... ... ...
...

alterinfo.net

Twitter
Antisémitisme dominateur et justice : les graves dérives du droit

Professeur Chems Eddine Chitour

«Le racisme est toujours avec nous, mais c'est à nous de préparer nos enfants pour ce qu'ils doivent répondre, et, nous l'espérons, nous vaincrons».
Rosa Parks, première femme noire à refuser de céder sa place à un passager blanc dans l'autobus.

Encore une fois le deux poids deux mesures nous est donné par l'affaire de l'agression «antisémite» de Sarcelles. De quoi s'agit-il dans cette énième diabolisation des Français d'espérance musulmane ? Guillaume Weil Raynal rapporte les faits : «Résumons. Le 31 janvier, un enfant juif de huit ans portant kippa dit avoir été agressé dans la rue par deux jeunes adolescents noirs qui l'auraient mis à terre et frappé. Ses parents portent plainte au commissariat de Sarcelles. Deux jours après, c'est l'emballement. Tous les grands médias -presse écrite, radios, télés- évoquent cette affaire sans beaucoup de recul. Les faits allégués -et au premier chef, le mobile antisémite- sont tenus pour établis. On parle alors d'un «enfant roué de coups», d'un véritable «passage à tabac». Sur son compte Twitter, Emmanuel Macron considère que c'est «toute la République qui est agressée» par ces «actes ignobles». A l'Assemblée nationale, lors des questions d'actualité, le Premier ministre exprime le souhait que «la Justice passe avec sévérité».
L'emballement médiatique à géométrie variable
Il est bien connu que tout ce qui touche aux Français juifs est traité d'une façon spéciale et l'accusation d'antisémitisme de la part des sauvageons islamistes des banlieues est chaque fois convoquée. «Un nouveau palier vient d'être franchi dans la construction du discours sur le «nouvel antisémitisme». Une véritable inversion dans la charge de la preuve». Mais deux jours plus tard, l'affaire se dégonfle sérieusement. Sans que les médias s'en fassent aussi bruyamment l'écho. (…) L'enfant était accompagné de son frère, âgé de 11 ans «qui marchait un peu en retrait», mais qui ne semble pas être en mesure de confirmer le récit des faits avec précision. Aucune lésion corporelle ni aucune ITT n'a pu être constatée, les parents n'ayant pas suivi l'invitation des policiers à se présenter au service des urgences médico-judiciaires. Finalement réentendu le 2 février, l'enfant déclare aux policiers «ne pas avoir été blessé, car les coups n'étaient pas forts». Aujourd'hui, des «sources proches de l'enquête» -entendez, les enquêteurs- reconnaissent que l'affaire «s'est emballée trop rapidement», sur le mobile antisémite retenu d'emblée par le parquet au motif que la kippa de l'enfant était visible, et aussi, peut-être, sur la matérialité des faits eux-mêmes» (1)

C'est à l'agresseur de démontrer que son acte n'est pas antisémite !
Il n'empêche ! Tout le ban et l'arrière ban ont été mobilisés automatiquement à tirer à boulets rouges sur l'Islam, les banlieues : «Natacha Polony qui, le 1er février, sur Sud Radio, a rebondi pour déplorer que soit passée sous silence la «culture musulmane» des auteurs d'actes antisémites «en banlieue» ; et l'inévitable Alain Finkielkraut, dimanche 4 février sur Radio Communauté Juive (RCJ), dénonçant dans l'antisémitisme d'aujourd'hui, «un sous-produit de l'immigration» et de la «société multiculturelle». François Pupponi, ancien maire de Sarcelles et député du Val-d'Oise, devant les caméras de BFM : «Aujourd'hui, ils agressent sans insulter, et donc, le caractère antisémite est plus difficile à démontrer». Il faut beaucoup d'imagination pour prêter un tel calcul à des délinquants, souvent pauvrement instruits (…) On pourrait en sourire, si la suite du raisonnement ne faisait un peu se dresser les cheveux sur la tête : «Et donc, il faut systématiquement s'adapter», poursuit l'ancien maire de Sarcelles. Comment ? En renversant la charge de la preuve. La victime devrait pouvoir elle-même, en déposant plainte, qualifier les faits dont elle estime être victime. A charge pour le suspect d'apporter la preuve contraire que sa motivation n'était pas antisémite. (…) Avant de se chamailler dans la cour du lycée, il faudra vérifier qui a une kippa sur la tête. (…)

En d'autres termes, un jour, l'absence d'insultes antisémites pourrait devenir la preuve même d'une infraction antisémite ! «Ils» ne disent rien, mais «ils» n'en pensent pas moins… Nul doute que ce nouvel outil juridique permettra de résoudre le problème du «nouvel antisémitisme». Et tant pis si la dénonciation de ce nouvel antisémitisme est trop souvent instrumentalisée, avec un art consommé de l'amalgame, pour étouffer et rendre inaudible toute critique de la politique israélienne. Ce que l'on nomme l'antisémitisme de banlieue (pardon pour ce raccourci) est une réalité, mais les chiffres ne traduisent nullement un phénomène de masse, ni pour l'antisémitisme, ni même pour le racisme en général. (…) ce témoignage de l'historien Elie Barnavi qui, alors qu'il était ambassadeur d'Israël en France au début des années 2000, notait avec une légère ironie cette étrange unanimité avec laquelle les responsables des communautés juives de l'Hexagone lui exprimaient leur émotion à propos de tous ces incidents antisémites dont ils entendaient parler, sans être capables eux-mêmes d'en rapporter un seul dont ils auraient été victimes ni même témoins ; cette confidence que j'ai reçue un jour d'un ancien ministre français des Affaires étrangères, à qui un président du CRIF avait benoîtement avoué que la lutte contre l'antisémitisme était l'unique moyen de fédérer une communauté juive hétéroclite et atomisée» (1).
L'affaire Saïd Bourarach
Cette affaire de racisme envers les juifs nous en rappelle une autre, celle de Saïd Bourarach, une affaire criminelle dans laquelle le vigile d'un magasin de Bobigny, qui venait de subir une agression, est mort noyé dans le canal de l'Ourcq le mardi 30 mars 2010. «Le fait que la victime soit d'origine marocaine et que les jeunes agresseurs soient de confession juive et parfois soupçonnés de liens avec la Ligue de défense juive (LDJ), a poussé des associations communautaires, indignées par l'intérêt des politiques et des médias qu'elles considèrent anormalement faible, à s'interroger et à réagir (…) Le 2 avril, quatre des cinq hommes sont mis en examen et en détention provisoire pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner avec usage ou menace d'une arme (…) À Pantin, le principal suspect traîne une mauvaise réputation. Dans son casier judiciaire sont mentionnés plusieurs faits de violence, de refus d'obtempérer, et des usages de stupéfiants récurrents. (…) Les services du renseignement connaissent l'engagement de Dan Lampel à la Ligue de défense juive en 2008. (…) Le procès s'ouvre le 17 mars 2015 au palais de justice de Bobigny» (2)

Curieusement la justice n'y a pas vu un crime raciste et même pas un homicide sans intention. Pourtant elle condamne les accusés à une forte amende pensant de ce fait calmer la famille de plaignants et s'en sortir sans la qualification de crime antisémite car tout est fait pour ne pas inclure dans les crimes antisémitismes les Arabes qui sont aussi sémites. «Le 25 mars, la représentante du ministère public déclare dans son réquisitoire : «On ne reproche pas ici aux accusés un mobile raciste, on ne leur reproche pas non plus d'avoir voulu la mort de ce vigile, on leur reproche des violences physiques et psychologiques qui ont causé cette mort». (…) Le 5 novembre 2015, le tribunal de Bobigny condamne les quatre agresseurs de Saïd Bourarach à verser 549 000 euros de dommages-intérêts aux proches de la victime. Cette condamnation vient s'ajouter aux peines de 4 à 9 ans de prison ferme prononcées en mars (…). SOS Racisme «entend rappeler que rien ne saurait justifier un éventuel homicide et s'interroge sur la possibilité d'une manipulation de la thématique du racisme pour couvrir des actes de voyous». Une analyse proche est formulée par le grand rabbin de France, Gilles Bernheim, dans un message de condoléances adressé à la famille du vigile. (…)» (2)
L'affaire Marie L. et l'antisémitisme des beurs
Dans le même ordre j'avais dans une contribution en 200 rapporté les faits concernant l'affaire Marie L. et celle du rabbin Farhi. Deux affaires qui ont fait pschitt, pour reprendre les mots de Jacques Chirac. Rapportons les faits : «Six jeunes, selon elle, Maghrébins et Africains, ont lacéré ses vêtements et lui ont tracé trois croix gammées sur le ventre. Aucun passager n´a réagi. Selon le récit de la jeune femme, ils l´ont brutalisée et humiliée, parce qu´ils la croyaient juive. «Y a que des juifs dans le 16e ! » Le vol s´est alors transformé en agression antisémite, alors que la jeune femme n´est pas juive».(3)
Jacques Chirac a fait part de son «effroi» après l´agression de Marie L. et de son bébé dans un RER du Val-d´Oise. Samedi 10 juillet à 19h42: l´AFP diffuse l´information dans une dépêche. A 21h54: Dominique de Villepin, ministre de l´Intérieur, condamne cette agression «ignoble», «aggravée de gestes racistes et antisémites». A 22h11: Jacques Chirac exprime son «effroi». Dimanche 11 juillet: Nicole Guedj, secrétaire d´Etat aux Droits des victimes, annonce s´être entretenue par téléphone avec la jeune femme. Elle se dit «choquée d´apprendre qu´aucun des passagers de la rame» ne lui a porté secours et appelle les témoins à se manifester. Lundi 12 juillet: «l´agression à caractère antisémite» d´une jeune femme par six loubards de banlieue (devenus quatre Maghrébins et deux Africains) est dans tous les quotidiens nationaux et régionaux. La «lâcheté» des témoins est stigmatisée. 18h00: manifestation des élus franciliens «contre la violence antisémite» dans l´Hémicycle du conseil régional d'Ile-de-France, rassemblement«contre l´antisémitisme, tous les racismes, la xénophobie» à l´appel du PCF au métro Belleville» (3).
Rétropédalage discret
Mardi 13 juillet: les journaux expriment leurs doutes et relatent les zones d´ombre du dossier. Le préfet de police de Paris fait état de «zones d´ombre fortes» sur les déclarations de la jeune femme. La jeune femme reconnaît après son placement en garde à vue pour «dénonciation de délit imaginaire», avoir «affabulé» et «s´être elle-même porté les marques de coups de couteau, s´être coupé la mèche de cheveux et avoir tracé elle-même les croix gammées sur son corps», selon le procureur de la République de Pontoise. Pourtant, la classe politique française unanime, et même la section française du Congrès juif mondial a demandé un plan de lutte «à l´instar du plan Vigipirate, relayées par une presse qui ne prend même pas la peine de vérifier les sources et d´observer le recul nécessaire enfourchent le «dada de la curée» à rebours opposant ainsi à un acte d´intolérance un autre d´intolérance tout aussi abject, dangereux puisqu´à travers des soi-disant loubards, entendons par là les jeunes beurs», c'est toute une communauté qui est clouée au pilori» (3).
Les manipulations de l´opinion
La façon ultra-rapide des réactions en chaîne montre un vaste complot tissé dans l´ombre et toute la classe, toutes tendances confondues, a «dégainé comme un seul homme» quand il s´agit de crier «haro sur le baudet» en l´occurrence les beurs, les musulmans, les Algériens, les Arabes. D'ailleurs Julien Dray, porte-parole du PS a résumé ce que doit être la politique à suivre: «Quand un juif est agressé en France, c´est la France qui est agressée, et c´est la France qui doit se donner tous les moyens de le défendre.» (3)
Au lendemain de la mystification, chacun cherche désormais à se justifier. Néanmoins en prenant publiquement position sur cette affaire, les responsables politiques, au plus haut niveau de l'État, ont bel et bien accrédité l'affaire. Le 14 juillet, lors de son entretien télévisé, Jacques Chirac a qualifié cette affaire de «regrettable», ajoutant qu'il ne «regrettait pas» d'avoir si vite réagi pour condamner la fausse agression. Pour le chef de l'État, l'affaire du RER D est une «séquelle» du «mauvais climat en France».(…) (4)
Il est admis comme une loi non écrite que tout ce qui vient de la communauté juive ne doit pas faire l'objet de critiques, il doit être indiscutable et les bévues qui s'accumulent ne sont en cas des leçons pour une prise de conscience et une évaluation objective des faits. Ceci nous rappelle une «autre affaire», celle de l´agression du rabbin Farhi, rapporté par, écoutons-la, «...L´approche de la vérité tient parfois à un bout de tissu et à la qualité de son tissage. Gabriel Farhi a-t-il été attaqué par un motard armé d´un couteau laguiole, comme il le répète depuis le premier jour? Ou a-t-il monté une machiavélique mise en scène, peut-être avec l´aide de complices, comme se le demandent les enquêteurs?... En septembre dernier, un ingénieur textile commis par la juge assure que la déchirure en forme de Z faite par le Laguiole sur la chemise est ´´incompatible´´ avec les dires du rabbin. Ce dernier a, en effet, toujours raconté que son agresseur ne l´avait frappé que d´un coup de couteau. Or, l´ingénieur a dû en donner trois, lors des tests qu´il a réalisés pour son expertise, pour obtenir ce Z sur son échantillon. L´hypothèse de l´automutilation est donc confortée»(2).
Le délit d'emballement médiatique à géométrie variable
Nous avons vu que dans l'affaire de Sarcelles et celle de Marie L., La France officielle a été perturbée de fond en comble contrairement aux affaires concernant les affaires concernant les Français beurs, les Français noirs les Français musulmans. Ainsi, «la couverture médiatique de l'affaire, bien que réelle fut discrète, ce qui, selon le Monde, a accru dans certaines couches de la population française le sentiment d'injustice et a suscité une «indignation à géométrie variable».

Pascal Boniface estime que les «médias et les responsables politiques ont fait le moins de commentaires possible, silence, comme toujours, justifié par le souci de ne pas dresser les communautés les unes contre les autres. Le résultat est exactement l'inverse». Le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) déclare le 3 avril 2010 «qu'aucun homme politique n'a pour l'instant pris la peine de communiquer le moindre sentiment sur cet homicide. La couverture médiatique est étrangement bien différente des célèbres affaires antisémites». Cette affaire comme «une sorte de contre-affaire Ilan Halimi, où l'on refuserait la qualification raciste parce que les auteurs sont juifs».(2)
Pourquoi cette culpabilité ad vitam aeternam de l’Europe ?
A cette question , Jean-Claude donne ses réponses dans un essai intitulé les Penchants criminels de l´Europe démocratique (Verdier). : « Très vite, on se rend compte qu´il ne s´agit pas seulement de «penchants» criminels, mais d´une évolution inéluctable de l´Europe démocratique vers un antijudaïsme qui est supposé avoir «dominé la pensée issue des Lumières jusqu´en 1945». Nous serions de plus ici dans l´ordre de l´inéluctable. Car le phénomène serait «structurel».
Abondant dans le même sens Jean Daniel incite l´Europe à se tourner vers le l´Islam, ce «mal absolu» pour reprendre l´expression de Claude Imbert, qui lui au moins, se déclare résolument contre l´Islam (isme) . Ecoutons ce qu’il préconise: «... Ne perdons pas notre temps. Nous savons tous que si l´antisémitisme est soupçonné d´être aussi vieux que les juifs, il y a des circonstances aggravantes et même alarmantes qui trouvent leur origine dans la tragédie du Proche-Orient. Derrière chaque acte antisémite, il n´y a évidemment pas - quelle farce! - l´Europe qui se construit, mais le communautarisme qui s´installe et l´islamisme qui s´épanouit».(5).

Voilà qui est clair, on l´aura compris, l´Europe est coupable ad vitam eternam quelles que soient ses tentatives de retour en grâce envers les juifs quitte à ce qu’on applique aux musulmans aux beurs aux mélanodermes les méthodes du IIIe Reich ,car il ne faut pas toucher à un cheveu des Juifs quand bien même ils seraient comme dans les cas cités coupables de mystification et tout sera fait pour diaboliser les jeunes des banlieues et à étouffer par une presse main stream toutes informations qui leur seraient favorables ou leur donnerait une visibilité pour simplement exposer leur droit à se défendre
Conclusion

«Il est patent, écrit Ahmed Cheniki, de constater que les médias français et européens usent d´une certaine facilité quand ils évoquent les questions liées à l´émigration, le monde arabe, l´Afrique et l´Islam. ... Cette affaire montre bien la puissance du lobby pro-israélien qui exploite l´histoire juive et les malheurs rencontrés dans le parcours historique pour culpabiliser les autres?» (6).
Des crimes racistes dont le mobile raciste est tout à fait envisageable n'ont jamais été qualifiés ainsi. Nous en citons quelques-unes. Octobre 2005 : Zied 17 ans et Bouna 15 ans, poursuivis par la police et morts électrocutés dans un transformateur à Clichy-sous-Bois (93). Le 6 mars 2016 : un homme d'une trentaine d'années, Amadou Koumé, meurt dans des circonstances suspectes au commissariat du 10ème arr. de Paris. Adama Traoré est mort le 19 juillet dernier, le jour de son 24e anniversaire, dans la cour de la brigade de gendarmerie de Persan. Tout le monde connaît le cas grâce au combat admirable de sa sœur. Peut-on penser honnêtement que s'il avait été juif tout ça lui serait arrivé?
Le racisme, la xénophobie, l'antisémitisme et l'islamophobie sont des poisons pour nos sociétés, a déclaré le secrétaire général de l'ONU, António Guterres. En tant qu'Européen, il s'est dit fier des valeurs véhiculées par l'Europe des Lumières : «La tolérance, le respect de l'autre, l'importance de la reconnaissance de la diversité. La réalité est plus triste. L'ensauvagement du monde est sur la bonne voie. Tout se passe comme prévu par les idéologues qui prennent leurs désirs et en font des réalités. Quand les pays occidentaux sont en aisance économique , que les mélanodermes, les barbares bougnouls et autres bamboulas sont en petits nombre, le corps social européen et occidental accepte les allogènes et se permet, bon prince, de parler de liberté, de droits humains. Ces droits de l'homme- à géométrie variable sont en fait, une vaste fumisterie. Non, le monde n'est pas juste ; la terreur des hommes politiques occidentaux de ne pas être dans les bons papiers du lobby sioniste -compromettant ce faisant leur carrière- les amène à toutes les compromissions. Est-ce là, la laïcité d'une République exemplaire censée être équidistante des religions ? La question reste posée.
Notes :
Notes :
1.Guillaume Weill Raynal https://blogs.mediapart.fr/guillaume-weill-raynal/blog/060218/ce-que-revele-l-agression-antisemite-de-sarcelles

2. https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Sa%C3%AFd_Bourarach

3.Chems Chitour http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_chitour /19725-l%E2%80%99affaire-marie-l.-et-l%E2%80%99antis%C3%A9mitisme-des-beurs.html
4.Solenn de Royer https://www.la-croix.com/Actualite/France/La-fausse-agression-du-RER-D-_NG_-2004-07-14-588908
5.Jean Daniel. Antisémite, l´Europe? Le Nouvel Observateur: Semaine du jeudi 11 décembre 2003 - n°2040
6. Ahmed Cheniki: Le Quotidien d´Oran le 15 juillet 2004.
Article de référence
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5256758 11 02 2018

Professeur Chems Eddine Chitour
Ecole Polytechnique Alger
 


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73