alterinfo.net

Twitter
La jeunesse au pas : Service militaire : Gérard Collomb réaffirme le caractère "obligatoire",

contre militaire abrutissement pour l'université

les étudiants manifesteront contre le service militaire obligatoire et le droit à l'université pour tous les bacheliers le 15 et 17 février 2018

Service militaire : Gérard Collomb réaffirme le caractère "obligatoire"

Après l’instauration du plan étudiant dont un des aspects est de museler une jeunesse, jamais suffisamment docile, le service national universel sera bientôt créé. Mais les déclarations des membres du gouvernement se contredisent : alors que la ministre des armées expliquait que ce service serait facultatif, Gérard Collomb, fidèle à la promesse de campagne de Macron, a réaffirmé sa volonté d’un service obligatoire.




Ce dimanche, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a expliqué lors de l’émission « Questions politiques » que « Le Président de la République […] a une qualité, c’est la persévérance dans les idées. Aujourd’hui, on est en train de réfléchir sur la forme que cela pourrait prendre, mais il a encore réaffirmé récemment qu’il voulait faire ce genre de service obligatoire ». Macron le sait, il marche sur des œufs avec la jeunesse. Un pas de travers, et les étudiants et lycéens pourraient bien être l’étincelle qui déclenche une mobilisation. C’est sans doute ce qui explique la confusion au sein même de son gouvernement sur le caractère obligatoire du service militaire, à l’image de la ministre des armées Florence Parly qui déclarait vendredi que le service ne serait pas obligatoire pour tous les jeunes.

Macron en chef des armés

Depuis qu’il a été élu, Macron n’a cessé de réaffirmer son statut de chef des armées, se plaçant en figure d’autorité, image forgée par la multiplication de décisions tendant à instaurer une politique de plus en plus sécuritaire. Chacun a le souvenir d’un Macron, tout juste élu, défilant sur les chars militaires après sa cérémonie d’investiture. A l’exception de la crise ouverte l’été dernier lorsque le chef d’état-major des armées avait démissionné en dénonçant les coupes budgétaires, Macron a fait un sans-faute dans son main-dans-la-main avec l’armée, commençant par augmenter de 16 milliards d’euros le budget en septembre dernier, faisant rentrer l’état d’urgence dans le droit commun, et dont la dernière offensive était lors de ses vœux aux armées la semaine dernière dans lesquels il a annoncé l’augmentation à 2% de la part du PIB le budget de la Défense ainsi que l’accroissement du budget pour les opérations extérieures d’ici 2025. C’est dans ce contexte qu’il a aussi garanti l’introduction prochaine d’un service national universel, plus communément appelé service militaire obligatoire. Les modalités exactes de sa mise en œuvre n’ont pas encore été révélées, à l’exception qu’il devrait durer près d’un mois pour tous les jeunes entre 18 et 21 ans.

La volonté d’une jeunesse docile et patriote

A travers ce service militaire, le gouvernement souhaite en réalité soumettre une jeunesse qui lui échappe encore bien trop à son goût à un embrigadement idéologique. Car Macron n’a pas encore de véritable encadrement de ce secteur dont il a conscience qu’il peut être l’étincelle qui déclenche des mobilisations, et compte bien y remédier. C’est ce qu’il s’attache à faire depuis le début de son mandat construisant des relais dans le mouvement étudiant, ainsi qu’une implantation de militants LREM dans les universités. Mais surtout, ce contrôle passera par le plan étudiant et l’instauration des fameuses « fiches avenir » qui donneront la possibilité aux professeurs de décider de l’orientation de chaque élève, tandis qu’à l’université ce seront les directeurs d’études qui auront la charge de surveiller individuellement de près les étudiants.

C’est dans cette veine que s’inscrit l’instauration du service national universel obligatoire, comme l’expliquait très clairement la porte-parole des députés LREM en évoquant : « plusieurs semaines (...) qui permettent à chacun d’intégrer la Nation française » alors que Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat, décrivait en novembre dernier « un temps d’engagement de la jeunesse pour le pays ». C’est d’une part dans la perspective d’imposer à la jeunesse des jobs de plus en plus précaires, la restriction de l’accès aux études et la sombre perspective d’un avenir rythmé par le chômage et la précarité que Macron souhaite la faire marcher au pas et renforcer son patriotisme. Et d’autre part cette militarisation est une garantie pour l’Etat français de défense de ses intérêts impérialistes, sous couvert d’une justification de la lutte contre le terrorisme.

Les détails concernant ce qu’« apprendront » ces jeunes durant leur service, la période de l’année durant laquelle ils devront effectuer leur service (les jeunes qui sont obligés de travailler pour vivre devront-ils aller à l'armée?), ou encore son financement, sont autant de questions qui restent pour le moment sans réponse.
https://www.revolutionpermanente.fr/Service-militaire-Gerard-Collomb-reaffirme-le-caractere-obligatoire

Alors que les universités seront fermés à la jeunesse, le service militaire sera obligatoire pour la jeunesse.

Non au service militaire
Oui au droit universitaire

On a toujours de l'argent pour abrutir,
mais on en trouve jamais pour instruire.
Laissez les jeunes le soin de décider leur avenir
Allez vous, faire de leurs vies un martyr
Pour satisfaire vos impérialistes désirs?

Jeunes, ne devenez ni soldat ni ne vous laissez gouverner par leurs tirs,
Respectez la loi de Moise et ne tuez point, car perdre son âme est le pire

Avec le service militaire obligatoire, on a plus le droit d'étudier, mais de mourir
Sous les coups d'ordonnance des maitres du monde qui élaborent un sinistre avenir
Pour ne laisser à aucun résistant la possibilité de renverser cet empire
Car seule la connaissance ouverte à tous permet à la porte des enfers de s'ouvrir
Et de permettre enfin de renverser les trônes de ces tristes sirs,
Poètes ou savants pacifiques contre le nouvel ordre mondial, amenez vos lyres


Mais il faut avant tout chercher la Sagesse que seul Dieu peut nous fournir


Car Dieu a donné la Sagesse à tous les humains
" Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu'il la demande avec foi"
http://saintebible.com/james/1-5.htm

Ainsi même un ignorant peut être plus sage qu'un savant
Ce n'est pas la connaissance qui fait le saint
mais c'est la sagesse qui nous rend humain
la connaissance permet de comprendre ce que l'on nous ment
sur les ondes, les OGMS, les pesticides, les dangers des technologies
car personne ne vous dira ce qui aura été interdire de dire par les lobbys

295 milliards débloqués pour renforcer l’arsenal militaire français
23%. C’est l’augmentation des dotations pour l’armée qui ont été annoncées pour la période 2019/2023
https://www.revolutionpermanente.fr/295-milliards-debloques-pour-renforcer-l-arsenal-militaire-francais


Nouvelle journée de grève pour les étudiants et les professeurs le 15 février
il faudra rythmer la mobilisation, c’est en ce sens que de nombreuses personnes dans l’assemblée ont poussé à ce qu’une nouvelle réunion de coordination se tienne le samedi 17 février, date finalement retenue.https://www.revolutionpermanente.fr/Nouvelle-journee-de-greve-pour-les-etudiants-et-les-professeurs-le-15-fevrier


Visé par 10 tirs d’un policier, Boubakar va porter plainte pour tentative de meurtre

Le 26 janvier dernier, la voiture que Boubakar conduisait a été criblée de balles par un motard de la police. Ce dernier avait justifié son acte en accusant le jeune homme d'avoir voulu l'écraser. Vidéo à l'appuihttps://www.revolutionpermanente.fr/Vise-par-10-tirs-d-un-policier-Boubakar-va-porter-plainte-pour-tentative-de-meurtre, la version de Boubakar est totalement différente. Il a décidé de porter plainte pour tentative de meurtre.

La vidéohttps://www.revolutionpermanente.fr/Vise-par-10-tirs-d-un-policier-Boubakar-va-porter-plainte-pour-tentative-de-meurtre : une voiture fait face à un motard de la police, le clignotant s’enclenche et la voiture tente de contourner doucement le motard. Celui-ci sort son arme de service et tire, la voiture stoppe au premier tir, le policier continue de tirer

Dans l’article de Médiapart, le jeune homme de 19 ans explique que « n’ayant rien à se reprocher, sa présence n’était plus nécessaire. « Ils ne m’ont même pas parlé », raconte-t-il. « Ce n’était pas moi qui conduisais. J’avais le permis et la voiture était en règle. Je me suis dit que je pouvais repartir. » »

« Lorsque je lève la tête, je vois le policier qui braque son arme sur moi », « Il avait l’air totalement fou. Il criait : “Je vais te fumer, je vais te fumer” ». Des propos que le policier a démenti avoir tenus.

Boubakar, pour montrer à l’agent qu’il ne le menace pas, met son clignotant et contourne par la gauche le policier. C’est alors que celui-ci ouvre le feu. Il va tirer 10 balles qui vont traverser la voiture dont deux vont se loger dans le coude et l’une des fesses de Boubakar. « J’avais peur. J’ai freiné après le premier coup de feu. Mais il continuait à tirer. Du coup, j’ai accéléré. ». Le journaliste de Médiapart explique que « sur la vidéo, on peut en effet voir, à trois secondes, le feu stop de la voiture s’allumer, juste après le premier tir. »

Le jeune homme se réfugie sur un parking où des renforts de police viendront l’arrêter.

Malgré ses blessures, Boubakar ne recevra aucun soin et est immédiatement interpellé. « Ils m’ont mis les menottes. La douleur dans mon bras me faisait crier

Or, la vidéo montre un scénario totalement différent de ce qu'affirme le policier, le policier fait effectivement face à la voiture mais on voit bien Boubakar enclencher son clignotant et entamer une manœuvre de contournement. Le motard tire alors de manière ininterrompue alors même que la voiture ne le menace pas.

Avec son avocat, le jeune homme a décidé de porter plainte pour tentative de meurtre. « Je veux qu’il soit condamné, mais je veux aussi avoir ses explications. Je veux savoir pourquoi il a tiré et pourquoi autant de balles. Je ne comprends pas. Ça s’est passé vers 16 h-17 h, on n’était pas loin d’un centre commercial. Quelqu’un qui passait par là aurait pu se prendre une balle. »

Une plainte qui peut ne pas aboutir après la réforme sur le droit à la légitime défense

L’Inspection générale de la police nationale a été saisie pour enquêter sur cette affaire. C’est l’une des premières affaires de violences policières qui prendra en compte la réforme sur le droit à la légitime défense des policiers qui a été largement élargie pour satisfaire la colère des policiers qui à l’époque manifestaient dans les rues des grandes villes de France. Médiapart cite le texte adopté le 27 février 2017 : les policiers peuvent faire usage de leur arme pour, notamment, « immobiliser (…) des véhicules, embarcations ou autres moyens de transport, dont les conducteurs n’obtempèrent pas à l’ordre d’arrêt et dont les occupants sont susceptibles de perpétrer, dans leur fuite, des atteintes à leur vie ou à leur intégrité physique ou à celles d’autrui ».

L’avocat de Boubakar explique à Médiapart que dans la loi il y aussi « des garde-fous », « Ils ne doivent faire usage de leur arme qu’en cas d’absolue nécessité et de manière strictement proportionnée. »

Or, comme il confit au journaliste, « Quand on vous tire dix fois dessus, qu’est-ce que cela signifie ? Qu’est-ce que ça peut être d’autre qu’une volonté de tuer la personne que l’on vise ? Ce monsieur est un policier. Rien ne justifie de tirer dix fois sur une personne alors que celle qui a commis l’infraction n’est même plus là ! ».

Cet élargissement du droit à la légitime défense est le principale responsable de ce qui s’est passé ce mois de janvier. Boubakar a eu de la chance de s’en sortir, il aurait pu y laisser la vie car le policier a tiré pour tuer.

Il y a encore un an, cette scène n’aurait pas pu se dérouler ainsi. On a donné le droit aux policiers de tuer suivant l’interprétation qu’ils font d’une situation tendue. De nombreux autres cas vont se produire ces prochaines années et les policiers français deviendront les égaux des policiers états-uniens.

La police française n’a pas besoin de cet élargissement pour assassiner comme on l’a déjà trop vu au cours de ces dernières années mais avec le droit à la légitime défense elle a une protection légale pour jouer aux cow-boys et notamment dans les quartiers populaires.
Les quartiers populaires sont les premiers à subir la loi des cow-boys en uniforme.

Boubakar vient de La Caravelle, quartier où la pauvreté et le chômage font des ravages.Quand on vient d’un quartier populaire, il faut visiblement accepter de se faire canarder par les flics sans broncher.

Mais pourtant cette colère légitime sortira tôt ou tard. Les forces de répression donneront, malheureusement, l’occasion à la colère des quartiers populaires de se déverser. Dans ces quartiers, on ne peut pas oublier les persécutions systématiques des individus jeunes et racisés et les brimades constantes des baqueux et des policiers.

Sur les murs de la cité, on pouvait voir un hommage à Zyed et Bouna qui ont trouvé la mort dans un transformateur électrique après avoir été poursuivis par les flics alors qu’ils revenaient d’un match de foot. Leur mort avait déclenché les émeutes de 2005. En 2018, on taggue encore leurs noms sur les murs lorsque les policiers tentent de tuer un jeune.

Avec ce permis de tuer, on verra bientôt des « bavures » qui n’en seront plus puisque cela sera interprété comme de la légitime défense, une injustice de plus pour les jeunes des quartiers populaires qui fera exploser leur colère légitime.https://www.revolutionpermanente.fr/Vise-par-10-tirs-d-un-policier-Boubakar-va-porter-plainte-pour-tentative-de-meurtre


 


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73