alterinfo.net

Twitter

La protégée de Macron devant ses juges.

Djeha

La protégée de Macron devant ses juges.

L’ex-eurodéputée MoDem Sylvie Goulard, actuellement numéro trois de la Banque de France, a été mise en examen vendredi pour « détournement de fonds publics » dans l’affaire des emplois présumés fictifs des assistants de députés européens, à l'issue de son audition au tribunal de Paris. Une enquête qui lui a coûté sa place dans la nouvelle Commission européenne.

Rappelons que Mme Goulard a été recalée -entre autres- parce qu’elle n’a pas été en mesure de préciser la nature des activités pour lesquelles elle a reçu « plus de 10.000 euros » mensuels d’octobre 2013 à janvier 2016, de l’Institut Yankee Berggruen, fondé par le financier germano-américain Nicolas Berggruen.

Défendant fermement, en pesant de tout son poids (que ceux qui ont de la France une opinion affectueuse se rassurent : le poids en question est anecdotique), la candidature Sylvie Goulard à la Commission, alors que la plupart des observateurs, y compris ceux (étonnés, certains inquiets) qui sont de son bord, le président français est pris à contre-pied par la justice et tous ceux qui l’aiment bien lui confiront : « le Parlement européen t’a rendu service. La Goulard n’était vraiment pas sortable ».

Quand on trace une droite rectiligne qui va de l’« icône de mai 68 » (vous voyez bien à qui je fais allusion : cet opportuniste franco-allemand qui navigue dans tous les partis - surtout à droite-, selon les circonstances) jusqu’au « président des riches » calfeutré à l’Elysée, on tombe sur une escroquerie politique entretenue (en vain) soutenue à bout de bras par des médias en uniforme qui marchent « librement » au pas et certains, au pas de l’oie.

En octobre dernier, pendant qu’il était chargé de défendre l’indéfendable Goulard, agent grassement patenté de l’Atlantisme triomphant, le cabochard du quartier latin en 68 a eu ce mot très intéressant, passé par dessus la tête de beaucoup, : « Dois-je rappeler que nous défendons tous Soros contre Orban. Et Soros n'est-il pas un milliardaire américain ? On peut être contre Sylvie Goulard, mais qu'on ne lui fasse pas de faux procès. »

Le procès on y est. Et celui-là n’est pas faux.

Ces propos ont été tenus dans les pages de l’hebdo de BHL, l’autre membre de l’équipe (Le Point, S. 12/10/2019). Le même hebdo chargé aujourd’hui de mettre le feu chez nous, avec l’aide de nos supplétifs indigènes qui repoussent comme di chiendent.

Une question demeure : Qu’entendait-il par « nous tous » ? Qui est donc ce « NOUS » ?

Le journaliste du Point n’a pas relevé. Connaîtrait-il la réponse ? Fait-il partie du « nous » ?

Et qui n’en fait pas partie ?

Djeha, L. 02 décembre.

(*) Un jour je vous conterai la saga de Robert Zimmerman (alias Bob Dylan) avec les témoignages de ceux qui l’ont bien connu (Joan Baez notamment) très similaire à celle son congénère soixante-huitard, exploitant habillement les événements de la fin des années 60, avec la complicité des politiques et des médias (notamment les « radios périphériques » de l’époque) qui voulaient à tout prix avoir la peau du Général (en service commandé, devinez sur ordres de qui...).


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73