alterinfo.net

Twitter
Violette Lorraine Kiest est morte 48 heures après avoir reçu ses vaccins de 4 mois

Violette Lorraine Kiest est morte 48 heures après avoir reçu ses vaccins de 4 mois

Par Melissa Curtin, 15 mai 2018

 

Violette Lorraine Kiest est morte 48 heures après avoir reçu ses vaccins de 4 mois. Nous devons arrêter ce massacre ! Alexandra Kiest veut partager son douloureux chagrin avec nous…

Notre fille, Violette, est née le 24 octobre 2017. Elle était en parfaite santé. Elle était le bébé le plus heureux que l’on puisse imaginer. Elle a toujours illuminé la maison avec son sourire contagieux. Avant ses vaccins de 4 mois, Violette était pleine de vie et n’arrêtait pas de rire, de sourire. Tous les tests qu’elle avait passés étaient excellents. Notre médecin et nous-mêmes n’avions jamais eu la moindre inquiétude à son sujet. Elle dormait toutes ses nuits, était allaitée deux fois, puis se rendormait aussitôt. Elle pleurait rarement. Elle mangeait bien. Nous pouvions, sans problème, faire facilement face à tous ses besoins.

Violette a apporté tant de joie à ses parents comme à sa sœur de deux ans. A l’âge d’environ quatre mois, elle avait appris à se retourner et était déjà capable de s’asseoir. Le 10 mars 2018 fut le jour où nos vies basculèrent, se brisèrent. Ce fut le jour où notre petite est allée « vivre au paradis ».

 

 

Deux jours avant le 8 mars, pour satisfaire au calendrier vaccinal du CDC, j’ai conduit Violette pour qu’elle puisse recevoir ses vaccins de 4 mois.. Jusqu’alors, elle avait reçu tous les vaccins habituels prévus de la naissance à deux mois. – y compris la vitamine K, qui, je crois, a causé sa jaunisse, mais nous n’en avons pas la certitude. (La jaunisse est en effet répertoriée comme étant un effet secondaire de l’administration de la vitamine K., selon la notice du produit.). Elle a crié quand on lui a administré les vaccins. J’aurais tant aimé connaitre les dangers de ces vaccins toxiques avant cette visite chez le médecin. Je voudrais tellement pouvoir revenir en arrière pour ne pas la faire vacciner. La personne qui vaccinait à l’US Air force Base, où nous habitions, nous a dit que la fièvre de Violette était à ce point élevée qu’il nous fallait l’emmener aux urgences. Sur la route vers les urgences, elle avait une forte fièvre et avait perdu connaissance. Elle a été branchée sur un moniteur cardiaque. Ses pulsations étaient de 216 battements par minute. Les soignants ne paraissaient pas particulièrement inquiets ; ils nous ont dit que cette fréquence cardiaque élevée était due à la fièvre qui provenait de ses vaccinations. SENSATIONNEL !

 

 

Si à ce moment-là j’avais su ce que je sais aujourd’hui, j’aurais demandé que l’on fasse parvenir un rapport au VAERS qui enregistre les effets secondaires des vaccins. J’aurais aussi demandé que l’on procède à des analyses sanguines. Malheureusement, je ne puis pas remonter le temps. On lui a administré du Tylenol. C’est tout ce qu’ils ont fait. Nous sommes ensuite rentrés à la maison. Violette se réveilla avec de la fièvre qui finit par s’estomper. Mais, comme elle était devenue léthargique, je pensais qu’elle avait besoin de sommeil. Je l’ai bien allaitée et comme ses couches étaient normales, je pensais que tout allait bien. Nous avons passé une belle journée dans les montagnes le jour de son décès. Le samedi soir, elle était devenue inconsolable. Nous avons tout fait pour lui permettre de s’endormir et avons vérifié son état tous les quarts d’heure. Quand il fut temps de rentrer à la maison ce soir-là, je suis allée la chercher et… horreur, elle était sans vie ! J’ai essayé de lui faire du bouche à bouche, mais j’étais tellement paniquée. J’ai réalisé qu’il n’y avait pas longtemps qu’elle était morte, nous étions venus tout vérifier 10 minutes avant. Mon mari et son ami ont tenté la réanimation cardio-respiratoire, mais malheureusement en vain. Nous avons ensuite suivi l’ambulance jusqu’à l’hôpital, où, pendant des heures, ils ont essayé de la ranimer… Bien que je savais qu’elle était partie, j’ai malgré tout prié et prié pour qu’elle nous revienne. Mais on est venu nous avertir qu’elle était décédée. Je ne peux toujours pas y croire. Cela fait maintenant deux mois qu’elle est morte et je ne puis toujours pas réaliser la chose. Nous avons en fait perdu une petite fille en bonne santé et heureuse dans les 48 heures qui ont suivi la vaccination. Les bébés qui sont en bonne santé ne meurent pas soudainement. Si notre histoire vous parle, je voudrais vous faire la demande de vous renseigner à fond sur les ingrédients des vaccins, comme sur leurs effets secondaires possibles. Mes yeux à moi ont fini par s’ouvrir. Les vôtres le sont-ils ? Nous avons lancé un mouvement en l’honneur de Violette. Ce fut une excellente manière d’essayer de gérer notre tristesse et tenter de faire notre deuil.

Source : Stop mandatory vaccination


http://initiativecitoyenne.be/2018/05/violette-lorraine-kiest-est-morte-48-heures-apres-avoir-recu-ses-vaccins-de-4-mois.html



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73