alterinfo.net

Twitter

Les cannibales négocient leur reddition

Ziad Fadel

Agrandissement
 

    Soutenues par le Hezbollah et d'autres milices en accord avec le gouvernement syrien, Les forces du Tigre s’apprêtent à terminer leur job en seulement 5 jours dans la Ghouta Est.
 

    Muhammad Alloosh, le chef à mine de gangster de Jaysh Al-Islam, peut voir les signes avant-coureurs de la défaite. Il ne lui est pas facile de maintenir ses sauvages dans un état moral acceptable maintenant que la Ghouta est clivée en deux, mais c’est bien plus difficile quand l'argent saoudien n’arrive pas, quand les tunnels sont tous détruits, quand les civils sont en révolte ouverte et quand la protection des chars d’assaut Saraab 2 fonctionne à merveille. À partir du moment où le système Saraab est installé sur les chars T-72, rien dans l'arsenal terroriste n'est efficace contre eux. Ils pourraient aussi bien utiliser des boules de Noël.
 

    En négociant le retrait de la Ghouta, Alloosh aurait été submergé d’exigences lui demandant de mettre fin à la torture. D’après mon informateur à Damas, le gouvernement russe a dans la capitale une équipe de négociateurs de terrain, chargée de débarrasser la région de ces parasites. La proposition est toujours la même : Les terroristes embarqueront dans des bus fournis par le gouvernement syrien, et la sécurité de ceux qui partent et de leur famille est garantie par Moscou. Cela a très bien marché dans le passé. Ils seront réorientés vers Idleb, où ils pourront se prélasser dans la gloire et la splendeur d’Abdullah Al-Muhaysini.
 

    Mise à jour : Treize terroristes sont partis ce matin à bord de bus verts avec leurs familles à Damas. Ils n’amenaient que des armes légères [décidément, quelle folie, NdT]. En route vers Idleb, ils traverseraient d'abord le passage d'Al-Waafideen.
 

    Nous pouvons aussi confirmer que la localité de Bayt Sawwaa a été entièrement épouillée.
 

    À partir du moment où la Ghouta a été divisée en deux par les forces du Tigre, les terroristes n'ont plus eu les moyens de communiquer entre eux. Ils n'ont pas les moyens de se renforcer. De plus, la férocité de l'attaque des soldats aguerris bardés de nouvelles armes, a anéanti tout espoir des cannibales de diminuer l’efficacité de l'opération. Oubliez les bombardements incessants, l'arrivée inévitable de la défaite fait s'effondrer les rangs terroristes. Si certains de ces cafards pensaient que Dieu était de leur côté, les faits sur le terrain et l'élan irrésistible du raz-de-marée des forces du Tigre, les auront complètement détrompés de cette lubie.
 

    Les politiciens de la droite allemande comptent déjà les jours avant que les réfugiés syriens ne rentrent dans leur patrie. Une délégation de l'AfP est arrivée à Damas et est repartie après avoir rencontré des fonctionnaires syriens. Pas besoin de dire qu'ils ont été dénigrés par les rats de Merkel qui parrainent le terrorisme, mais il semble que les Allemands voient le bon côté de ce voyage et de ses résultats. Le monde d’aujourd'hui diffère de celui d'il y a sept ans.
 

    Quoi qu’il en soit, les médias occidentaux persiste dans leurs mensonges en répétant les mêmes mantras contre le gouvernement syrien. Et des Occidentaux continuent à refuser le tableau présenté par Washington, Berlin, Paris, Londres et Tel-Aviv. Malgré l'hostilité accablante manifestée par des citoyens occidentaux envers le fil conducteur de l’information ouvertement propagandiste des médias grand public, le comité de rédaction du New York Times, du Washington Post, d’ABC, de NBC, de la BBC, de CBS, de Der Spiegel, entre autres, persistent à suivre leur programme de mensonges contre le gouvernement et l'armée de Syrie. Mais, ça ne marche pas.
 

    L'invasion turque, à la surprise des médias grand public, est un défi pour ces colporteurs de reportages déloyaux. Ils ne savent tout simplement pas quoi faire de la Turquie, ce membre de l'OTAN qui attaque les « héroïques » forces kurdes. Mais, les Turcs ne vont pas très bien. Ils ont dû se procurer des équipements en Ukraine et partout, afin de protéger leurs blindés. Selon Wael, (d'après des preuves anecdotiques), en frappant durement les unités blindées turques, les forces kurdes engendrent beaucoup de dommages à leurs chars d’assaut. Bien que cela ralentisse l'assaut turc, ce n’est pas le souci d’Ankara envers les civils, c'est plutôt l’arrivée d’un inquiétant renseignement décrivant la bataille finale où la Turquie pourrait perdre jusqu'à 50% de son matériel. Et avec près de 2 000 hommes de renforts venant de l'est de la Syrie, les Turcs doivent savoir qu’ils subiront bien plus de pertes.
 

    Près d’Afrine, dans la bataille du nord, les forces kurdes et syriennes ont liquidé l'un des principaux chefs des Casques blancs, un certain Jamaal Haafizh, membre de l'organisation criminelle de Nusra. Il a été mis à mort à Dayr Sawwaan, alors qu'il combattait les forces kurdes et syriennes dans les rangs turcs. Puisse-t-il brûler éternellement en enfer.
 

    Quoi qu’il arrive, à l'Ouest les voix deviennent de plus en plus perçantes. Désormais sans possibilité de changer le cours des événements, le diabolique régime britannique et l’incapable l'administration Trump doivent se résoudre à faire des projets d’avenir sans leur influence et leur autorité au Moyen-Orient.
 

    Tout a commencé quand Vladimir a décidé d'envoyer des troupes, en septembre 2015. Une date importante de l'histoire du monde.
 

Ziad Fadel, Syrianperspective, relayé par The Real Syrian Free Press, 9 mars 2018

syrianfreepress.wordpress.com/2018/03/09/ghouta-cannibals-surrender/
Traduction Petrus Lombard



Commentaires (1)
1. oh-daz le 11/03/2018 18:03
Sur la photo, vous avez les pauvres civils Syriens, écrasés sous les bombardements du """régime"""" Syrien...
Ces civils tant pleurés par la prostitué onu, france """infos""", bfm & tous ces pingouins....
Nouveau commentaire :



Alter Info apa
Journal d'opinion en ligne
ISSN n° 1773-0163 / CNIL n° 1070854.
Agence de presse associative
TI de Mulhouse sous les références : Volume LXXXIII (83) Folio n°73