alterinfo.net

Twitter

L’Islam confisqué ?

Daniel Milan

« Ne marche point orgueilleusement sur la terre, tu ne saurais ni la fendre en deux, ni égaler la hauteur des montagnes. »
(Al-Qoran, Sourate 17, Verset 39).

« Les hypocrites cherchent à tromper Allah ; c’est Allah qui les trompera le premier.
Quand ils se disposent à faire la prière, ils le font avec nonchalance, ils en font étalage devant les hommes et ne pensent que très peu à Allah. »
(Al-Qoran, Sourate 15, Verset 138).

« Allah ne pardonnera point le crime de l’idolâtrie ; il pardonnera les autres pêchés à qui il voudra, car celui qui associe à Allah d’autres créatures commet un crime énorme. »
(Al-Qoran, Sourate 4, Verset 51).

Qu’on se rassure, si les répressions, les persécutions continues de ces dernières années, les chasses aux imams « mal-pensants » organisées , et leur expulsion ; les incessantes campagnes de délation et de criminalisation de l’Islam authentique ; les épurations internes au sein des associations musulmanes auront « donné » l’islam, à toute une faune de boutiquiers, gardiens, porteurs et adorateurs d’idoles, d’opportunistes assoiffés de pouvoir « représentatifs » de leurs maîtres et du ministère de l’Intérieur ; il ne s’agit là que de « l’islam » néo-colonial officiel » des apparences, et non pas de l’Islam de Vie et de Liberté que chacun de nous transporte dans son cœur et qu’aucun pouvoir, qu’aucune police, qu’aucun pôle (1), qu’aucune loi « humaine » et qu’aucune « ordonnance » (2) ne pourra jamais nous confisquer…
Désormais les choses sont très claires, nous avons juste « un machin » parfumé à l’islam prétendant être l’islam ; qui non seulement n’attrape plus personne qui ne veuille être attrapé, mais fait fonction de repoussoir…
Nous avons à la tête de la plupart des « mosquées » des « imams-flics » gardiens de l’idole, assistés de fidèles-flics, chargés d’encadrer les populations musulmanes, de traquer toute « parole interdite » et d’en dénoncer les auteurs ; comme le démontre ces quelques citations non exhaustives d’ « imams éclairés » et de leurs maîtres, relevées dans les journaux ces dernières années, illustrant cette réalité, révélatrices de leur psychologie…
Vous remarquerez qu’ ils ont parfaitement assimilé la dialectique et les ordres de leurs maîtres et qu’ils connaissent à leur instar les trois ou quatre mots résumant à eux seuls « les valeurs » de la république…
Nous aurions aimé vous donner des citations dénonçant injustices, persécutions et massacres de musulmans, mais nous n’en avons pas trouvé !

« Quand on s’attaque à une synagogue (sic), c’est comme si on s’attaquait à une mosquée (re-sic) ».
(Ali Rahni, cité par Ternisien, le Monde 12/04/02).
Sauf que nous ne voyons pas ce que viens faire la synagogue ici et que ce sont les « mosquées » qui sont attaquées, y compris de l’intérieur…

« Nicolas Sarkozy souhaite modifier les modalités de l’élection du Conseil français du culte musulman ».
(Le Monde, 22/06/02).
Il les jugeait trop « favorables » aux « islamistes » imaginaires !

« Nice et la Côte d’Azur sont considérés comme un véritable laboratoire de l’Islam en France, voire en Europe. Toutes les tendances sont représentées. Toutes les influences se croisent et essaient de s’imposer.
Le recteur de la mosquée de Cannes, Mustapha Dali, connaît bien le problème –il y a trois mois, la police a dû intervenir pour mettre un terme aux agissements de perturbateurs- et l’évoque sans détour : ‘ces gens veulent imposer leur idéologie en recrutant des novices qui entrent en religion pour apprendre les rudiments de la foi. Ces agents recruteurs n’ont rien d’autre à faire, vivent de ressources occultes ou en parasites chez leurs parents. (…) des voyous restent des voyous même dans la religion. Alors il faut la présence de vrais savants qui maîtrisent les textes pour en faire l’exégèse et expliquer à ces jeunes qu’ils sont l’objet d’une récupération. »
Décidément intarissable ce Dali, quand il s’agit de fustiger les « mauvais musulmans », il poursuit : à propos du mensuel islamique d’informations générales : « Islam-Info » diffusé alors chez les commerçants (disparu depuis, à la suites de persécutions dont son directeur : un journaliste sénégalais, a été victime) :
« il ne faut pas donner trop d’importance à ce journal. Notre communauté lit peu. Le seul impact véritable, c’est la parole. »
(Nice-Matin, 4/03/03).

« Dalil Boubakeur, l’homme du dialogue inter-religieux.(…) Ses qualités personnelles autant que sa fonction ont également conduit l’Etat à le nommer à la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme. Il est d’ailleurs connu pour sa modération et son opposition frontale aux courants fondamentalistes, notamment wahabite. (…)Membre de la Fraternité d’Abraham et président de la Fondation du Dialogue Interreligieux, basé au Luxembourg, il a participé à plusieurs ouvrages collectifs écrits avec des responsables d’autres confessions. On citera en particulier ‘Les Dix Commandements (…) avec le Grand Rabbin Sitruk et ‘L’Appel au dialogue’ écrit avec Bernard Kanovitch, chargé au sein du CRIF du dialogue avec l’islam. Il a en outre paraphé l’an passé la ‘Pétition des citoyens contre la banalisation de l’antisémitisme’(…) ».
(Jean-Yves Camus, Actualité Juive, 7/05/03).
Camus, jamais avare d’anathèmes à l’égard des « mal-pensants » qualifiés par lui d’ « islamistes », de « terroristes », d’« antisémites » ; nous fait la description du « recteur des lumières » !!

« Villepin demande l’expulsion d’un responsable de mosquée ».
(Nice-Matin, 3/05/04).
Ce « méchant imam obscurantiste autoproclamé » selon la dialectique médiatique officielle de négation humaine en usage, aurait peut-être égratigné quelque idole ou pire encore, parlé de solidarité avec les Musulmans persécutés, massacrés ou génocidés dans le monde ! Ah l’ horrrrrible « prêcheur de haine » !!!

« Pour nous, le problème essentiel de l’imamat est qu’i ne mélange pas politique et religion. (J’ai proposé) la contribution du CFCM à la clarification de l’imamat en France, notamment sur la formation, la tenue d’une liste d’imams autorisés à exercer, et sur leur statut (je veux) agir main dans la main avec l’Etat pour que la fonction de l’imam, son statut, soit dénuée de soupçon »(…). 80% des imams répondent aux critères reconnus par la religion. Il y a une minorité d’entre eux qui n’est pas à la hauteur de leur mission. C’est le titre d’imam que nous voulons protéger contre toutes les aventures, contre toutes les dérives. M.Raffarin (premier ministre d’alors) a le désir de rassurer la communauté musulmane, de lui assurer sa sympathie et sa volonté de traitement égal avec tous les autres cultes de France. (sic). Dans son esprit, il n’y a pas d’amalgame entre les expulsions d’imams et la communauté musulmane. Il existe un islamisme international. Notre pays ne saurait être en dehors de tous ces courants mondiaux. Alors faisons attention chez nous. J’appelle à la vigilance de ma communauté, de mes imams. La menace est trop grave, pour que nous acceptions le moindre accommodement avec ces individus. (…). Une discipline interne dans les lieux de culte, c’est de votre responsabilité, avec l’appui de l’Etat, si vous le jugez nécessaire ».
(Dalil Boubakeur, Le Figaro, 4/05/04).

« Vers une liste des imams autorisés à exercer ? »
(Nice-Matin, 4/05/04).
Une liste établie par le CRIF ??

«Nous ne devons pas respecter la loi par pudeur, mais par dévotion à cette patrie où nous voulons nous épanouir. (…) Il faudrait installer un conseil de muftis, soutenu par le ministère de l’Intérieur, qui recenserait les imams et leur donnerait un statut. Il faudrait organiser un bilan de compétences (…) ».
(Abdelali Mamoun, « imam itinérant », Le Parisien, 23/05/04).

« Entendez… Ecoutez les paroles claires et déterminées de Dalil Boubakeur (…).Quoi de commun entre cet islam ‘tranquille’ et intégré et républicain dont nous parle Boubakeur ; et celui de Nadjaf et d’ailleurs, celui des fous qui défient tous les hommes libres… ? Rien. »
(La Semaine de Georges-Marc Benamou, Nice-Matin, 5/09/04).

« La communauté musulmane est prise en otage par des faux bergers islamistes ».
(Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris, Nice-Matin, 2/11/04).

« Celui qui touche à un juif touche à tous les musulmans ».
(Fouad Allaoui, secrétaire général de l’UOIF, 9/09/04).
Et celui qui touche à un musulman ?

« Nous sommes prêts à défendre becs et ongles le principe de l’enseignement de la Shoah »
(Fouad Allaoui, secrétaire général de l’UOIF, 9/09/04).
Pour ce qui est des autres génocides, on attendra un peu !!!

« Si la communauté juive a vent d’un discours antisémite d’un imam, qu’elle prévienne directement l’UOIF qui saura user de pédagogie auprès de l’intéressé ».
(Fouad Allaoui, secrétaire général de l’UOIF, 9/09/04).

« Le Centre Simon Wiesenthal veut faire interdire l’organisation islamique UOIF »
(Le Monde, 5/11/04).
Quelle ingratitude !!

« Le Centre Simon Wiesenthal veut la dissolution de l’UOIF ».
(Actualité Juive, 11/11/04).
Le petit caprice du jour…

« M. de Villepin veut créer une fondation pour gérer le financement des mosquées ».
(Le Monde, 18/11/04).
En fonction des mérites ?

« (…) Quant aux relations du CFCM avec la communauté juive, elles devraient continuer sur les mêmes bases. Parce que Dalil Boubakeur est un authentique adepte du dialogue interreligieux. Mais aussi parce que les pouvoirs publics le veulent ainsi. »
(Jean-Yves Camus, Actualité Juive, 23/06/05).

« Si jamais j’entendais certains tenter de laver le cerveau des fidèles et prononcer des propos contre la France (sic), je condamne tout de suite et j’arrête tout »
(Mohammed Al-Saadi Directeur de la mosquée de Stains, « Aujourd’hui en France »,23/07/05).
Reste à savoir ce qu’il considère comme étant « des propos contre la France ».J’ai un doute !

« Tous les croyants sont contents qu’on en ait fini avec ces gens-là, qui étaient juste une minorité »
(Moahd Kirigi, Londres, « Libération » 23/07/05).
Dormez en paix !

« Le culte musulman doit mettre de l’ordre dans le personnel religieux de l’islam de France. Il faut un véritable statut de l’imam ».
(Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris et président du CFCM, « France-Soir, 23/07/05).
Bouba toujours égal à lui-même !

« La respectabilité ne vient pas d’en haut, elle vient d’en bas. Nous sommes en pleine gestion néo-coloniale de l’islam. »
(Ali Rahni, porte-parole du Collectif des musulmans de France, Le Monde, 26/03/05).
Enfin, quelques paroles de vérité, pourvu que ça dure !

« Il reste des brebis galeuses et la France doit s’en débarrasser (…). Je pense qu’il va falloir rédiger un guide du comportement de l’imam en France. »
(Kamel Kabtane, recteur de la grande mosquée de Lyon, « Libération », 30/07/05).
La ‘culture’ Karcher’ fait école !

« Les imams qui ne respectent pas les lois (sic) de la République et constituent un trouble à l’ordre public doivent être sanctionnés. Il faut savoir être ferme, prendre des mesures d’urgence (…) ».
(Abdallah Boussouf, vice-président du CFCM, ancien recteur de la mosquée de Strasbourg, ( Libération ,30/07/05).
La niche et la gamelle sont bonnes !

« A la mosquée, trois fidèles encore interdits de prière. Mustapha Dali se justifie en parlant ‘d’agitateurs qui provoquent des troubles à chaque fois qu’ils viennent en prenant la parole, en distribuant des tracts et en menant des actions politiques’(…) ».
(Nice-Matin, 27/08/05).
Dali veille sur sa boutique !

Rappelons tout de même, qu’il n’y a pas de clergé en Islam sunnite et qu’en principe (cela devrait être, du moins !) un Imam est choisi par les fidèles parmi ceux d’entre eux ayant la meilleure connaissance de l’Islam. Il ne peut être imposé aux fidèles par quelque pouvoir que ce soit. Imam, n’est pas une marque protégé, ni un label d’Israël. L’Islam n’est la propriété de personne et encore moins de ceux qui en violent les principes à chaque instant.

Force est de constater que les individus les plus fanatiques, les plus intolérants, les obscurantistes ne sont pas ceux qu’on nous dépeint, mais bien les adeptes de la servilité, du flicage de cet « islam »-business officiel néo-colonial, négation même de l’Islam, qui voudraient nous imposer leurs idoles et le « culte » de celles-ci…

Ce ne sont là que des prêtres-matons mercenaires de « La Nouvelle Religion » et de son inquisition (mal) déguisés en musulmans, comme d’autres le sont en « laïcs », en « défenseurs des droits de l’homme », de la femme, des immigrés, des mal-logés, en écolos, en « pro-palestiniens », en « nationalistes » ou en « antiracistes » !
Et si Allah a disparu de tant de lieux souillés par l’infra-humain, rejoignons, à son invitation, le merveilleux poète persan Sohrab Sepehri, à travers « Les Pas de l’eau », afin d’y prier Allah et de nous imprégner de sa présence.
En voici quelques extraits :

« Je suis musulman.
J’ai comme direction de la Mecque une rose.
Comme napperon de prière une source.
Comme sceau de prière la lumière.
La plaine est le tapis de ma prière.
Je fais mes ablutions aux vibrantes fenêtres de la lumière.
Dans ma prière coule la lune.
Coulent les couleurs de l’arc-en-ciel.
A travers ma ferveur transparaît la pierre
Tant sont diaphanes les cristaux de ma prière.
Je commence ma prière quand le vent évoque
L’appel du Muezzin sur le minaret du cyprès.
Le Nom de Allah le Très-Haut,
Quand la vague se dresse à l’appel vertical de Dieu.
Ma Kaaba est au bord de l’eau.
Ma Kaaba est sous les acacias.
Ma Kaaba est une brise qui souffle de jardin en jardin, de
Ville en ville.
Ma « Pierre Noire » est la clarté vive des parterres.
Daniel Milan (3)

(1) Allusion faîte aux « Pôles régionaux de lutte contre l’islamisme radical » constitués en 2004, aux fins de criminaliser l’islam non-officiel et d’empêcher les personnes soupçonnées d’ « islamisme » de travailler, sous des prétextes divers. Ces pôles ont pour cibles les boutiques de restauration rapide et les cyber-café tenus par des musulmans.

(2) L’« Ordonnance de 1945 » modifiée en novembre 2003 par « la réforme Sarkozy » et réactivée à des fins racistes et discriminatoires, pour expulser, au nom de « l’urgence absolue », des dizaines d’imams étrangers qualifiés « d’extrémistes », sur la foi de notes des « Renseignements généraux » est analysée comme suit par Benoît Larbiou, auteur d’un mémoire de DEA sur le thème : « L’Etat de droit à l’épreuve de Folembray » :

L’article 26 de l’ordonnance de 1945 autorise « une instrumentalisation du droit par le politique ». « Dans le cas de Folembray, on s’est servi du droit pour justifier une décision politique et donner à voir à l’opinion l’existence d’un pseudo réseau islamiste. Avec les expulsions en urgence absolue, nous sommes dans le cadre de ce qu’on appelait jadis la ‘haute police’. C’est-à-dire des décisions de nature politique, qu’on ne veut pas déférer devant le juge, ou alors avec un contrôle minimal. »(Le Monde, 21/08/04).

(3) Auteur de nombreux articles traitant de l’Islam dont : « L’Islam libérateur de l’homme et des peuples ! » ; « L’Islam libérateur fait peur aux idolâtres oppresseurs… » ; « L’Islam religion de Dieu et des hommes » ; ainsi que du racisme , notamment, de « La France confisquée » ; « Racisme d’Etat » ; « ‘Affaire Daniel Milan’ : des faits et des mots contre des criminels d’Etat » ; « Associations et lois dîtes ‘antiracistes’ : les piliers du racisme d’Etat en France » ; « L’Imposture ‘ antiraciste’ française devant la CEDH »…





Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73