

*Minculpop : désignation du ministère de la Culture populaire du régime mussolinien, nouveau nom, donné en 1937, au Secrétariat pour la presse et de propagande, promu au rang de ministère en 1935, supprimé par Badoglio en 1944 et maintenu par la « République sociale » jusqu’au 25 avril 1945.

** « Beaucoup d’ennemis, beaucoup d’honneur » : slogan utilisé par Mussolini, qui l’avait repris des Arditi (Hardis, soldats de forces spéciales de la Première Guerre mondiale). Faussement attribué à Jules César, il aurait été prononcé en 1513 par Georg von Frundsberg, capitaine des lansquenets bavarois au service des Habsbourg qui s’illustra entre autres dans le sac de Rome de 1527. Son nom fut donné à la 10ème Panzerdivision SS.

*** Une typique post-vérité : La Caisse de prévoyance pour l’invalidité et la vieillesse des ouvriers a été créée en 1898 et l’inscription à celle-ci rendue obligatoire en 1919. La « pensione sociale », équivalent du minimum vieillesse (450 €) a été instituée en 1969.

****DASPO : Interdiction d’accès aux manifestations sportives, disposition adoptée en 1989 contre la violence dans les stades.

"Italien, 45 ans : jai perdu ma charité, je profite des plus faibles, donnez-moi un peu de vorte humanité": action Street Art à Rome en juillet 2018

Traduit par Fausto Giudice


Merci à Tlaxcala
Source: http://temi.repubblica.it/micromega-online/un-salvini-ancor-piu-pericoloso-poiche-legittimato-da-israele/
Date de parution de l'article original: 14/12/2018
URL de cette page: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=24935


Commentaires (1)
1. mourad le 18/12/2018 09:00
Les voleurs de terres imposent leurs idées et s’imposent au monde en se servant de bourricots genre Salvini.
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73